Macron/Akufo : la vérité qui Tue

Akufo-Addo met à nu le néocolonialisme devant Macron

Visiblement Macron a un caillou dans sa chaussure en écoutant le président Nana Akufo-Ado démonter le mécanisme du néocolonialisme qui maintient l’Afrique dans les ténèbres et la misère. Macron souffre parce qu’il est l’héritier en chef de ce mécanisme et son continuateur, côté français. Dans sa tête, le président français se demande comment quelqu’un censé être soumis, béni-oui-oui et idiot comme les présidents francophones auxquels il est habitué et que la France fabrique et impose à la tête de ses dominions, comment un tel moins que rien peut-il parler de la sorte, tenir un discours si lumineux, intelligent et décapant !

schéma du colonialisme français actuel

En tant que jeune président Français venu en Afrique avec le discours lénifiant d’une rupture conceptuelle dans les rapports de la France avec l’Afrique — discours qui, comme la plupart des discours français est mythique et en contradiction avec la réalité — Macron se sent visé, il ne mène pas large, il se serait volontiers contenté des mièvreries habituelles des Ouattara, Bongo, Nguesso, Eyadema et autres singes du zoo néocolonial français, qui ont habitué les dirigeants français à les tenir plus bêtes qu’ils ne sont en réalité ; mais manque de pot, le voilà soumis à un discours caustique de vérité et d’intelligence, venant d’un président d’Afrique noire. Est-ce que ce choc suffira à la France à lâcher les baskets à l’Afrique, à ôter sa verge de violeur du fondement de la jeune Afrique qu’elle abuse nuitamment telle un succube invétéré ? Rien n’est moins sûr.

En commentaire à cette vidéo, nombre d’internautes en appellent à prier pour le président Ghanéen qui a mis le pied dans le plat, avec tous les risques que ce genre d’impertinence a toujours entraîné avec les Sankara, les Ngouabi, , les Olympio, les Tombalbaye, les Kadhafi implacablement assassinés, sans compter les dizaines de ceux qui ont été balayés par des coups d’Etat comme Gbagbo et consorts. Certains n’hésitent pas à dire que l’assassin potentiel edu Président ghanéen n’était nul autre que son hôte et ami à qui il a le courage de parler du fond du cœur.


TRADUCTION DU DISCOURS PRONONCÉ DE NANA AKUFO-ADDO PRÉSIDENT DU GHANA FACE AU PRÉSIDENT FRANÇAIS MACRON

« J’espère que le commentaire que je m’apprête à faire ne vas pas offenser la personne qui a posé la question ainsi que les gens présents dans cette salle. Je pense que l’on fait une erreur fondamentale sur cette question.
On ne peut pas continuer à faire des politiques pour nous, dans nos pays, dans nos régions, sur notre continent sur la base du soutien que le monde occidental, la France ou l’UE voudrait bien nous donner.
Ça ne va pas marcher, ça n’a pas marché hier et ça ne marchera pas demain.
Notre responsabilité est de tracer la voie par laquelle on pourra développer nos nations nous mêmes. Ce n’est pas correct pour un pays comme le Ghana, 60 ans après les indépendances, d’avoir encore son budget de la santé et de l’éducation financé par la générosité et la charité des contribuables Européens.

On devrait être maintenant capable de financer nos besoins basiques nous mêmes. Et si nous devons considérer les prochaines 60 années comme une période de transition, une transition à partir de laquelle on pourra se tenir debout de nous mêmes, notre préoccupation ne devrait pas être ce que le contribuable français décide de faire pour nous, quelque soit la simplicité qu’ils ont en France, ils sont les bienvenus, on apprécie les interventions du contribuable français à travers les actions que leur gouvernement fait à notre endroit. On ne va pas cracher sur une aide.

Mais ce continent, avec tout ce qui arrive est toujours le réservoir d’au moins 30% des plus importants minéraux du monde. C’est le continent des vastes terres fertiles. Ce continent a la plus jeune population de tous les continents au monde. Donc il y a une énergie nécessaire, il y a le dynamisme, on l’a déjà constaté.

Ces jeunes gens qui ont montré beaucoup d’endurance et d’ingéniosité en traversant le Sahara, trouvant des solutions pour traverser la méditerranée avec des bateaux de fortunes. Toute cette énergie, nous la voulons ici dans nos pays travaillant pour le développement.
Et nous allons avoir ces énergies au service de nos pays si nous mettons en place des systèmes qui montrent aux jeunes que nos pays regorgent d’opportunités pour eux, qu’il y a encore de l’espoir ici.

