Bénin, Success Story : liste des Béninois qui Réussissent dans la Diaspora

Qu’ils soient banquiers d’affaires, économistes, hommes d’affaires, artistes, photographes, entrepreneurs, acteurs, avocats, consultants, enseignants du supérieur ou encore journalistes, de nombreux Béninois brillent à l’étranger. Certains d’entre eux ont carrément quitté le Bénin pour développer leur carrière à l’international. En France, aux États-Unis, en Afrique du Sud, en Côte d’Ivoire, en Belgique, aux Pays-Bas, au Ghana, au Togo, au Nigeria, au Sénégal, au Japon et en Suisse où ils vivent pour la plupart, ils connaissent tous la gloire. Dans ces pays, ils sont adulés, respectés et considérés. Leur point commun ? Des Béninoises et Béninois qui ont réussi à se faire un nom à l’étranger. Qui sont-ils ? Enquête.

On ne peut pas parler des Béninois qui vivent et cartonnent à l’étranger sans citer leurs noms. Ils sont nombreux à exceller dans la diaspora : De Lionel Zinsou à Angélique Kidjo en passant par Djimon Hounsou, Sébastien AjavonFabrice Sawegnon, Alain Capo-Chichi, Martin Rodriguez, Jinabou Madou Isbath, Dare Okoudjou, Francis Kpatindé, Francis Laloupo, Babylas Boton, Hamed ParaïsoJules-Armand Aniambossou, Dr Kessilé Tchala Saré, Vincent Zodogomè, Lionel Chobli, Marie-Cécile Zinsou, Omar Arouna, Rufin Zomahoun, Wilfrid Lauriano do Rego, Aurèle Mawudo Houngbédji, Girèsse Tèla, Alexandre Houssou, Fatiou Ousman, Kenneth Feliho, Stéphane Boss’Art, Bruno Savoéda, Célestin-Alexis Agbessi, etc. La liste est très longue.

Comment les reconnaît-on ? Par leurs noms, leur accent, leurs comportements, leur mode de vie et leurs compétences professionnelles. Ils ont des traits communs : très discrets, brillants, travailleurs, créatifs, compétents, autonomes, courageux, ingénieux et passionnés. Certains sont très populaires, très connus, des superstars, d’autres sont plutôt discrets. Ils s’illustrent dans les domaines des affaires, des finances, de la santé, de la musique, de la photographie, de la communication, des médias, du cinéma, des technologies créatives, de l’éducation et de l’art.

Vous les verrez dans les institutions internationales, à la tête de leurs propres entreprises, dans les organismes financiers ou d’autres secteurs. S’ils sont dans une administration, ils occupent souvent des postes clés, des fonctionnaires de très haut niveau. S’ils sont dans une profession indépendante, ils se font toujours remarquer par la qualité de leur leadership. Sur le plan professionnel, peu importe leurs secteurs d’activité, ils travaillent très bien. Certains sont mêmes surnommés « Cerveaux », tellement leur travail est reconnu et salué.

Voyage au cœur des Béninois qui réussissent à l’étranger.

Lionel Zinsou, économiste et banquier d’affaires hors-pair

Ancien Premier ministre du Bénin (juin 2015 à avril 2016), Lionel Zinsou, né le 23 octobre 1954 à Paris, est un économiste exceptionnel. Banquier d’affaires franco-béninois, il a été président directeur général du fonds d’investissement européen PAI Partners. Fondateur et Managing Partner de SouthBridge, une société de conseil financier et stratégique dédiée à l’Afrique, il préside la Fondation Terra Nova, la Fondation de l’École normale supérieure et la Société des Amis du Musée Branly-Jacques Chirac.

Son brillant parcours professionnel dans le secteur public et privé fait de lui, sur la scène internationale, un spécialiste avéré et recherché des questions économiques, financières et de développement. Très sollicité dans le monde entier, notamment en Europe, en Afrique, aux Etats-Unis et en Asie, il a été aussi associé-gérant de la banque d’affaires Rothschild et Cie.

Ancien élève de l’École normale supérieure, de l’Institut d’Études Politiques et de la London School of Economics, agrégé de Sciences économiques et sociales, Lionel Zinsou avait travaillé dans le Cabinet du ministre de l’Industrie et du Premier Ministre Laurent Fabius.

En 1986, il rejoint le leader mondial de l’alimentation Danone. Membre du Conseil d’administration de l’Institut Pasteur, du Global Leadership Council de Brookings (Washington D.C.) et du High Level Financial Panel, il a aussi été conseiller spécial auprès du président du Bénin, de 2006 à 2011.

Lionel Zinsou, ancien Premier ministre du Bénin. – © Melting Book.

Angélique Kidjo, première diva africaine avec 5 Grammy Awards

Née le 14 juillet 1960 à Ouidah, au sud du Bénin, Angélique Kidjo est une superstar, vivant aux Etats-Unis. Ambassadrice de bonne volonté de l’UNICEF, Docteur Honoris Causa de l’Université Catholique de Louvain (UCL), cette vedette très célèbre a été quatre fois lauréate de l’Académie Charles Cros.

En faisant sa biographie au magazine américain Time, dans le cadre de la désignation des 100 personnalités les plus influentes du monde en 2021, la pianiste Alicia Keys a mis un accent particulier sur son humanité, sa générosité et sa gentillesse envers la nouvelle génération. « Sa capacité à mélanger les cultures, à créer un son émouvant qui est hors de ce monde, rend le travail avec elle et l’écoute si spéciale. Elle électrise les gens », certifie la chanteuse Alicia Keys. Dans ce classement, elle avait été distinguée dans la catégorie des Titans.

Lors de la 64ème édition des Grammy Awards, qui s’est déroulée le 3 avril 2021 à Las Vegas, aux Etats-Unis, Angélique Kidjo a été récompensée dans la  catégorie « Meilleur album de musique du monde », remportant ainsi son 5ème Grammy Awards.

La chanteuse béninoise Angélique Kidjo. – © Angélique Kidjo.

Djimon Hounsou, acteur, réalisateur et mannequin exceptionnel

C’est l’un des ambassadeurs de la culture béninoise à l’étranger. Né le 24 avril 1964 à Cotonou, au Bénin, en Afrique de l’ouest, et très courtisé par l’industrie hollywoodienne, Djimon Gaston Hounsou a tourné dans plusieurs films tels que Gladiator, AmistadBlood Diamond (2007, aux côtés de Léonardo DiCaprio), The Island (2005), Forces spéciales (2011), Never Back Down (2008), Blueberry, Constantine, Eragon (2006), Push (2009, aux côtés du très demandé Chris Evans) et Korath. Il a tourné trois films avec l’acteur américain Samuel Leroy Jackson. Avec l’acteur américain Kurt Vogel Russel, il a fait trois films et une série. 

