Publié dans nigeria, Press-Links

Nigeria : Mme Dolapo Osinbajo, la Femme du Vice-Président s’habille à 1800 N

En manière d’encourager le made in Nigeria, et le consommer local, Mme Dolapo Osinbajo, paye de sa personne, et montre qu’on peut être coquette à pas cher.
La jupe verte qu’elle porte ici lors d’un événement musical à Lagos où elle prononça un discours lui a couté en effet 1800 naira soit moins de 4000 F cfa. Quand à la blouse, elle l’a confectionné de ses propres mains…
blog1
copyright5
Publié dans Haro, nigeria, Science

Langues Nationales et Éducation : A mille Lieues de nos Tiraillements Savamment Orchestrés sur la Révision pour Cacher la Mainmise de Talon sur le PVI, un Député Nigérian Tire sur la Sonnette d’Alarme

blog1

L’Honorable Oladipupo Adebutu, a appelé samedi le gouvernement fédéral à envisager de formuler une politique linguistique globale si le pays doit améliorer son indice d’éducation et être mis sur la voie du progrès technologique.
Le législateur a déclaré que de nombreuses recherches avaient prouvé au-delà de tout doute que l’utilisation de la langue maternelle comme moyen d’enseignement dans les écoles de base restait le meilleur moyen de transmettre les connaissances et de réaliser un développement cognitif sain chez les enfants.
L’Honorable Adebutu a déploré que bien que l’édition 2004 de la Politique Nationale d’Education (NPE) ait affirmé le principe de l’utilisation de la langue maternelle comme moyen d’enseignement au cours des trois premières années de l’école primaire, l’anglais devant être enseigné uniquement en tant que matière, le gouvernement fédéral a refusé de faire respecter la mise en œuvre de la politique, ce qui a conduit à des fondements défectueux dans l’éducation des enfants.

blog1
« Il est tragique que certaines écoles primaires et secondaires privées dans le Sud-ouest yoruba n’offrent pas le yoruba comme matière. Dans d’autres, le yoruba est interdit comme langue vernaculaire que les élèves doivent éviter. Cela nuit à leur potentiel créatif parce qu’ils sont obligés, au début de la vie, de penser dans une langue étrangère.
« Un modèle pour montrer que l’éducation de la langue maternelle est la meilleure pour le développement cognitif de l’enfant a été donné par un ancien ministre de l’Éducation, le Professeur Aliu Babatunde Fafunwa entre 1970 et 1989, à travers le célèbre projet primaire de Sixième Ife. Le gouvernement à tous les niveaux devrait sortir le rapport sur ce projet des tiroirs et veiller à sa mise en œuvre.
« Dans le cadre de la politique linguistique globale qui a été sollicitée, le gouvernement fédéral devra affecter méticuleusement aux langues nationales des rôles plus importants que ceux dont elles jouissent actuellement. Cela servira de catalyseur pour notre objectif national et notre aspiration à réaliser le développement technologique.

Quand on sait que pour des raisons historiques, idéologiques et économiques, le Nigeria est très avancé dans l’usage des langues nationales, et qu’en la matière nous ne soutenons pas 1% de comparaison avec nos frères de l’est, les  critiques formulées par ce député cloueraient davantage au pilori la posture officielle béninoise sur le sujet. Et pourtant, comme le dit le proverbe fon « hèfun mè wè hè nonsudé ».

En vérité, on n’a pas besoin d’avoir inventé la poudre pour se rendre compte que la question de l’éducation de nos enfants dans nos langues maternelles est plus importante que celle d’un PVI donné à Benin Control, que l’on veut cacher avec les provocations savamment orchestrées autour d’une révision cavalière de la constitution.

Bejide Alamoran

ibinimori

copyright5