Publié dans Haro, Press-Links

Pour Kémi Séba, le Discours de Macron a Ouagadougou, c’est du Pipeau Politique

Résultat de recherche d'images pour "kemi seba" Lire la suite de « Pour Kémi Séba, le Discours de Macron a Ouagadougou, c’est du Pipeau Politique »

Publicités
Publié dans Humor, Press Link

Sénégal : WADE à l’Heure H au Temps T

Sénégal: Wade hué ou tué ?

imageSur le Sénégal, une dernière dépêche via internet tombe. Et dans ma curiosité/précipitation, je lis : « Sénégal: Wade tué lors de son arrivée au bureau de vote »

Ma joie était à son comble ; je voulais savourer l’évènement, et j’embrassais le peuple sénégalais de loin, d’avoir “Do The Right Thing,” dans une affaire scabreuse qui sentait le roussi, le sapin et la honte…

Mais à la relecture, je devais éteindre la flamme vite allumée de ma joie ;

 

la vraie dépêche était : « Sénégal: Wade hué lors de son arrivée au bureau de vote»…

Hélas, l’obscur géronte n’était pas tué, mais simplement hué… Hadès attendra… Thanatos aussi…

De H à T la distance n’est pourtant pas très grande… Courage, Frères et Sœurs du Sénégal, l’Afrique et le Monde entier vous regarde !

A l’heure H au temps T, You must do the right thing !

continued

copyright3

Publié dans Haïku

Angela Merkel et l’Ivoirité

bashoQuand ont voit Mme Merkel qui bien qu’étant femme et surtout originaire de l’ex-Allemagne de l’Est est parvenue à devenir Premier Ministre de l’Allemagne réunifiée, alors on mesure le sens de l’identité des Européens, leur esprit synthétique, leur maturité politique et nationale, leur intelligence collective, leur avancée ethnique, leur aptitude à s’en tenir à l’essentiel, leur attachement aux idées plutôt qu’à des considérations régressives ou animales, et pour tout dire  leur sens pratique. Car eût-on été en Afrique Côte d’Ivoire ou je ne sais quel Togo ou Nigeria si on ne lui opposait pas le fait qu’elle est une femme on lui aurait opposé allègrement le fait qu’elle est originaire de l’Allemagne de l’Est, ce qui pourrait supposer qu’elle est peut-être Tchèque, Lituanienne ou Polonaise : toute stigmatisation qui l’aurait rendue suspecte à l’éligibilité à la fonction de Premier Ministre. On aurait parlé d’ivoirité ou de nationalité douteuse…

Ce bon sens et cette intelligence collective européens ne sont ni un apanage allemand – car en France, Sarkozy qui est d’origine hongroise par son père, bien qu’il s’excite lui-même contre les étrangers et fait des lois répressives à leur égard, cédant au complexe du bus plein, a été élu par les Français –   ni un phénomène de mode. Car pour en revenir au cas allemand, Hitler lui-même, qui est devenu le führer du Troisième Reich en même temps que sa fureur, n’était pas Allemand “ de souche” mais précisément Autrichien…

Amida Bashô

clip_image001

Copyright, Blaise APLOGAN, 2010,© Bienvenu sur Babilown

Toute republication de cet article doit en mentionner et l’origine et l’auteur sous peine d’infraction

clip_image001

Publié dans Idéo

Néocolonialisme : Aux Armes, Africains !

Mon Idéo Va, Court, Vole et Tombe sur…:

Coupable Passivité

ideog Pour comprendre les dessous sordides et révoltants de la crise ivoirienne, on peut partir d'un étonnement : à savoir que dans maints pays francophones africains la situation politique, aussi injuste soit-elle, aussi antidémocratique soit-elle dans le fond se structure à l'idéal pour la France. Voit-elle d'un mauvais oeil qu'un Eyadema se succède au Togo ? Qu'un Bongo se succède au Gabon ? Qu'un Compaoré se succède au Burkina Faso ? etc. C’est du même bon œil qu’elle eût vu que Ouattara arrivât au pouvoir en Côte d’Ivoire. Car elle ne peut voir d'un bon œil que Gbagbo se succède à lui-même comme si ce fait eût dépareillée le moutonnement dormant de son cheptel conditionné ou le bel ordonnancement de ses intérêts imposés.