En décembre 2021, il était à l’affiche du film britannique « The King’s Man : Première Mission« , réalisé par Matthew Vaughn, producteur américano- britannique de 50 ans. Dans ce long-métrage d’action et d’espionnage, il a joué le rôle principal. C’est un sentiment d’estime et de considération porté à ce Béninois d’origine, qui s’est construit une très belle filmographie.

Djimon Hounsou et Harris Dickinson dans « The King’s Man : Première Mission ». Crédit photo : « The King’s Man : Première Mission ».

Fabrice Sawegnon, chef d’entreprise inspirant et visionnaire !

Né le 18 janvier 1972 en Côte d’Ivoire, précisément à Marcory, à Abidjan, Fabrice Sawegnon est un véritable chef d’entreprise. Béninois d’origine, d’un père architecte et d’une mère secrétaire, il intervient dans la communication (publicité, événementiel et édition), l’information, l’immobilier, la sécurité privée et l’hôtellerie. Publicitaire, entrepreneur, philanthrope et épicurien, il dirige depuis 1999 la toute première agence de communication d’Afrique francophone, Voodoo Group, basée en Côte d’Ivoire. Également patron de Life TV, Vibe Radio, Elle.ci, Focus.ci, Life Magazine et Tycoon, il a conçu et mis en œuvre la communication politique de plusieurs dirigeants africains, du Bénin au Togo en passant par le Gabon, la Côte d’Ivoire et le Mali.

Fabrice Sawegnon sait écouter attentivement, faire confiance, fixer des objectifs clairs, récompenser les bonnes initiatives et personnifier les valeurs de ses entreprises (amour, travail et solidarité). Agissant en guide, il permet l’échange et la transmission de ses connaissances, encourageant le changement autour de lui et communiquant en toute transparence. Visionnaire et inspirant pour de nombreux jeunes africains, en raison de la qualité de son leadership, ses convictions sont en faveur d’une Afrique unie, solidaire, fraternelle, forte et prospère.

Fabrice Sawegnon, chef d’entreprise béninois vivant en Côte d’Ivoire. – © Fabrice Sawegnon.

Dare Okoudjou, dans le top 100 des leaders mondiaux de la haute technologie

Titulaire d’un Master scientifique en ingénierie télécom et d’un Master en administration des affaires, Dare Okoudjou est le patron de la société panafricaine MFS Africa, exploitant le plus grand centre de paiement numérique en Afrique. Il l’a créée en 2009 après son départ du Groupe MTN. A MTN, c’est d’ailleurs lui qui avait développé la stratégie de paiement mobile et dirigé sa mise en œuvre dans 21 pays d’Afrique et du Moyen-Orient.

Spécialiste de la FinTech, Dare Okoudjou fournit des services financiers grâce à des solutions innovantes. Sa société est connectée à 320 millions de portefeuilles mobiles, créant ainsi le plus grand réseau d’argent mobile dédié du continent. Installé à Londres, en Angleterre, il a réussi à reprendre Global Technology Partners (GTP), une société américaine spécialisée dans les cartes bancaires prépayées. Cette opération lui a coûté 31,7 millions d’euros, soit 34 millions de dollars américains.

Le dernier classement de l’organisation internationale de journalisme à but non lucratif spécialisée dans les nouvelles technologies (Rest of World) l’a placé dans le top 100 des leaders de la haute technologie dans le monde.

Dare Okoudjou, patron de la société panafricaine MFS Africa.

Alain Capo-Chichi, le « Steve Jobs africain »

Il s’appelle Alain Capo-Chichi. Surnommé « Steve Jobs africain », il est le président du Groupe Cerco, organisme qu’il a fondé à 20 ans, présent au Bénin, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Mali, en France et en Chine. Basé en Côte d’Ivoire, il préside le Réseau International des établissements privés de l’enseignement supérieur de l’espace Cames (Ridepes-Cames).

Initiateur du Bus de l’Internet et de la première usine d’assemblage d’ordinateurs en Afrique de l’Ouest, il a été élu en 2010, par la Cedeao, Meilleur jeune entrepreneur dans le domaine de l’innovation et en 2005 parmi les 10 jeunes les plus remarquables au monde. Il est auteur de plusieurs ouvrages sur l’entreprenariat, l’innovation et la formation (Réussir à 25 ans, un exemple africain, Quelle Université pour quelle Afrique?).

Sur le plan académique, il est Maître-Assistant des Universités en Génie Informatique, Docteur en sciences de l’Information et de la Communication de l’Université Paris8 (France) et membre Associé de la Chaire Unesco sur les TICs de l’Université de Bordeaux.

A Grand-Bassam, à 43 km à l’est d’Abidjan, sur le site du Village des technologies de l’information et de la biotechnologie (Vitib), il a installé une usine de production d’ordinateurs et de téléphones mobiles super intelligents accessibles en 15 langues.

Dr Alain Capo-Chichi, président du Groupe Cerco, promoteur du superphone ivoirien. – © Alain Capo-Chichi

Marie-Cécile Zinsou, passionnée de l’art contemporain

Agée de 40 ans (née en 1982), Marie-Cécile Zinsou est engagée dans la promotion et la protection de l’art contemporain béninois et africain, à travers sa fondation, la Fondation Zinsou. Depuis juin 2005, elle fait beaucoup pour la culture béninoise et africaine.

Historienne de l’art, elle préside le conseil d’administration de l’Académie de France à Rome – Villa Médicis (nommée par le président Emmanuel Macron) et le conseil d’administration de la Maison Maria-Casarès, un centre culturel et théâtral à Charente. Membre des conseils d’administration de l’Etablissement public du Château, du Musée et du Domaine national de Versailles (depuis 2015) et de l’Institut des cultures d’islam (depuis 2019), elle fait partie des femmes influentes au monde. En 2021, par exemple, l’association Femmes de Culture l’a classée dans le top100 des Femmes de Culture.

Son dernier grand combat concerne les œuvres d’art pillées par la France lors de la colonisation. Officier dans l’Ordre des Arts et des Lettres, elle a pris la tête de ce combat pour appeler à la restitution des œuvres à leurs pays d’origine. A Montpellier, le 8 octobre 2021, lors du Sommet Afrique-France, Emmanuel Macron avait pris l’engagement de restituer 26 œuvres du Trésor d’Abomey au Bénin. Elles sont aujourd’hui exposées à Cotonou.

Marie-Cécile Zinsou, présidente de la Fondation Zinsou, fille de l’ancien Premier ministre Lionel Zinsou. Photo : Radio-Canada/Jean-François Bélanger.

Jules-Armand Aniambossou, ambassadeur de France en Ouganda

Titulaire d’un diplôme d’ingénieur de l’Ecole nationale supérieure des mines de Douai, Jules-Armand Aniambossou est, depuis mai 2019, l’ambassadeur de France en Ouganda. Mais avant, il fut successivement ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Bénin en France (mai 2013 – octobre 2016) et coordinateur du Conseil présidentiel pour l’Afrique, une structure créée en août 2017 par le président Emmanuel Macron. Né le 18 mai 1962 au Bénin, il a aussi eu le privilège d’intégrer le Corps Préfectoral français.