Le phénomène de migration est aujourd’hui présenté comme si c’était quelque chose de nouveau. Il n’y a rien de nouveau à propos du mouvement de populations. C’est aussi vieux que le monde, les mouvements de populations ont toujours été liés aux mêmes causes : l’échec de la patrie d’origine à procurer des opportunités et donc l’on va voir ailleurs.

Pour ceux qui connaissent l’histoire du 19 ème siècle en Europe, ils savent que le plus grand mouvement de populations s’est fait à cette époque, ces mouvements provenaient essentiellement de l’Italie et de l’Irlande.
Des vagues après des vagues, des générations d’Italiens et d’Irlandais quittaient leurs pays pour rechercher le paradis Américain parce que l’Irlande et l’Italie ne fonctionnaient pas pour eux. Aujourd’hui on n’entend plus parler de cela. Les jeunes Italiens et Irlandais restent aujourd’hui dans leur pays respectifs.

Nous voulons que les jeunes Africains restent en Afrique.
Et cela veut dire que nous devons nous débarrasser de cette mentalité de dépendance, cette mentalité qui nous emmène à nous demander ce que la France peut faire pour nous.
La France fera ce qu’elle a à faire pour son propre bien et si cela coïncide avec nos intérêts, “tant mieux”, comme disent les français.

Mais notre principale responsabilité en tant que leaders, citoyens, c’est de réfléchir à ce que nous devons développer pour nos propres pays.
Où toutes les institutions fonctionnent correctement, cela va nous permettre d’avoir la bonne gouvernance, une gouvernance responsable qui rend compte et qui s’assure que l’argent mis à la disposition des leaders est utilisé dans l’intérêt de l’Etat (du peuple) et non pour les intérêts de ces leaders. Un système qui permet une diversité, qui permet au peuple de s’exprimer librement et qui contribue à ancrer la volonté du peuple et les intérêts du public.

Le continent Africain devrait être en mesure de donner de l’aide à d’autres endroits si l’on se base sur les immenses ressources que nous avons. Nous avons beaucoup de richesses.

Et dans notre propre pays le Ghana, nous avons besoin d’une mentalité qui nous fait prendre conscience que nous pouvons y arriver. D’autres l’ont fait avant nous. On peut aussi le faire, dès lors que nous avons cette mentalité, nous verrons que cela va libérer notre potentiel.

La Corée, Singapour, la Malaisie, ces pays ont eu leur indépendance dans la même période que nous, on nous dit même que au temps de l’indépendance, le revenu par habitant du Ghanéen était supérieur a celui de la Corée. Aujourd’hui, la Corée fait partie du monde développé. C’est pareil pour la Malaisie et Singapour.
Qu’est ce qui s’est passé ? Pourquoi ont-ils fait cette transition ? Et 60 ans après notre indépendance, nous sommes toujours à ce point là.
Voila les questions essentielles qui devraient être notre préoccupation, en tant qu’Africains, en tant que Ghanéens.
Et non… quand je le dis c’est avec beaucoup de respect pour le président français. Je pense que la coopération avec la France est quelque chose que j’apprécie, je suis…. Tu sais, un grand ami de la France. Je suis Francophile. Je n’ai donc pas de difficultés avec ça.

Mais je parle de notre propre motivation, de que ce nous devons faire pour mettre nos pays au travail afin que nous puissions créer les conditions qui permettront à nos jeunes d’abandonner ces efforts hasardeux pour se rendre en Europe.
Ils n’y vont pas parce qu’ils en ont envie, ils y vont parce qu’ils pensent qu’ils ne peuvent pas trouver des opportunités dans nos pays. Donc ceci devrait être notre préoccupation première.
Et je pense avec ça…, si nous changeons nos mentalités, cette mentalité de dépendance, cette mentalité qui dépend de l’aide et de la charité, nous verrons que dans les décennies à venir, une nouvelle race de jeunes africains verra le jour. Et cette nouvelle mentalité africaine, dont on parlait à l’indépendance sera une réalité de notre temps.
Et c’est pourquoi, je dis que j’espère que je n’ai pas contourné la question. Mais c’est cela ma pensée.
Et c’est la raison pour laquelle, j’ai adopté pour slogan de ma présidence : “Nous voulons construire un Ghana au delà de l’aide au développement, un Ghana qui est indépendant, qui se prend en charge, qui est capable d’être debout tout en construisant sa propre destinée”. Nous pouvons le faire, si nous avons la bonne mentalité pour le faire. »


Aminou Balogun

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s