Le néocolonialisme fait du mal à l'Afrique ; il fait sans doute plus de mal à l'Afrique que le colonialisme dont, malgré les méfaits, subsistent de palpables bienfaits ; et, l'une des raisons pour lesquelles le néocolonialisme est triomphant – celui de la France en l'occurrence et, dans une moindre mesure, celui de l'Angleterre et des Etats-Unis, – c'est la passivité bestiale des Africains à l'endurer, la propension que nous avons à nous faire l'échine souple pour accueillir ses coups les plus infâmes et les plus mortels. Dans la littérature politique, dans les médias, dans les discours, on voit, on entend certes des politiques, des intellectuels, des journalistes, des hommes de médias etc. dénoncer les actes et agressions néocoloniaux ; des écrivains ou activistes militants de stature internationale souvent avec un décalage fonctionnel nous dévoilent les crimes françafricains, ses méfaits et ses forfaits, ses collusions infectes et ses intrigues de l’ombre. Mais quels effets réels ont ces écrits, ces discours et ces dénonciations verbales? Quelle symbolisation représentent-t-ils ? Quelle objectivation politique s'ensuit-il ? Au niveau de quelle ONU, ou de quelle Haute Cour Internationale ; au niveau de quelle parlement mondial, de quelle Conseil de Sécurité ces rapports sont-ils entendus et jugés ? Non, ce sont des mots et des paroles qui passent comme des vents par-dessus nos pauvres têtes. Des mots qui servent tout au plus à entretenir le besoin de défoulement, commode paravent et concession gratuite aux crimes qui se commettent dans l'impunité permanente. Telle la bave du crapaud, ces mots n'empêchent pas par exemple la fausse blanche colombe du néocolonialisme, de briller dans le ciel frelaté des pays de liberté, d'égalité et de droits de l'homme.

Au contraire, si la dénonciation du néocolonialisme n'était pas que verbale mais se traduisait en lutte concrète, en actions concrètes, en représailles concrètes sans doute les pays néocoloniaux y réfléchiraient-ils par deux fois avant de s'enfermer dans le méprisant cynisme qu'ils opposent à nos dénonciations. Une Armée de Libération Politiques de l'Afrique (ALPA) qui poserait des actes concrets, les signerait en représailles précises à tel ou tel acte néocolonial, signature dont le retentissement se sentirait dans le sang et la chair des peuples dont les États continuent de piller et de dominer impunément l'Afrique en la manipulant à leur guise, une telle ALPA changerait la donne néocoloniale en Afrique à coup sûr.

Ne voit-on pas les pays arabes beaucoup plus farouches et jaloux de leur indépendance nationale et qui de par la bravoure de leur fils, de leur peuple, leur autonomie symbolique, leur détermination à ne pas s'en laisser conter, mettent à bonne distance les intrigues les plus basses que le néocolonialisme occidental préfère réserver à une Afrique aussi Noire  que passive ?

Éloi Goutchili

 

clip_image001

Copyright, Blaise APLOGAN, 2010,© Bienvenu sur Babilown

Toute republication de cet article doit en mentionner et l’origine et l’auteur sous peine d’infraction

clip_image001

Publié dans Idéo

Une Idée de Solution de Paix en Côte d’Ivoire.

Mon Idéo Va, Court, Vole et Tombe sur…:

Comme en 1972

ideog La "caractéristique fondamentale et la source première" du problème ivoirien c’est que Ouattara veut être Président, parce que depuis la mort d'Houphouët-Boigny il se sent frustré d'une succession qu’il considère normale mais dont il a été écarté pour raison ethnique étayée sur sa citoyenneté erratique.