Jules-Armand Aniambossou, ancien coordinateur du conseil présidentiel pour l’Afrique.

Jinabou Madou Isbath, 26 ans de carrière remplie

Née le 6 septembre 1965 à Abomey-Calavi, au sud du Bénin, à 18 kilomètres au Nord de Cotonou, Jinabou Madou Isbath est une chanteuse. C’est en 1996 qu’elle s’est lancée dans la musique (folk juju et l’afro-beat). Ses albums en faveur de l’amour, de la paix et de la protection des droits des femmes et des enfants ne laissent personne indifférent : De Founwadjè (1996) à D’un rêve à un autre (2016) en passant par You (1998), Ireti (2000), Racines (2004), Dari Djimi (2009) etDélice (2013).

Sa discrétion et sa singularité artistique font d’elle, une artiste respectée et très attendue. Originaire de Porto-Novo, la capitale du Bénin, elle fut danseuse, mannequin et actrice. Vivant désormais en Côte d’Ivoire, elle a été, en juillet 2005, lauréate au Top d’Or dans la catégorie Top des Topdes chanteuses africaines en Côte d’Ivoire.

Jinabou Madou Isbath, dit Madou, artiste, chanteuse.

Wilfrid Lauriano do Rego, coordonnateur du Conseil présidentiel pour l’Afrique

Depuis juillet 2019, Wilfrid Lauriano do Rego préside le Conseil présidentiel pour l’Afrique, une organisation étatique française mise en place par Emmanuel Macron pour lui apporter un éclairage original sur les enjeux de la relation entre la France et les pays africains. Wilfrid Lauriano do Rego remplace à ce poste son compatriote Jules-Armand Aniambossou. Né le 20 octobre 1960 à Cotonou, la capitale économique du Bénin, il est le président du conseil de surveillance du cabinet d’audit KPMG France.

Wilfrid Lauriano do Rego, coordonnateur du Conseil présidentiel pour l’Afrique. – © CPA.

Aurèle Mawudo Houngbédji, fonctionnaire de la Banque mondiale aux Etats-Unis

Titulaire d’un Ph.D. en mathématiques financières de l’Université de Pittsburgh, Aurèle Mawudo Houngbédji réside aux Etats-Unis. Il rejoint le Groupe de la Banque mondiale en 2005. Membre de la Global Association of Risk Profesionals (GARP), basée à New York, il a à son actif une vingtaine d’années d’expérience professionnelle, intervenant également comme professeur adjoint de finance quantitative à la Johns Hopkins University.

De 2012 à 2016, il a été, au Bénin, conseiller technique du chef de l’Etat en charge de la promotion de l’investissement. A ce poste, il a conduit, avec Nasser Yayi, Secrétaire Permanent du Conseil Présidentiel de l’Investissement (SP/CPI), un train de réformes visant essentiellement à l’amélioration du climat des affaires, à l’accroissement de l’investissement privé et à la facilitation du dialogue public-privé.

Aurèle Mawudo Houngbédji est l’auteur de l’ouvrage « L’audace de réformer – Plaidoyer pour une transformation économique de l’Afrique face aux Agendas 2030 et 2063 ».

Francis Kpatindé, journaliste expérimenté et enseignant à Sciences Po

L’évocation de son nom dans la presse française est suffisante pour comprendre à quel point il est populaire et respecté. Francis Kpatindé, puisque c’est de lui qu’il s’agit, est un journaliste expérimenté connu au-delà des frontières françaises. Passionné par le multimédia et les nouvelles technologies de l’information et la communication, il fut rédacteur en chef de Le Monde Afrique et de Jeune Afrique. Il a également écrit pour Le Nouvel Observateur (hebdomadaire français), l’édition américaine du magazine Trace, Courrier International et des journaux belges et africains.

Né le 3 octobre 1955 au Bénin, il a régulièrement participé à des débats radiophoniques et télévisés sur RfiRadio Canada Internationale, Voa, France Inter, Europe 1, France Info, Bbc, France24, France 3, I-Télé, Tv5, la Télévision Suisse Romande, Arte, M6 et les radios et télévisions africaines. Ses articles de très grande qualité sont souvent consacrés à l’Afrique, aux Caraïbes, à l’Amérique du Nord (Etats-Unis et Canada) et à la France.

Après avoir obtenu son Bac au Gabon, il s’est inscrit à la Faculté de droit et de sciences politiques de Caen, au Nord-Ouest de la France en Normandie. C’est à Paris XI qu’il a obtenu son DESS en Diplomatie et administration des organisations internationales. Enseignant à Sciences Po Paris, il a travaillé au Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) à Genève et en Afrique de l’Ouest, en tant que porte-parole. Il a aussi mis son expérience au service de plusieurs pays (Haïti, Afrique du Sud et Madagascar) dans des opérations politiques et de maintien de la paix des Nations unies.

Francis Kpatindé, journaliste de profession et enseignant à Sciences Po Paris.

Stéphane Boss’Art, un photographe libre et créatif

Avant d’être son métier, la photographie est surtout une véritable passion pour Stéphane Boss’Art. Et il l’exerce avec engouement, liberté et professionnalisme, et ce, après une formation en audiovisuel et communication. D’origine béninoise, il est capable d’immortaliser les moments forts de votre vie dans toutes les circonstances, plaçant l’humain au centre de son travail photographique. C’est ainsi qu’il réalise des reportages vivants, des photos naturelles et remplies d’émotions pour ses clients en Afrique, en Europe et partout dans le monde.

Ayant pour centres d’intérêt les rencontres, la découverte, la création, le voyage et la documentation, il a couvert plusieurs grands événements sportifs et culturels dans le monde. Il s’agit notamment de la Coupe du monde féminine de football en 2019 en France, de la Coupe d’Afrique des nations de football en 2017 au Gabon et le Bénin Fashion Week. Patron de l’Atelier Boss’Art Empire basé à Paris, Stéphane Boss’Art est l’un des photographes les plus connus en Afrique grâce à ses clichés originaux et uniques. Ses mérites sont d’ailleurs reconnus et salués par l’obtention de plusieurs prix : Meilleur photographe d’Afrique de l’Ouest en 2018 au Togo, Meilleur photographe à la nuit de la diaspora  en 2018 à Paris et Meilleur photographe africain au Africa Talents Awards  en 2019 en Côte d’Ivoire.

Stéphane Boss’Art, dirigeant de l’Atelier Boss’Art Empire à Paris. – © Stéphane Boss’Art.

