Wole Soyinka et l’Ooni d’Ifè Disent Non à la « Fulanisation » du Nigeria

blog1.jpg

On se souvient qu’il y a quelques semaines l’ancien président Olusegun Obasanjo a jeté un pavé dans la mare en dénonçant ce qu’il a appelé la fulanisation du Nigeria, considérée, avec la secte islamiste Boko haram, comme étant l’un des dangers qui guettent le pays, sinon l’Afrique de l’Ouest toute entière. Par cette dénonciation, Monsieur Obasanjo se référait aux multiples exactions et actions sauvages de tueries perpétrées par les bergers peuls en toute impunité, et qui fauchent chaque jour des vies humaines par dizaines voire par centaines, détruit des biens et des récoltes de paisibles populations.  Si la sauvagerie meurtrière des bergers peuls n’est pas nouvelle, sa montée en puissance, et l’impunité dont ils jouissent sous l’actuel régime sont scandaleuses ; elle sont soulignées par l’insolence d’une organisation faitière qui a pion sur rue, Myetti Allah, qui revendique ouvertement la paternité idéologique et logistique des crimes monstrueux commis par les bergers peuls à travers le pays.

Récemment, la crânerie insolente de cette organisation a atteint un point de rouerie vicieuse jamais égalé lorsque dans un communiqué rendu public, elle a fait apparaître les bergers sanguinaires comme des victimes et leurs innocentes victimes comme des criminels intolérants. Fort de cette inversion cynique des rôles, la Myetti Allah a donc lancé un ultimatum de 30 jours au gouvernement Buhari pour imposer sur tout le territoire un projet de réquisition  d’espace d’élevage en faveur des bergers peuls. Tout se passant comme si le refus obscurantiste des communautés peuls de s’adapter aux conditions modernes d’économie agraire et leur conservatisme moyenâgeux devraient être payés par les autres communautés, notamment sédentaires du pays.

Face à cette vicieuse  saillie des adeptes de  la fulanisation du Nigeria que dénonce M. Obasanjo, deux voix fortes se sont fait entendre : il s’agit du Prix Nobel Wole Soyinka et de l’Ooni d’Ifè, le Monarque suprême des Yoruba.

L’Ooni d’Ife, Oba Adeyeye Ogunwusi, et le professeur Wole Soyinka, ont conjointement appelé les Nigérians à défendre leurs terres ancestrales contre les colonies de bétail proposées par le gouvernement fédéral  sous le nom de RUGA.

Cela a été annoncé dans un communiqué publié hier pour mettre en lumière les détails d’une réunion entre le monarque et le lauréat du Nobel au domicile de celui-ci à Idi-Aba, Abeokuta, dans l’État d’Ogun.

La réunion était centrée sur l’état de la nation.

Dans le communiqué, Oba Ogunwusi et Soyinka ont déclaré que leur appel aux Nigérians pour se défendre était devenu crucial, la Coalition des groupes du Nord ayant donné un ultimatum de 30 jours au gouvernement fédéral pour faire aboutir le projet Ruga concernant les éleveurs Fulani, bien que suspendu après les protestations de nombreux Nigérians.

Le communiqué déclare en substance: «À cet égard, il convient de reconnaître le dernier ultimatum lancé par un ordre sectaire au président de ce pays afin de mettre en place ce que l’on appelle les colonies de bétail Ruga dans toute la nation dans un délai imparti. en tant que droit au titre de la prime à la liberté d’expression.

«En retour, nous exerçons le nôtre et appelons les Nigérians, qui se démarquent des frontières nationales, à défendre le caractère sacré de leurs terres ancestrales. Ce droit inné n’a jamais été annulé, pas même sous occupation coloniale.

«Parmi ces questions d’importance urgente figurent les mouvements insurrectionnels en cours qui découlent du fanatisme et de l’intolérance religieux, illustrés par Boko Haram et les tendances connexes, ainsi que des aspects des entreprises commerciales.

«Dans lesquels certains groupes se considèrent comme particulièrement privilégiés, singuliers et au-dessus des lois et des droits qui s’imposent aux autres secteurs d’entreprises commerciales et industrielles. Nous pensons à des formes de transactions sociales destructrices qui caractérisent des groupes tels que les éleveurs de bétail nomades et leurs regroupements sous la forme de Myetti Allah.

«Nous confessons que nous sommes de plus en plus angoissés et consternés par le fait que la cohabitation jusque-là harmonieuse, voire même routinière, entre les branches productives de la société que les Nigérians ont pris pour un acquis, même depuis la période précoloniale, s’est dégradée pour atteindre un niveau sans précédent de barbarie, de mépris pour la vie humaine et une défiance des droits civiques d’autres secteurs productifs tels que les agriculteurs, fournisseurs de cultures vivrières et commerciales.

«Ce modèle odieux, mais cohérent dans son arrogance sectaire et meurtrière est évidemment non seulement contre-productif, mais aussi inhumain, criminel et conflictuel. »

«Nous appelons le peuple nigérian à reconnaître que le projet de colonisation interne est récurrent, qu’il existe des esprits arriérés, primitifs et non développés qui ont échoué et continuent de ne pas vaincre les illusions de cette croyance obsolète selon laquelle la domination sectaire est la clé de la société, l’existence, une croyance qui méprise la cohabitation pacifique fondée sur le respect mutuel, un esprit de répartition égalitaire et la reconnaissance de la dignité de l’autre, y compris de ses modes antérieurs de production matérielle des moyens d’existence. (…)

«Nous appelons tous les occupants de l’espace-nation connu sous le nom de Nigéria à adopter tous les principes susmentionnés comme principes directeurs pour la coexistence mutuelle et à les transmettre à leurs descendants et à leurs paroisses en tant que fondements de leur conscience même sociale.»

ibinimori

copyright5

 

 

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s