La crise étant née de la succession de coups de force par laquelle Ouattara, ancien premier ministre, entend coûte que coûte devenir président – car des trois prétendants au fauteuil présidentiel ivoirien depuis la mort d'Houphouët-Boigny, lui seul n'a jamais été président ; et, étant donné que l'argument selon lequel sa mise à l'écart traduirait la discrimination à l'égard des populations du Nord n'est pas entièrement surfaite, il serait donc bienvenu qu'intervienne un coup d'État comme celui de 1972 au Bénin. Et, comme au Bénin, ce coup, bien qu'éventuellement l'œuvre technique d'officiers de toute obédience, viserait à confier la direction du pays à un officier supérieur intègre originaire du Nord. Celui-ci dirigera le pays dans la discipline, l’ouverture et l'équité, en écartant définitivement de toute velléité électorale les trois mousquetaires dont les luttes et oppositions fratricides ont conduit le pays au bord de l'anomie. Cet officier détiendra le pouvoir pour une durée de cinq ans et, après qu’une nouvelle assemblée constituante soit formée, et une nouvelle constitution proposée au peuple, organisera des élections aux alentours de 2015 ; élections auxquelles ne participeront que les hommes politiques âgés de moins de 60 ans. Ce faisant, la frustration politique des populations du Nord qui sert d'argument à Ouattara sera apaisée ; et la Côte d'Ivoire partira sur de nouvelles bases sans avoir à faire de guerre civile, ou à être envahie par des pays voisins dont certains n’ont pas toujours vu d’un bon œil sa prospérité

Éloi Goutchili

clip_image001

Copyright, Blaise APLOGAN, 2010,© Bienvenu sur Babilown

Toute republication de cet article doit en mentionner et l’origine et l’auteur sous peine d’infraction

clip_image001

Publié dans Porque

Pourquoi Ouattara ne veut jamais respecter la loi de Côte d’Ivoire ?

pk3 En 1994 Bédié est élu président à l’issue d’une lutte fratricide contre  l’autre prétendant à la succession de Houphouët Boigny,  Ouattara ; quatre ans après, celui-ci, voyant venir les prochaines élections sans aucune perspective pour sa situation personnelle,  manipule des militaires qui renversent Bédié à la veille de Noël. Première violation de la loi de la Côte d'Ivoire

Lire la suite de « Pourquoi Ouattara ne veut jamais respecter la loi de Côte d’Ivoire ? »

Publié dans Haïku

CI: Constitution vs“communauté internationale”

basho Chose curieuse, pourquoi ce qui se nomme “Communauté Internationale” ose-t-elle se substituer à la Constitution d’un pays africain souverain ? Parce qu’elle finance les élections, achète les urnes ? En terme d’éthique politique et de droit internationaux, la soit-disant  “Communauté Internationale,” peut ne pas être d’accord avec ses décisions, elle peut les condamner, mais qu’elle se substitue au Conseil constitutionnel d’un pays souverain – et il n’y a qu’en Afrique noire, continent esclavagisé, colonisé,  arriéré, en pillage permanent,  rempli d’aliénés qu’un tel paternalisme méprisant est imaginable – voilà qui relève d’une aberration juridique et éthique pour le moins inouïe !

Amida Bashô

clip_image001

Copyright, Blaise APLOGAN, 2010,© Bienvenu sur Babilown

Toute republication de cet article doit en mentionner et l’origine et l’auteur sous peine d’infraction

clip_image001

Publié dans Haïku

Une Solution Pacifique à la Crise Ivoirienne : la Création du BURKINA FACI

basho Une solution à la crise de la Côte d’Ivoire c’est d’unir  le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire. Puisque les rebelles qui après un coup d’Etat sont en force aujourd’hui et exigent que leur victoire démocratique par les urnes soit reconnue par le régime démocratiquement élu qu’ils ont attaqué dans l’indifférence troublante ou la complaisance renversante de la  communauté internationale, puisque ces rebelles disons-nous ont Forcé la Côte d’Ivoire par les  Armes en venant du Burkina Faso, l’Union entre les deux pays s’appellera alors le BURKINA FACI, ce qui veut dire le BURKINA qui a Forcé par les Armes la Côte d’Ivoire…! Évidemment le Président tout indiqué de cette nouvelle union est le bien nommé Alassane Ouattara…