Francis Laloupo, un journaliste émérite

Il n’est plus à présenter. Dans le milieu de la presse en Europe et en Afrique, l’évocation de son seul nom suffit largement pour constater à quel point il est honoré. Journaliste, essayiste, ancien directeur de rédactions et de publications, Francis Laloupo est aussi un professeur de géopolitique et relations internationales à IPJ-Paris Dauphine.

Auteur des ouvrages « France-Afrique : la rupture maintenant? » et « Blues démocratiques 1990-2020« , il a préfacé le dernier livre du journaliste Léonce Houngbadji, « De Cotonou à Paris, carnets d’un exilé politique en France ».

Francis Laloupo, journaliste et professeur de géopolitique et relations internationales.

Girèsse Tèla, très sollicité en Côte d’Ivoire et au Cameroun

Avec sa société « Impact Palmarès R&D SAS », implantée en Côte d’Ivoire, Girèsse Tèla a réussi à s’imposer dans plusieurs pays africains, dans le domaine des nouvelles technologies. Il vient de signer un contrat avec le gouvernement camerounais pour sécuriser, moderniser et uniformiser les prestations consulaires. La concrétisation de ce partenariat stratégique permettra au Cameroun de délivrer des visas biométriques sur vignettes sécurisées, des cartes consulaires, des laissez-passer, des laissez-passer mortuaires et bien d’autres documents officiels infalsifiables, aussi bien au ministère des Relations Extérieurs que dans les Missions diplomatiques, les postes consulaires et les postes de police aux frontières aériennes, terrestres et maritimes. Ce système moderne de la société « Impact Palmarès R&D SAS » a déjà fait ses preuves en Côte d’Ivoire, notamment à l’Ambassade du Cameroun dans le cadre de la délivrance des visas biométriques, depuis 2020.

Girèsse Tèla lors de la signature du contrat de partenariat sur la conception et la réalisation de la sécurisation et l’uniformisation des prestations consulaires au Cameroun, le 1er avril 2022. – © Ministère des Relations Extérieures.

Lionel Kpènou Chobli, patron de Optimum Consulting

Depuis 11 ans, le franco-béninois Lionel Kpènou Chobli met à la disposition des institutions, administrations, collectivités, organisations et entreprises, sur le continent africain, son expertise dans le domaine des services de conseil stratégique et d’assistance technique. A travers Optimum Consulting, il propose des solutions concrètes et innovantes pour accélérer l’émergence économique durable de l’Afrique.

Optimum Consulting, c’est 8 grands projets concrétisés, 28 clients à travers le monde, 26 employés et 9 partenaires. Implantée en Afrique, elle a aussi des représentations en Europe et en Asie et entend travailler davantage avec ses partenaires pour créer et renforcer les conditions idoines à l’émergence de l’Afrique : investir, inciter, innover et inclure.

Le franco-béninois Lionel Kpènou Chobli. – © Lionel Kpènou Chobli.

Omar Arouna, un homme de réseaux aux Etats-Unis

Ancien ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Bénin aux États-Unis d’Amérique et représentant du Bénin au Mexique et à l’Organisation des États américains, Omar Arouna est un expert en relations internationales. Le Bénin lui doit le deuxième compact du Millennium Challenge Corporation, une subvention du gouvernement américain de 407 millions de dollars. L’actuel président du Bénin, Patrice Talon, alors opposant au régime en place, celui de Boni Yayi, avait payé des spécialistes américains pour tenter de bloquer ce fonds. Omar Arouna a dû mettre son riche expérience professionnelle et son carnet d’adresses en jeu pour décrocher cette subvention.

Homme de réseaux aux Etats-Unis et en Afrique, il s’est bâti un gros carnet d’adresses, maîtrisant très bien les rouages de l’administration américaine. Avant de rejoindre Goodworks International en 2007, il était à la tête de son entreprise de conseil, Global Specialty, une société de développement du commerce international axée sur le développement d’opportunités commerciales sur le continent africain.

Omar Arouna, ancien ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Bénin aux États-Unis d’Amérique. – © Omar Arouna.

Rufin Zomahoun, l’un des Africains qui comptent au Japon

Rufin Zomahoun vit au Japon depuis le 17 mars 1994, après son séjour en Chine. Dans les milieux d’affaires, politiques et diplomatiques, au Japon, son nom est connu de presque tout le monde. Ancien ambassadeur du Bénin au Japon, il a su développer et renforcer les relations bilatérales entre les deux pays. Les plus grands investissements du Japon au Bénin ont été réalisés sous son autorité ou grâce à son leadership.

Dans plusieurs localités du Bénin, ses œuvres sociales parlent en sa faveur : Ecoles, centres de santé, infrastructures sociocommunautaires, puits pour fournir de l’eau potable aux populations… A chaque rentrée scolaire, il distribue des fournitures scolaires aux enfants, notamment les plus démunis.

Rufin Zomahoun est l’auteur de plusieurs livres écrits en japonais. Le tout premier ouvrage, Le Japon par Zomahoun, est publié le 24 septembre 1999. Il a connu un succès éclatant. Plus de 300 000 exemplaires étaient vendus dans l’intervalle de trois mois.

Rufin Zomahoun, ancien ambassadeur du Bénin au Japon.

Vincent Zodogomé, très engagé dans les actions de développement

Il vit en Suisse depuis plusieurs décennies. Sa contribution au développement du Bénin n’est plus à démontrer. Vincent Zodogomé, puisque c’est de lui qu’il est question, est très engagé dans les associations de développement. Originaire d’Ayou, dans la commune d’Allada, au sud du Bénin, il intervient notamment dans les domaines de l’éducation, de l’alphabétisation, de la santé, de l’environnement et d’accès à l’eau potable. En Suisse, il est très connu dans les milieux associatifs et institutionnels.

Vincent Zodogomé, un Béninois de la diaspora (Suisse) très engagé dans les actions de développement au Bénin.

Babylas Boton, directeur de l’information et de la rédaction chez Africa24

Calme, discret, dynamique, courageux, bienveillant et battant, Babylas Boton est un professionnel des médias. Avant de rejoindre Africa24 en 2008, il travaillait pour Télésud à Paris. A Africa24, il fut successivement rédacteur en chef adjoint, rédacteur en chef, directeur des magazines et directeur de l’information et de la rédaction, poste qu’il occupe actuellement.

Diplômé de l’Ecole internationale de création audiovisuelle et de réalisation (EICAR), il est très respecté dans plusieurs organes de presse et palais présidentiels africains, du Bénin au Cameroun en passant par le Togo, la Côte d’Ivoire, la Guinée Equatoriale, le Congo Brazzaville, le Sénégal…

Sur le plan professionnel, c’est un homme de réseaux, détenant un impressionnant carnet d’adresses. Son professionnalisme a d’ailleurs été reconnu et salué à plusieurs reprises par l’obtention de distinctions honorifiques dont le Prix du meilleur journaliste d’Afrique en 2017.

Babylas Boton, l’un des célèbres journalistes béninois à l’étranger (France), travaillant chez Africa24.

