Publié dans Haïku

SLB : Programme Symbolique et Existentiel pour l’Afrique

basho2

Lire la suite de « SLB : Programme Symbolique et Existentiel pour l’Afrique »

Publicités
Publié dans Haro

L’Afrique et le Droit à la Dictature

Questions aux Assassins de Kadhafi

haro

Hitler était un dictateur ; non pas pour nous Africains ou Asiatiques colonisés  mais pour les occidentaux. N'en déplaise à l'ethnocentrisme maniaque avec lequel ceux-ci universalisent tout ce qu'ils touchent ou tout ce qui les touche.
La question s'est même posée dans les milieux intellectuels postindépendance africains de savoir si Hitler ne méritait pas une statue. Dans la mesure où, d'une certaine manière, sa violence intime, sa barbarie à l'égard de ses propres frères blancs, et la menace qu'il a fait encourir à leur liberté en ont été pour beaucoup dans la prise de conscience par ceux-ci de la nécessité de libérer leurs colonies de par le monde. En clair, si l'Égypte comme on le dit est un don du Nil, nos indépendances sont peut-être un don d'Hitler. La neutralité bienveillante, sinon l'aura positive dont est auréolée l'image de Hitler en Afrique explique que, chez nous au Bénin par exemple, bien des familles n'hésitent pas à nommer leur fils d’après Hitler, parce qu'ils pensent que celui qui a fait parler de lui sous ce nom dans le monde entier et qui a fait trembler ceux qui les faisaient trembler ne devaient pas être n'importe qui ; c'est-à-dire qu'il ne pouvait qu'être un brave homme.
Mais pour les européens, il va de soi que Hitler était un diable, un dictateur sanguinaire, tout ce qu'on veut. Parce qu'il leur a fait goûter en une demi-douzaine d'années à peu près la soupe infecte de malheur, d'arbitraire, de brutalité, de torture, de privation de liberté, d'injustice et de domination que l'Europe, l'Occident chrétien servait allègrement et sans états d’âme aux peuples dominés d'Afrique et d'Asie, sous prétexte de civilisation, souvent et sous des formes variées depuis plusieurs siècles !
On comprend donc que les Européens considèrent Hitler comme dictateur sanguinaire et qu'ils en aient fait le diable absolu. Mais d’où leur vient la manie et l'outrecuidance de venir détecter dans nos contrées des hommes qu'ils nomment dictateurs, désignation magique sur la base de laquelle ils se permettent d'intervenir dans nos affaires au nom abusif de l'ONU et d'autres organisations pseudo internationales à leur solde ?
Nous, nous n'avons jamais détesté leurs dictateurs. Nous n'en avons jamais eu qui ait à lui tout seul été responsable de la mort de millions d'êtres humains innocents en l'espace d'une demi-douzaine d'années ! Pourquoi se mettent-ils en peine de venir chercher des dictateurs chez nous ? Pourquoi viennent-ils chercher des poux dans nos cheveux ? C'est leur manie ethnocentrique de l'universalisme à tout crin qui les pousse à combattre pour nous nos dictateurs lorsque les leur ne nous ont jamais fait ni chaud ni froid ? Pourquoi se montrent-ils si cyniquement sélectifs dans le choix de nos dictateurs ? Pourquoi ne nous demandent-ils pas démocratiquement de leur fournir la vraie liste des dictateurs africains ? Et, à l’échelle mondiale, pourquoi font-ils profil bas dans cette lutte, en ne choisissant d’intervenir que dans certains pays à l’exclusion d’autres ?  Pourquoi ne vont-ils pas par exemple bombarder la Chine qui ne fait pas mystère de sa Dictature ? Ou bien lorsqu'on a du pétrole et des matières premières en abondance sous son sol en Afrique on n'a plus le droit aux dictateurs ?

Aminou Balogoun

clip_image001

Copyright, Blaise APLOGAN, 2010,© Bienvenu sur Babilown

Toute republication de cet article doit en mentionner et l’origine et l’auteur sous peine d’infraction

clip_image001

Publié dans Cont-ext, Critique, Litté, Press-Links

The Stolen African Literature

par Odimegwu Onwumere

 African writers are truthful, they write without biasness and don’t cause conflict between literature and history, culture and tradition of other continents. They are preservers of cultures and traditions. Especially Nigerian home-based writers are a very powerful people. They continue to write with limited or even no resources. They have always maintained in seeing that the African literature is not relegated to the background by the thousands of books they churn out each year, (as against the plan of the western world). They are always writing to rejuvenate African literature from the sobered and piqued state it was orchestrated to navigate to by the western world.

But publishers are the home-based writers’ greatest woes. Hardly do publishers accept and publish manuscripts of the budding home-based writers. They preferred to publish the works of the renowned authors. And hardly do the publishers pay royalties. The ones that pay do not pay appreciable amounts. They pay 10% or less of what was sold from a manuscript that was published. This has made many writers turned to self-publishing (otherwise called vanity publishing). The dearth of responsible publishers in Africa to explore the budding talents is a blow below the belt.

African governments are even abetting to these woes. They forgot, or they are yet to comprehend, that their shrug-attitude towards the exploration for new writers in the continent is a setback to widening the mental horizon of Africans. These governments’ unconcerned attitude towards their writers also affects the economic growth, social unity and the promotion of culture and tourism in Africa. This has made the writers of the Black race always look up to the West for the promotion of their writing careers, without minding that the western people stole the African literature and culture and christened it their own. This is the time Africans stopped believing the hypocrisy of the white men that, “all road leads to Rome”. Rather, Africans should start singing, “all road leads to Egypt”….

continued

clip_image001

Copyright, Blaise APLOGAN, 2010,© Bienvenu sur Babilown 

Toute republication de cet article doit en mentionner et l’origine et l’auteur sous peine d’infraction

clip_image001

Publié dans Haïku

Suspendre la France

Haïku 76

basho À propos du coup d’état qui a déposé le Dictateur du Niger, on a entendu la caisse vide nommée UA parler de suspendre le Niger. Or un coup d’œil en Afrique montre que de la  Côte d’Ivoire au  Niger,  en passant par le Sénégal,  le Gabon et la Guinée, il n’y a que dans la zone francophone que sévit l’instabilité politique et le virus des coups de force. Donc au lieu de suspendre le Niger, il vaut mieux dire à l’ONU de suspendre la France pour que les Africains puissent vivre,,,  vivre un peu sur cette terre !

Amida Bashô

clip_image001

Copyright, Blaise APLOGAN, 2009,© Bienvenu sur Babilown

Tout copier/collage de cet article sur un autre site, blog ou forum, etc.. doit en mentionner et l’origine et l’auteur sous peine d’être en infraction.

clip_image001