Publié dans Critique, Essai

Macron et la Beauté d’un Discours Africain

blog1 Lire la suite de « Macron et la Beauté d’un Discours Africain »

Publicités
Publié dans Critique, Essai

Bénin : Nouvelle Tribune et la Morsure Publicitaire

 

blog1

Quand vous allez sur le site du Journal Nouvelle tribune, on se croirait dans une forêt de publicités, où le lecteur doit trouver son chemin intellectuel par des sentiers étroits et pris d’assaut par la chienlit publicitaire, qui pousse de partout. Déjà, il faut accéder au site, car d’une vigilance farouche le système du site est conditionné pour détecter ceux qui n’aiment pas la publicité, et qui utilisent ADBLOCK ou assimilés. Vous êtes invités à désactiver ces applications de protection contre la pub, condition absolue pour y être accepté ; sinon aller voir ailleurs si l’herbe informationnelle est plus verte.

Ce modèle économique de la Nouvelle Tribune, qui limite l’accès aux articles et les soumet à la condition de souscription, consciemment ou inconsciemment, s’inscrit dans une pratique des journaux francophones, dont le là a été donné par le Journal le Monde. On retrouve le même mimétisme dans les journaux français et francophones d’Europe, que ce soit en Suisse ou en Belgique. La raison pour laquelle  le Journal le Monde et les Journaux de France ont été obligés de mettre en place ce modèle basé sur la souscription conditionnelle est lié au nombre du lectorat qui, dans l’espace francophone, est relativement réduit. Alors que dans l’espace anglophone dont le modèle est donné par les Etats-unis,(New York Times) ce modèle de chantage à la souscription n’existe pas parce que les sites et les journaux ne sont pas confrontés à un étiage du lectorat. Le Nigeria qui est calqué su ce modèle, ne pratique pas la souscription conditionnelle à la française.

Seulement une fois qu’un journal africain, comme Nouvelle Tribune, issu d’un pays particulièrement pauvre, sur le modèle d’un espace linguistique démographiquement contrarié comme l’espace francophone,  a choisi d’imiter ses maîtres, il ne s’est pas contenté de s’arrêter en si bon chemin. Il déborde, dépasse les limites et  ratisse large, jetant sans vergogne tout son dévolu sur l’offre publicitaire sauvage existant sur le net. Pour y arriver, tout un tas d’acrobaties sur le comptage et le décomptage des lecteurs effectifs a été mis en place et en avant dont la probité laisse à désirer.

Quand on regarde aujourd’hui l’aspect du site de Nouvelle Tribune, aucun cadeau n’est fait au lecteur, et aucun respect ne semble lui être dû. Il est envahi de publicités, comme si on faisait une conférence sur la relativité restreinte dans un marché tropical. Tout ça au nom de quelques miettes en euros ou en dollars qui, traduites dans notre CFA, visent à mettre du beurre dans les épinards, si ce n’est pas pour se procurer les épinards eux-mêmes.

Mais en toute chose, il faut savoir raison garder. La survie d’un organe de presse doit prendre en compte certes  beaucoup de paramètres dont l’économique n’est pas le moindre. Mais un modèle qui exaspère la captation des déchets publicitaires en circulation sur le net au détriment du respect de ses lecteurs et de la bienséance intellectuelle se condamne tôt ou tard à une mort sûre : la Morsure publicitaire.

Agbopanzo Balthazar

copyright5

 

Publié dans Critique, Essai

Bénin : Régionalisme, Source et Vecteur de Médiocrité

cossi-bio-osse3.jpgLe fonctionnement politique en Afrique, basé au mieux sur la bonne conscience de la parité régionale avec l’exercice sourcilleux d’une arithmétique ethnique dans la gestion des hommes est une véritable prime à la médiocrité. Il instaure de fait le cercle vicieux de la médiocrité en dehors de ses effets induits que sont la corruption et l’impunité.

Lire la suite de « Bénin : Régionalisme, Source et Vecteur de Médiocrité »

Publié dans Critique

Cols Blancs, Mains sales et Casier Vierge

imageComment les élites parviennent-elles à commettre des délits sans être considérées et sans se considérer comme délinquantes ? Dans un ouvrage de synthèse, P. Lascoumes et C. Nagels montrent les moyens que les puissants mettent en œuvre pour définir, utiliser, contourner ou éviter la loi pénale selon leur intérêt.

Un parti politique doit élire son président. Depuis des années, ses dirigeants répètent que la lutte contre la délinquance est une priorité. Lorsqu’ils sont au pouvoir, ils votent de nombreuses lois pour rendre la répression plus sévère et systématique. Les prisons se remplissent. Lorsqu’ils n’y sont pas et que des orientations (un peu) différentes sont prises, ils crient au laxisme. Or, parmi les candidats à la présidence, se trouve une personnalité qui fait l’objet d’un grand nombre d’enquêtes, y compris au sujet du financement de sa dernière campagne électorale, au point que des commentateurs – et lui-même – expliquent que ces affaires sont une des motivations de sa candidature ! A-t-il la moindre chance ? En fait, non seulement il l’emporte largement mais sa victoire n’a jamais fait aucun doute. Comment expliquer cette « situation sociologiquement énigmatique » (p. 8) ? Les électeurs de ce parti considèrent-ils que les soupçons qui pèsent sur leur favori et ceux qui concernent d’autres auteurs de délits n’ont rien à voir ? Quelle est la différence entre eux ? Serait-ce simplement la classe sociale des personnes soupçonnées ?

Lire la suite de « Cols Blancs, Mains sales et Casier Vierge »