Hamed Paraïso, de LC2 à Télésud, un commentateur sportif unique

Son parcours dans la presse nationale et internationale est impressionnant. Ancien journaliste à LC2, Hamed Paraïso est un présentateur exceptionnel. Rédacteur en chef infos et responsable sports chez Télésud, depuis plusieurs années, il est passionné de sports, notamment le football. C’est un commentateur sportif hors-pair. En 2009, il était l’envoyé spécial au Liban pour couvrir les jeux de la francophonie. En 2010, il était chroniqueur pour le compte de la Coupe du monde (AFNEX). En 2008, il était en Suisse et en Autriche dans le cadre de l’Euro (football). En 2008, 2010, 2012 et 2013, Hamed Paraïso était commentateur à la Can. Il a été aussi commentateur de la Champions League. Un parcours professionnel bien rempli qui fait de lui, l’un des brillants journalistes béninois à l’étranger.

Hamed Paraïso, rédacteur en chef infos et responsable sports à Télésud.

Bruno Savoéda, un grand réalisateur

En France, il fait partie de ces Béninois qui ont su construire une carrière professionnelle stable. Grand réalisateur, il faisait partie des anciennes équipes de LC2, de Cotonou à Paris. A la tête de sa propre agence de production et de communication, depuis plusieurs années, il s’est spécialisé dans la réalisation de films, de documentaires, de magazines, de grands reportages et d’émissions diverses et variées. Installé en banlieue parisienne, Bruno Savoéda travaille avec plusieurs grands médias occidentaux sur de grands projets, notamment des interviews avec des chefs d’Etat étrangers.

Bruno Savoéda, un professionnel des médias et de la communication. – © Bruno Savoéda.

Sébastien Ajavon, un homme d’affaires particulier

Né le 19 janvier 1965 à Cotonou, la capitale économique du Bénin, Sébastien Germain Marie Ayikoué Ajavon est un opérateur économique de grande renommée. C’est en 1991 qu’il débuta sa carrière, dans le secteur privé, l’agroalimentaire, notamment la poissonnerie, comme ses parents. Plus grand importateur de volaille surgelée au Bénin, jusqu’en 2018, il est surnommé « le roi du poulet » à Cotonou et dans la sous-région ouest africaine. C’est un homme d’affaires particulier. Humble, discret, intègre, connaissance de son secteur d’activité, personnalité impressionnante, bon sens, attentionné, persévérant, stabilité émotionnelle, charme, etc. Telles sont quelques-unes de ses qualités.

Sébastien Ajavon n’est pas hypocrite. En affaires comme dans les relations amicales, il est lui-même : franc et direct. Président du Conseil national du patronat du Bénin (CNP-Bénin) pendant 8 ans (de 2012 à 2020), il fut le plus gros contributeur au fisc dans son pays, figurant au 17ème rang du classement des plus grandes fortunes d’Afrique subsaharienne, selon Forbes. C’est donc dans l’agroalimentaire avec sa société Cajaf-Comon qu’il a bâti sa fortune, avant de mettre le cap sur les médias, en créant Sikka Tv et Soleil FM, deux organes de presse totalement indépendants désormais fermés.

Sébastien Ajavon n’est pas un homme d’affaires véreux et avare. La solidarité, la fraternité et la générosité font partie de ses valeurs. La création de la Fondation Ajavon Sébastien Germain pour investir dans les œuvres sociales en est une preuve palpable. Depuis 2009, dans plusieurs localités du Bénin, de Porto-Novo à Parakou en passant par Ifangni, Adjarra, Dangbo, Bonou, Sèmè-Kpodji, Kétou, Abomey-Calavi, Toffo, Kpomassè, Tori-Bossito, Ouidah, Allada, Sô-Ava, Cotonou, Grand-Popo, Comè, Bohicon, Savalou, Zogbodomey, Dassa, Glazoué et Ouaké, des salles de classe sont construites dans les écoles, collèges et lycées. Ces salles de cours sont équipées de tables et bancs et autres matériels pédagogiques. Sur les plans de la santé (construction de centres de santé), de l’environnement, des sports et des loisirs, la Fondation est également présente aux côtés des populations les plus démunies et des jeunes.

En 2018, celui qui est passionné par le football a été contraint de prendre la route de l’exil, en raison de son engagement politique pour le rétablissement de la démocratie et de l’Etat de droit. Convaincue qu’il est pourchassé par une justice aux ordres, dans des affaires montées de toutes pièces, la France lui accorde le statut de réfugié politique, en avril 2019. Malgré la « fatwa politico-judiciaire » déclenchée contre lui par le pouvoir despotique de Patrice Talon, visant à détruire son empire industriel et financier, il a su faire preuve de courage, de foi et de patience. Grâce à la confiance de ses partenaires à divers niveaux, il poursuit aujourd’hui ses activités dans plusieurs pays africains et en France.

Poussé à l’exil pour des raisons purement politiques, Sébastien Ajavon mène ses activités en France et dans plusieurs pays africains, grâce à la confiance de ses partenaires.

Me Fatiou Ousman, un brillant avocat au Barreau de Dijon

Jeune et brillant avocat, Me Fatiou Ousman est inscrit au Barreau de Dijon, dans le département de la Côte-d’Or, en France, le 28 mars 2006. Plaideur posé, bon orateur, intègre, réactif et à l’écoute de ses clients, il fait preuve de prudence, d’empathie et d’humanité dans le cadre de son travail professionnel. C’est l’un des avocats de référence dans la région de Bourgogne-Franche-Comté. Ses domaines de compétences vont du droit des personnes et de la famille au droit bancaire et boursier en passant par les procédures civiles d’exécution, le droit immobilier et de la construction, le divorce et la séparation de corps, le droit des assurances et le droit locatif.

Me Fatiou Ousman, avocat au Barreau de Dijon, dans la région de Bourgogne-Franche-Comté, en France.

Me Kenneth Feliho, excellent avocat au Barreau de Bruxelles

Avocat franco-béninois au Barreau de Bruxelles, Me Kenneth Feliho a également un cabinet en France. Avocat de la célèbre chanteuse malienne Rokia Traoré, il fait partie de ces « défenseurs de la défense » d’origine africaine les plus célèbres et influents en Europe. Depuis plusieurs années, il bataille devant les juridictions et sur le terrain des principes, tout en œuvrant au quotidien pour le simple cas de ses clients. Défenseur optimiste et acharné des causes de tous genres, il est droit et rigoureux, ce qui rend ses victoires marquantes.

Me Kenneth Feliho, avocat au Barreau de Bruxelles.

