Mystère et Diligence Spirituelle : Voisins le Matin, Frères le Soir

blog1.jpg

Je me souviens en 2012, un jeudi matin du mois de juin , je me rendais à Pobè avec ma  famille pour une cérémonie, un peu avant Atomey, j’aperçois un ami de quartier, un grand frère, qui traînait sa moto tout en sueur… La vitesse à laquelle je roulais ne m’a pas permis de freiner aussitôt et, dans l’intervalle, le doute m’a gagné quant au fait de m’arrêter pour m’enquérir de son problème ou continuer simplement mon chemin vu la très longue distance que j’avais à parcourir… Mais je n’ai pas pu aller loin, mon cœur se resserrait à chaque tour de roue et je dus rebrousser chemin pour aller à sa rencontre. Il était en nage et ployait sous l’effort. A ma vue, son visage s’éclaira d’une lueur de délivrance, il était heureux sans même que je lui demande ce qu’il avait comme problème. La zone qu’il traversait était une zone déserte et il n’y avait aucune maison dans les environs immédiats…

« Grand frère, vous avez un problème? » Lui demandai-je…

Bobo ! ( c’est comme ça qu’il m’appelle), c’est Dieu qui t’a envoyé. Je dois aller d’urgence à Lonkly mais je me suis réveillé avec 200 francs en poche et je ne pouvais laisser Madame et les enfants comme ça ; donc j’ai laissé les deux cents à la maison, je ne savais pas que je n’avais plus assez de carburant, voilà, c’est fini et depuis, j’essaie de négocier chez les bonnes dames mais elles refusent, donc voilà je continue, peut- être, devant, une d’elles finira par accepter, je vais lui laisser ma carte d’identité… »

J’étais attristé par son récit. Le cœur meurtri, je lui donnai un billet de 2000f. «  A chaque jour suffit ça peine, Fofo, lui, dis-je. Demain est un autre jour, ça va aller, courage… !»

Il était ému et pria pour moi. Puis je repris la route, et repartis le  cœur plus léger…

Le soir, aux environs de 21h 45, je revenais d’Atomey, nous étions trois sur la moto, j’étais avec une femme et un enfant de 4ans… Arrivé à peu près dans la même zone où s’était passée la scène le matin j’eus une crevaison…. Il n’y avait ni vulcanisateur ni mécanicien aux bords de cette voie déserte…. J’avais juste le choix entre traîner ma moto jusqu’à Lagbavé ou faire demi-tour à Lonkly pour réparation avant de rentrer. Il se faisait tard, j’avais l’argent en poche pour payer la réparation mais aucune chance de le faire…. Je décidai alors de prendre mon courage à deux mains et traîner la moto car nous étions dans une zone très dangereuse, avec une femme et un enfant… Pour me donner du cœur à l’ouvrage, j’entonnai une chanson du groupe macro music, « MAHOU …. » puis je me mis à  traîner ma moto… A peine avions-nous parcouru 100 mètres qu’une moto venant de Lonkly et qui nous avait dépassés ralentit et fait demi tour vers nous….

« Bobo? » dit le conducteur quand il fut  à notre hauteur ! C’était mon grand frère que j’avais aidé le matin qui était de retour de Lonkly….Incroyable !

« Mais, vous avez quel problème ? demande-t-il surpris.

— Ah … j’ai eu une crevaison, Fofo,

— Ah bon ? Humm, dit-il en réfléchissant, je connais un vulcanisateur dans la zone, je vais l’appeler. »

Il fit l’appel et 5 minutes après le vulcanisateur et son apprenti étaient là avec tout le matériel nécessaire… Je ne pouvais pas y croire, j’étais sans voix… Mon ami me dit : « C’est ton habit que j’ai remarqué, et je me suis dit : « mais c’est l’habit que portait Bobo le matin là ça… !»

Autrement si je ne m’étais pas arrêté ce matin, il n’aurait pas remarqué mon habit et gardé cette image qui lui à permis de me repérer cette nuit-là, malgré l’obscurité… Quelques minutes plus tard, ma moto était réparée et nous avons repris le chemin dans la paix et la sécurité… Nous étions tous stupéfaits ce jour-là de la coïncidence inespérée des événements et c’est resté à jamais gravé dans nos mémoires….


blog1.jpg

copyright5