Amida Bashô

clip_image001

Copyright, Blaise APLOGAN, 2010,© Bienvenu sur Babilown

Toute republication de cet article doit en mentionner et l’origine et l’auteur sous peine d’infraction

clip_image001

Publié dans Haïku

Côte d’Ivoire : Si l’Occident était Sincère

basho Si l’Occident est sincère, avec son machin, l’ONU, pris en flagrant délit  de parti-pris, ils devraient établir une liste des régimes africains anti-démocratiques ou dictatoriaux à effacer en priorité de la surface politique du continent ; et les patriotes africains, qui savent réfléchir et voir les données de l’acharnement criminel de l’Occident capitaliste contre notre race et ses formes variables dans le temps, applaudiraient sans hésiter. Et, le principe en étant acquis, il est évident que le régime de Gbagbo qu’on essaie d’acculer aujourd’hui dans un charivari de désinformation pour le moins indigne, ne sera pas, loin s’en faut, le premier d’une telle liste, et ce quels que soient les critères de sa constitution…

Amida Bashô

clip_image001

Copyright, Blaise APLOGAN, 2010,© Bienvenu sur Babilown

Toute republication de cet article doit en mentionner et l’origine et l’auteur sous peine d’infraction

clip_image001

Publié dans Idéo

Pauvre Gbagbo: décidément pas de Chance avec la France et sa “Communauté Internationale”

Mon Idéo Va, Court, Vole et Tombe sur…:

Marcoussis à l'Envers !

ideog Dans le feuilleton de crise de la Côte d’Ivoire qui connaît des rebondissements depuis plus de dix ans, il y a un tel chapelet de disparités, d’imparité et de parti-pris à l’égard de Gbagbo, d’iniquité aussi, à tel point que le personnage en devient presque sympathique, en dépit de son rôle de grand méchant dictateur noir qu’il assume avec un mélange d’audace et de résignation.

1. En tant que Président démocratiquement élu, en 2002, Gbagbo subit l’assaut d’une rébellion armée, et demande l’aide militaire de la France, comme le prévoit les accords qui lient la Côte d’Ivoire à l’ancienne puissance coloniale. Celle-ci oppose une fin de non-recevoir, qui du reste ne fait que conforter les soupçons de sa liaison objective avec la rébellion. Dans la foulée de cette déconvenue, la France, que ne choque pas l’idée d’un coup d’état guerrier contre un pouvoir démocratiquement élu, impose à Gbagbo une table ronde avec les rebelles présentés sous l’estampille policée de “Force Nouvelle” Ce sera Marcoussis.

2. Dix ans plus tard, ayant compris le faible que la France, pays de la Révolution, a pour l’idée de rébellion, c’est Gbagbo lui même qui joue les rebelles, en refusant de reconnaître la victoire de son adversaire, Ouattara, après ce qui apparaît comme un échec aux urnes. Et le mauvais perdant, excipant de quelques arguments non tous infondés, demande à la France et à sa “Communauté Internationale” une table ronde pour en débattre. Un Marcoussis à l'envers, en somme ! Mais la France et sa “Communauté Internationale” refusent, et pour toute réponse, menacent de lui donner leurs armées, comme on donne du chien à un malfrat !

En résumé, quand Gbagbo demande à la France l’aide militaire pour défendre son régime démocratiquement élu contre les assauts antidémocratiques des rebelles armés, elle refuse et lui impose des pourparlers humiliants avec ceux-ci. Mais quand c’est Gbagbo qui devient à son tour rebelles et fait la demande de pourparlers avec les rebelles d’hier métamorphosés en Démocrates, la France et sa “Communauté Internationale” refusent et le menacent d’une intervention armée !

Pauvre Gbagbo, décidément, il n’a pas de chance avec la France et sa “Communauté Internationale !

Éloi Goutchili

clip_image001

Copyright, Blaise APLOGAN, 2010,© Bienvenu sur Babilown

Toute republication de cet article doit en mentionner et l’origine et l’auteur sous peine d’infraction