Martin Rodriguez, un opérateur économique qui se tient debout malgré les persécutions politico-judiciaires

Concurrent direct de Patrice Talon dans le secteur cotonnier, Martin Rodriguez s’est exilé aux Etats-Unis d’Amérique suite à l’élection de Boni Yayi en 2006. L’arrivée de Patrice Talon au pouvoir en 2016 n’a pas favorisé ses affaires. Ses usines lui sont immédiatement arrachées et ses comptes gelés. Il parle de « braquage d’Etat » pour illustrer le niveau de persécutions politico-judiciaires dont il est victime. Intelligent, franc, créatif et courageux, il a su diversifier ses activités, notamment en Côte d’Ivoire et aux Etats-Unis. L’homme ne cache pas ses relations étroites avec feu Mouammar Kadhafi et d’autres dirigeants africains encore en exercice. Homme de réseaux, il reste et demeure l’un des hommes d’affaires béninois les plus puissants.

Martin Rodriguez, homme d’affaires béninois poussé à l’exil aux Etats-Unis.

Alexandre Houssou, un consultant international chevronné

Son père est un ingénieur et sa mère, une assistante administrative. Né en Russie en 1966, précisément à Moscou, Alexandre Houssou est un bénino-russe, originaire de Djègan Daho, à Porto-Novo, à 30 km de Cotonou. Ayant fait ses études en Russie, aux Etats-Unis, en France et en Angleterre, il parle couramment plusieurs langues dont le français, le russe, l’anglais, l’espagnol, le portugais et l’arabe.

Titulaire d’un diplôme en mesures physiques et techniques instrumentales (université de Aix-Marseille), c’est un spécialiste en spectrométrie de masse. Il a des compétences avérées dans le management, le business operations et le business strategy. Il intervient facilement dans les secteurs comme l’énergie, la nanotechnologie et la défense. Aujourd’hui, il dirige un cabinet international de conseil.

Ses collègues et partenaires d’hier ont reconnu et salué ses compétences. « Alexandre a été un excellent ambassadeur pour notre entreprise et a démontré des normes élevées de compétences techniques, organisationnelles et de gestion au sein de notre département de service international. Je me souviens d’une personne très sympathique avec des compétences linguistiques et interpersonnelles exceptionnelles », témoigne Jean-Luc Giguet, directeur général chez Amphenol, le 23 janvier 2015. « J’ai eu le plaisir de travailler avec Alexandre pendant son séjour chez Polariod où il fournissait des fournitures pour un grand programme gouvernemental auquel j’ai participé. Son professionnalisme et son expertise étaient impeccables, tout comme sa prestation! », renchérit Frank Vassallo, le 27 janvier 2015. « A travers son entreprise, Monsieur Houssou a fourni de nombreux produits et services aux sites industriels de la société Rusal tout en respectant nos conditions contractuelles. J’ai été marquée par sa rigueur et son attachement au service rendu », affirme Tatiana Pushkareva, le 25 janvier 2015.

Bénino-russe, Alexandre Houssou est un consultant international.

Dr Kessilé Saré Tchala, un spécialiste de la transplantation rénale

Né à Ouaké, au Nord-Ouest du Bénin, dans le département de la Donga, en 1953, Dr Kessilé Saré Tchala fait partie des médecins béninois de grande renommée en France, notamment à Paris. C’est en Pologne, en Europe centrale, qu’il étudia la médecine, de 1975 à 1982. Il s’est spécialisé dans la transplantation rénale. Très sollicité, outre la France, ses patients viennent de plusieurs pays dont le Maroc et le Bénin. De 2007 à 2008, il a été ministre de la Santé au Bénin, sous Boni Yayi.

Dr Kessilé Saré Tchala, l’un des meilleurs médecins africains en France.

Dr Célestin-Alexis Agbessi, spécialiste de la médecine d’urgence

Né au Bénin, précisément  à Porto-Novo, Célestin-Alexis Agbessi est un spécialiste de la médecine d’urgence. Ancien étudiant de la faculté de médecine de Paris Est, il travaille à l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), praticien hospitalier CHU Bichat, Paris 18. Doctorant en santé publique à l’Université de Paris et au Ceped (Paris), ses recherches portent particulièrement sur « La résilience des systèmes de santé en Afrique face à la Covid : étude de cas du Bénin ». Au cœur de ses travaux antérieurs, la protection sociale et la couverture sociale universelle en Afrique.

Dr Célestin-Alexis Agbessi, praticien hospitalier CHU Bichat, Paris 18. – © Célestin-Alexis Agbessi.

Même si le Bénin, contrairement à d’autres pays africains, n’a pas une forte communauté à l’étranger, certains de ses citoyens parviennent à réussir dans divers secteurs d’activité. Nombreux d’entre eux occupent des postes à grandes responsabilités ou sont de grands entrepreneurs. Qui sont-ils ? Que font-ils ? Où vivent-ils ? Découvrez la 2ème liste des Béninois qui brillent dans la diaspora.

Bertin Nahum, à l’origine des technologies médicales robotisées Rosa et Epione

Bertin Nahum. C’est son nom. Sa spécialité : l’ingénierie médicale. Franco-béninois, né le 14 novembre 1969 au Sénégal, précisément à Dakar, il est le fondateur de Medtech S.A., une entreprise spécialisée en robotique chirurgicale, créée en 2002. Elle conçoit, développe et commercialise des robots d’assistance à la chirurgie mini-invasive du système nerveux central. Cette innovation technologique a permis d’opérer, en toute sécurité, des milliers de patients dans le monde, surtout aux États-Unis, en Europe, en Asie et au Moyen-Orient.

Dénommé « Rosa », ce dispositif est une grande première au monde. « Nous étions initialement spécialisés dans la chirurgie du genou, avec le développement d’un robot d’assistance pour ce type d’actes. En 2006, nous avons eu une offre de rachat qui s’est transformée en offre de session du portefeuille de brevets protégeant ces technologies. D’ailleurs, à l’origine de cette offre se trouvait, déjà, le groupe Zimmer !  Nous avons alors pu investir dans un nouveau programme de R&D et c’est ainsi que le robot ROSA est né », expliquait Bertin Nahum à Forbes, un magazine économique américain. « J’ai pu bénéficier de plusieurs expériences de terrain, très formatrices, qui m’ont permis de côtoyer les meilleurs chirurgiens et de prendre conscience de la réalité du métier en bloc opératoire. Ces années m’ont permis d’affiner ma connaissance du secteur de la robotique chirurgicale et d’identifier des opportunités de contributions », fait-il observer.

Le succès éclatant de Medtech S.A. a séduit le leader mondial de la musculosquelettique, Zimmer Biomet (NYSE : ZBH), basé aux Etats-Unis, qui l’a achetée, en juillet 2016, au prix de 164 millions d’euros.

Titulaire d’un diplôme d’ingénieur de l’Institut national des sciences appliquées de Lyon et d’un Master of Science en robotique de l’université de Coventry (Royaume-Uni), Bertin Nahum poursuit son aventure. En février 2017, il crée la société Quantum Surgical. A Montpellier, dans le département de l’Hérault, en France, où il est installé, il s’occupe du traitement mini invasif du cancer du foie. Il invente le robot Epione, capable de tuer rapidement la tumeur avec une aiguille.

Sur le terrain des prix et distinctions honorifiques, son sac est rempli. En septembre 2012, la revue scientifique canadienne Discovery Series l’a classé 4ème entrepreneur high-tech le plus révolutionnaire au monde, derrière Mark Zuckerberg, James Cameron et Steve Jobs. En septembre 2013, soit un an plus tard, le franco-béninois est décoré par l’Etat français. Il est fait Chevalier de la Légion d’honneur. La cérémonie avait été présidée par la ministre déléguée chargée des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Innovation et de l’Economie numérique, Fleur Pellerin. Dans la même année, il reçoit le Prix de la « Société Européenne de l’année dans le domaine de la robotique en neurochirurgie ». Et comme si cela ne suffisait pas, en novembre 2014, l’Université de Coventry (Royaume-Uni) lui décerne le titre honorifique de Docteur en Technologie. Une manière de saluer sa contribution essentielle à la profession médicale et à l’amélioration des procédures chirurgicales grâce à la technologie robotique. Dans la même année, il remporte le Prix « Révélation » du Palmarès Méditerranée Deloitte Technology Fast 50. En octobre 2015, le Prix de « L’entreprise mondiale dans le domaine de la robotique en neurochirurgie» lui est attribué. Dans la même période, il a été récompensé par le jury régional de Technology Fast 50 dans la catégorie « Entreprise cotée » pour ses excellentes performances de croissance et le développement de sa technologie innovante dans le domaine de la neurochirurgie mini-invasive.

Comme vous pouvez le constater, Bertin Nahum travaille au quotidien pour inventer la médecine du futur.

Fondateur de Medtech S.A. et de Quantum Surgical, Bertin Nahum invente la médecine du futur. AFP Photo / Pascal Guyot

Edgard Kpatindé, spécialiste des questions de sécurité, de défense et d’intelligence économique

Il s’appelle Edgard Kpatindé et c’est un nom à retenir. Dans plusieurs palais présidentiels africains, il est très célèbre. Il a conseillé plusieurs chefs d’Etat sur des questions de sécurité globale et des problématiques africaines. Il a une parfaite maîtrise des enjeux stratégiques, géopolitiques, interculturels et économiques en l’Afrique de l’Ouest et Centrale. En France, il est également très introduit dans les milieux qui comptent.

Né 1959, Edgard Kpatindé est un juriste et expert en conseils stratégiques, spécialiste des questions de sécurité, de défense, de renseignement et économiques. Ancien membre fondateur et administrateur de l’Agence Francophone pour l’Intelligence Artificielle (AFRIA), une institution créée le 14 novembre 2019 à Paris, il est de nature très calme, discret, humble et franc, comme ses deux frères professionnels des médias, Francis Kpatindé et Noël Kpatindé.

Ancien conseiller spécial du président Boni Yayi chargé des relations entre le Bénin et les pays de l’Union européenne (UE), c’est un homme de terrain. Fort de cette riche expérience professionnelle cumulée en trente ans, il fonde i3S, un cabinet de conseil spécialisé dans les échanges économiques et politiques avec l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique Centrale. Bénin, Togo, Nigéria, Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad, Congo Brazzaville, RDC, République centrafricaine, Côte d’Ivoire, Sénégal, Guinée, Guinée Bissau, Cameroun, Mauritanie… Tels sont les pays dans lesquels il intervient pour le compte de ses clients, efficacement et discrètement. Les clients qui lui font entièrement confiance sont des dirigeants économiques et politiques, des institutions internationales et régionales, des banques d’affaires et des entreprises cherchant à développer leurs activités sur le continent africain. i3S leur donne les clés pour réaliser leurs projets en toute sécurité, avec des résultats reluisants et substantiels. Et ce, dans les domaines de l’intelligence, de la sécurité, de la stratégie et des services.

Homme de réseaux, Edgard Kpatindé est le fondateur de i3S, un cabinet de conseil spécialisé dans les échanges économiques et politiques avec l’Afrique de l’Ouest et Centrale.

Azarias Sekko, un professionnel expérimenté du domaine de la comptabilité

Très à l’aise avec les chiffres, autonome, minutieux, disponible, discret, doté de bonnes capacités d’analyse et d’un bonsens critique, Azarias Sekko maîtrise parfaitement les normes comptables, juridiques et fiscales. Sans oublier les outils bureautiques et logiciels professionnels. En France, il fait partie des commissaires aux comptes et experts-comptables qui comptent. Ces qualités font de lui, un auditeur légal très sollicité, considéré et respecté.

Né en 1975 et diplômé de l’Université Paris-Dauphine, il débuta sa carrière au sein d’un Cabinet d’Audit et de Conseil et chez Mazars. Plus tard, il se retrouve chez Carrefour Banque et Assurance. Ici, il avait la responsabilité de conduire des projets liés à la transition IFRS et à la réglementation Bâle 3. Il continua sa brillante carrière professionnelle au sein du Groupe BPCE. C’était lui qui avait piloté le remodelage du système d’information comptable et financière couvrant les applications de back-office auprès de ODDO BHF.  

En 2009, il travaille avec Grant Thornton, qui occupe aujourd’hui le 6èmerang mondial des groupes d’audit et de conseil. Directeur Financial Services, il s’occupait des missions d’Audit et de Conseil, et ce, durant environ neuf ans. Il deviendra plus tard directeur du Pôle Banque de Lendys et directeur Associé et Responsable du département Audit et du pôle Financial Services du cabinet Magellan. Depuis décembre 2021, il est nommé Associé au sein du Hub Financial Services dédié à l’accompagnement spécifique des institutions financières et des organismes d’assurance chez Grant Thornton. Le Groupe affirme que c’est un professionnel expérimenté de plus de vingt ans dans le secteur bancaire et financier, spécialiste des sujets de Commissariat aux comptes et de fiabilisation de l’information financière (French Gaap, IFRS, normes comptables et prudentielles…). Groupe d’audit, d’expertise conseil et de conseil financier, Grant Thornton est constitué de 200 experts et 12 associés.

Militant des droits humains, Azarias Sekko est également auteur de plusieurs ouvrages dont « Pour l’Afrique, je plaide: 10 défis pour la prochaine décennie ».

Azarias Sekko, commissaire aux comptes et expert-comptable expérimenté en France. – © Grant Thornton.

Zackariaou Saïd Yanni, dans la cour des grands à Hollywood

Passionné par le théâtre, le fitness et la lecture (The Secret, The Four Agreements, The Power of Positive Thinking et The Power of Ambition), il rêvait de devenir un acteur unique dans l’industrie cinématographique. Au Bénin où il a grandi, il jouait déjà des pièces théâtrales dans son école, à l’Unicef et au Centre culturel chinois. Après le lycée, il prend la décision de se rendre aux Etats-Unis, en 2001, pour poursuivre ses études supérieures et surtout réaliser son rêve d’enfance.