clip_image001

Publié dans Haïku

Les Conditions a Priori de la Crise Ivoirienne

basho Il y a un problème en Côte d’Ivoire ; et ce problème est de savoir si c’est que Monsieur Ouattara doit être Président ou si c’est  autre chose de plus général ; et si – le cas échéant – cette autre chose de plus général, depuis une dizaine d’années que dure la crise, a trouvé quelque solution ou pas ; et le cas échéant si sa résolution peut se poursuivre dans le sens d’une plus forte cohésion nationale et du raffermissement de la rationalité légale. ( Exemple : n’est-on pas passé en dix ans de l’idéologie abjecte de l’ivoirité à l’éligibilité d’un Ouattara, pour ne pas parler des milliers de ceux qui hier, au nom de leur nationalité suspecte, n’étaient ni éligibles ni électeurs ?)  Car réelle est la crainte d’une subtilisation implicite au travers de laquelle on serait parvenu à faire passer  au premier plan, la question électorale, l’exigence  démocratique dans un pays et un continent africains où ils restent somme toute sujets à caution, le fait qu’un homme, Ouattara, accomplisse son destin présidentiel. Tels sont les termes en lesquels se pose le problème ivoirien. Et ne pas les distinguer clairement, voire les hiérarchiser, c’est ignorer les conditions a priori de leur résolution durable.

Éloi Goutchili

clip_image001

Copyright, Blaise APLOGAN, 2010,© Bienvenu sur Babilown

Toute republication de cet article doit en mentionner et l’origine et l’auteur sous peine d’infraction

clip_image001

Publié dans Press-Links

Surprise visit by Obasanjo to Ivory Coast

obasanjo

ABIDJAN, Ivory Coast (AP) – Former Nigerian President Olusegun Obasanjo made an unannounced visit to Ivory Coast, arriving late Saturday for a private meeting with the country's defiant president in a final effort to get him to cede power after losing the recent election.

An Associated Press reporter was present when the Nigerian leader arrived at the luxury Pullman Hotel surrounded by bodyguards. He declined to comment and was whisked away to his suite on the hotel's 9th floor, where he spent around an hour before re-emerging to head to the presidential palace.

Incumbent president Laurent Gbagbo has remained in office, insisting that he won – a victory handed to him by the head of the constitutional council, a member of his inner circle, who canceled votes from his opponent's strongholds.

The spokesman for Alassanne Ouattara, who is considered to be the legitimate president-elect after results issued by the electoral commission, said that Obasanjo came to meet with Ouattara immediately after leaving the palace.

Ali Coulibaly, the spokesman, said that Obasanjo will see both leaders a second time on Sunday.

The international community has been unanimous in recognizing Ouattara as the winner of the election because the results issued by the electoral body were certified by the United Nations in accordance with a 2005 peace deal. The U.N. sent over 900 observers who fanned out across the country to watch as the votes were cast and who later reviewed results poll station-by-poll station.

continued

 

clip_image001

Copyright, Blaise APLOGAN, 2010,© Bienvenu sur Babilown

Toute republication de cet article doit en mentionner et l’origine et l’auteur sous peine d’infraction

clip_image001

Publié dans Image, Info, Press-Links

« Ghana president says ‘no’ to troops in Ivory Coast », PARAIT-IL, ET POUR CAUSE !

United Nations soldiers from Jordan stand guard outside the Golf Hotel in Abidjan, Ivory Coast, Thursday, Jan. 6, 2011. Alassane Ouattara, the man recognized as the winner of Ivory Coast's recent presidential election, called Thursday for special forces from West African nations to remove Ivory Coast's incumbent president Laurent Gbagbo in a commando operation. United Nations soldiers from Jordan stand guard outside the Golf Hotel in Abidjan, Ivory Coast, Thursday, Jan. 6, 2011.  (AP Photo/Rebecca Blackwell)

ACCRA, Ghana—The president of Ghana on Friday said his country is not able to send troops to Ivory Coast .

Ghanaian President John Atta Mills said his troops are already committed to other peace missions around the world — including in Ivory Coast

"Ghana's position is that  Ghana finds itself unable to contribute troops," because they are overstretched, he told reporters at a press conference in Accra, the capital of Ghana. "Currently, Ghana has 500 soldiers on United Nations missions in Ivory Coast .