Après avoir obtenu son baccalauréat en comptabilité, à l’Université Drexel de Philadelphie, il rejoint le cabinet comptable Big 4 Deloitte & Touche en tant que consultant en fiscalité internationale. Il passe ensuite à l’industrie du divertissement à Los Angeles où il a commencé par étudier la technique Meisner au Baron Brown Acting Studio.

Il commença sa carrière cinématographique par des films d’étudiants, des courts-métrages comme Elegy dans lequel il a joué le rôle d’un rebelle membre de l’ANC en Afrique du Sud. Il est apparu dans les clips de Shakira, Jennifer Lopez (On The Floor) et Kendrick Lamar & SZA (All The Stars de la bande originale de Black Panther). Sur le plan publicitaire, il a joué pour McDonalds, la FIFA et la marque de chaussures Flamz basée en Espagne.

Ce parcours lui a grandement ouvert les portes de Hollywood. Son rêve est devenu une réalité avec son entrée dans la cour des grands. Du haut de ses 1,83 m, il a joué dans le  film « Trees of Peace » (Les Arbres de la Paix), écrit et réalisé par Alanna Brown, diffusé sur Netflix ce 10 juin 2022. C’est la première fois qu’il joue un rôle essentiel dans un long métrage.

Fortement inspiré par Djimon Hounsou, l’autre grande star béninoise à Hollywood, il rêve de devenir un grand acteur et un modèle pour les enfants défavorisés en Afrique et dans le monde. Mannequin et coach de fitness, il écrit actuellement un scénario qu’il entend tourner au Bénin.

Zackariaou Saïd Yanni au Festival de cinéma international de Cannes – Crédit Photo : Patience Eding.

Justin Azankpo, expert en gouvernance des systèmes éducatifs

Justin Azankpo. Ce nom est très familier des Béninois de la diaspora. Militant des droits humains, il est diplômé de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (DEA Economie mathématique et Econométrie), 1975-1981. Agrégé d’économie et de gestion, il fut proviseur de lycée en France. Compétences organisationnelles, éthique de travail rigoureuse, patience, attitude amicale, compétences d’écoute et disponibilité sont, entre autres, quelques-unes de ses qualités.

Depuis 2017, il est entre la Tunisie, le Maroc et la France. Expert en gouvernance des systèmes éducatifs, il est consultant/chef de mission chez Particip GmbH sur un vaste Programme de Modernisation du Système Éducatif tunisien, chef de mission chez CAYAMBE pour le compte de l’Unicef pour une évaluation nationale de la prévalence de la violence en milieu scolaire au Maroc et une étude sur la gestion des écoles pour le compte de la BEI (Banque Européenne d’Investissement) des Ecoles Communautaires au Maroc. Depuis le 1er janvier 2022, il est nommé Médiateur académique par le ministre français de l’Education nationale.

Justin Azankpo, consultant/chef de mission chez Particip GmbH.

Odile Ahouanwanou, une athlète de haut niveau qui fait la fierté du Bénin

Née le 5 janvier 1991 à Savalou, au centre-sud du Bénin, dans le département des Collines, Odile Ahouanwanou fait la fierté du Bénin dans le domaine de l’athlétisme. Spécialiste de l’heptathlon, elle vient de conserver son titre aux Championnats d’Afrique Seniors de l’athlétisme, décrochant la médaille d’or (5756 points) face à la Sud-Africaine Shannon Verster (5329) et la Tunisienne Choundi Nada (5117). C’était ce 9 juin 2022 à l’Île Maurice. Et ce, quatre ans après l’édition de 2018 à Asaba. Entraîneuse de la catégorie benjamin et minime du Stade Sottevillais 76, un club d’athlétisme basé à Sotteville-lès-Rouen, en France, elle a débuté sa carrière internationale en 2012 par les championnats d’Afrique. C’est en 2013 qu’elle a rejoint le Stade Sottevillais 76. Son palmarès est impressionnant : Des championnats d’Afrique aux jeux africains en passant par les jeux de la solidarité islamique, les jeux de la Francophonie, les championnats du monde, la coupe continentale et le Décastar.Elle a également battu plusieurs records en France, au Japon et au Qatar.

Odile Ahouanwanou, entraîneuse de la catégorie benjamin et minime du Stade Sottevillais 76, un club d’athlétisme basé à Sotteville-lès-Rouen.

Valérien Yèhouénou, ingénieur télécom depuis 11 ans

C’est un spécialiste des télécommunications. Ingénieur télécom depuis 11 ans, il est passionné des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Dès 2011, il a travaillé sur le réseau mobile SFR pendant environ 7 ans, sur divers projets : Déploiement de réseaux 3G/4G, couverture de zones blanches à travers la mutualisation des réseaux SFR Numéricâble & Bouygues Télécom, vie des réseaux, etc. Depuis 2018, Valérien Yèhouénou, âgé de 35 ans, travaille au sein du Groupe NJJ Holding appartenant au patron de Iliad, Xaviel Niel. Sa tâche principale consiste à développer des activités de télécommunications (déploiement 4G et 5G) en Europe et en Afrique. 

Plus jeune, il était passionné de musique Rock, Hard-Rock, Blues avec des noms bien connus tels Hendrix, Satriani, Deep Purple, Metallica mais également d’Afrobeat de Fela Kuti et d’autres musiques nigérianes. Il adore aussi la musique béninoise dont ses plus grands préférés sont Sagbohan Danialou, Angélique Kidjo, Stan Tohon, G. G. Vikey, etc.

Valérien Yèhouénou, ingénieur télécom depuis 11 ans en France. – © Valérien Yèhouénou.

Daniel Sègla, journaliste, écrivain, éditeur et élu municipal

Originaire d’Allada, une ville historique située à une cinquantaine de km de Cotonou, Daniel Sègla est un journaliste certifié, ancien directeur de publication de News Magazine Afrique Emergente. Ecrivain et éditeur, il a étudié à l’université Paris 2 Assas et à l’université d’Etat de Biélorussie. Spécialiste de l’Afrique et de la Russie, il connaît très bien l’ancien président sénégalais Abdoulaye Wade. Chaque année, il envoie à sa communauté, au Bénin, des dons composés de médicaments, d’équipements médicaux et de vivres. C’est sa maison d’édition, Monde Global, qui a publié les ouvrages « Ti Jojo » de l’Allemande Birgit Pape-Thoma et « Promenade dans la forêt » de Olympe-Bhêly Quenum. En France où il vit, il est très engagé dans les actions de développement local. C’est d’ailleurs un élu municipal dévoué dans sa ville.

Daniel Sègla, passionné de l’écriture et de la lecture.

Source Notre Voix

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s