quoted from Boston.com

Au-delà de ces excuses diplomatiques, la position du Ghana traduit le fait d’une réserve de principe, à laquelle n’est pas étranger le parti-pris paternaliste de ce qu’on appelle la “Communauté internationale”, qui est incapable d’intervenir sur d’autres théâtres où le besoin de démocratie et son déni sont autrement plus criants, mais qui trouve avec un pays africain colonisé par la France – Grand braconnier néocolonial  reconnu mondialement pour ses crapuleries et son imposture – l’occasion inespérée de compenser ses manquements coupables. Pas plus que n’y est étranger le paradoxe qui voudrait qu’un ramassis d’autocrates arrivés au pouvoir par des parodies d’élection et le conservant pour la plupart depuis des décennies par la violence meurtrière et la même parodie homologuée par la dite “Communauté internationale” se permette de donner des leçons de démocratie et même pire et pince sans rire de vouloir attaquer, comme des chiens sur ordre de leurs maitres occidentaux, un des leurs au demeurant moyennement moins parodique qu’eux, même si se pose en effet à son sujet un problème politique de respect des règles électorales. Enfin n’est pas moins significatif le fait que de tous ces pays de l’Afrique de l’Ouest, le seul dont le fonctionnement démocratique est le moins sujet à caution soit celui-là même qui émet des réserves vis à vis d’une intervention militaire illégitime pour régler un problème qui, au-delà de sa forme électorale actuelle, est un problème politique et éthique  plus profond qui ne peut se résoudre par la force extérieure, mais par la force intérieure, c’est-à-dire une prise de conscience collective interne des Ivoiriens.

En tout cas la réserve du Ghana vis à vis de ce projet  débile, illégitime et exogène est tout à son honneur. Le Ghana, ce berceau de notre race, nous étonnera toujours : on n'est pas le pays de Nkrumah pour rien…

Aminou Balogoun

clip_image001

Copyright, Blaise APLOGAN, 2010,© Bienvenu sur Babilown

Toute republication de cet article doit en mentionner et l’origine et l’auteur sous peine d’infraction

clip_image001

Publié dans Humor, Idéo

CI : Comment Ouattara Fut Roulé dans la Farine

Mon Idéo Va, Court, Vole et Tombe sur…:

Arithmétique Boulangère

ideog Pour départager les deux Présidents qui se disputent le direction de la Côte d’Ivoire, l’ONU, désireuse de sauver la face après ses erreurs pendables, a convaincu les deux rivaux de se soumettre à un Référendum. La question d’icelui étant : «Voulez-vous d’un Président National  ; ou voulez-vous d’un Président International ? » Bien entendu Laurent Gbagbo avait l’étiquette “Président National”, et  Alassane Ouattara, l’étiquette “Président International.” Le peuple ivoirien pacifique dans l’âme et désireux de renouer avec la paix et la prospérité du temps de Houphouët, fit sien le référendum et y participa massivement. A l’issue du scrutin, la CEI, qui était en charge de son organisation, proclama les résultats suivants : Pour l’étiquette “Président National” (Laurent Gbagbo) : 25,05% des voix ; Pour l’étiquette “ Président International” (Alassane Ouattara) : 74,99% des voix !

Mais le Conseil Constitutionnel ivoirien qui devait donner le verdict final à l’issue de l'examen des scores jugea que :

« Étant donné que dans le mot International, il y a le mot National, le score de Alassane Ouattara devrait être amputé de l’équivalent National, à savoir 25,05%,  qui sera additionné au score de Laurent Gbagbo !

L’étiquette “Président National” est donc créditée du score de 50,1%

En conséquence Monsieur Laurent Gbagbo est confirmé Président de la République de Côte d’Ivoire !»

 Et Ouattara fut roulé dans la farine, par le Grand Boulanger national !…

Éloi Goutchili

clip_image001

Copyright, Blaise APLOGAN, 2010,© Bienvenu sur Babilown

Toute republication de cet article doit en mentionner et l’origine et l’auteur sous peine d’infraction

clip_image001

Publié dans Tou8

CI: Président National ou Président International

pimentPour départager Gbagbo et Ouattara, il faut faire un Référendum en Côte d’Ivoire, dont voici la question : «Voulez-vous d’un Président National  ; ou voulez-vous d’un Président International ? »

Alao Bissiriou

clip_image001

Copyright, Blaise APLOGAN, 2010,© Bienvenu sur Babilown

Toute republication de cet article doit en mentionner et l’origine et l’auteur sous peine d’infraction

clip_image001