Publié dans Histo, Press-Links, Religion

Mzbel, la Chanteuse Ghanéenne met en doute l’Authenticité du Christ, une « Invention pour Endormir les Africains »

blog1Jésus est une invention utilisée par les Blancs pour chloroformer l’esprit des peuples colonisés. Nous savons tous qu’entendre un Africain dire ça, est  comme un tabou, une abomination, surtout venant de la part d’une chanteuse célèbre, race qui ne chérit rien tant que la bondieuserie démagogique des foules.

Lire la suite de « Mzbel, la Chanteuse Ghanéenne met en doute l’Authenticité du Christ, une « Invention pour Endormir les Africains » »

Publicités
Publié dans Press-Links, Religion, Science

A ‘Witch’ Purification Ritual in Ghana

image

Posted on dimanche 16 février 2014 03:31:14 by nickcarraway

When I commenced my field study of witchcraft accusation in the Northern Region of Ghana in December 2012, I had so many goals. And one of them was to witness a witch purification process at one of the local shrines. Witch purification is a ritual of confirming and cleansing an alleged witch. Alleged witches in Ghana’s Northern region are subjected to this process before they are allowed to settle in six of the seven witch camps. The ritual is performed by the Tindana. The Tindana are the earth priests or priestesses who oversee the ‘old ladies area’- as the witch camps are called in Dagbani language.

The practice of witch purification is as old as the witch camp phenomenon. It has been going on for centuries. Traditionally, witchcraft is a capital offence. An alleged witch is killed by a lynch mob. A person confirmed by a shrine as a witch is taken by authorized individuals to a nearby bush and killed. The ‘official’ practice of witch killing stopped following the introduction of witch cleansing ritual and the establishment of witch camps.

Since 2012 I have visited the Northern Ghana on two occasions. I tried severally to attend, witness and observe the procedure of witch purification without success. The Tindana are not cooperative. They are often very suspicious of such requests. The spiritual landlords are reluctant to disclosing the nature, time and form of this ritual to a stranger.

But on Saturday February 8, I heard about a purification ritual to be performed on Monday February 10. And I leaped on the opportunity. It was the ‘witch purification’ of a woman brought by family members to the Kukuo witch camp near Bimbillah. The woman is over 70 years, a muslim and a widow. She is from Jimle , a village near the regional capital, Tamale. The woman was accused by a man in her family of making the daughter sick. The belief that people can make others sick or kill them through spiritual(witchcraft) means is very strong in the region.

It was alleged that the sick child saw this woman in her dreams. A woman who appears in the dream of particularly a sick person is believed to be a witch. In this case she is believed to be the one responsible for the sickness.

But the woman said her accusation had nothing to do with appearing in the child’s dream, that she knew nothing about the child’s sickness. Her accuser owed her 50 Gh Cedis-around 23 dollars- but he could not pay back as he promised. She said the accusation was a ploy get rid of her from the community and erase the debt which the man owed her.

The woman was brought to the Kukuo witch camp on Friday February 7. The purification ritual takes place between 5am and 6 am on Mondays, Wednesdays and Fridays. Since she arrived late on Friday, her purification was slated for Monday February 10. I was informed that the procedure was confidential. Only the family members of the accused or the accuser would be allowed into the shrine. My contact person initiated a lobbying process on Sunday February 9. He took me to the Regent, Tindana and an elder who, after some ‘persuasion’, allowed me to witness the process.

But they gave me one condition. That I should not bring any camera with me; I should not take any photo. It was a difficult condition but I obliged. I was told to be at the shrine before 5.00 am. I hired a person to convey me to the shrine on a moto bike.

By 4.30 am, the person arrived at my guest house in Bimbillah. We were in Kukuo shortly before 5.00 am. The village was still asleep. Tens of livestock-goats and sheep- were lying on the village square. Everywhere was dark. Occasionally, there were some flickers of light from the torches of those going to or returning from the Oti river. There was electricity in the community but there were no street lights. I was curious and inquired. And I was told it was due to a village taboo.There is a traditional belief that the street light would disrupt the routine of the shrine spirit. They believe that the shrine spirit goes around to visit homes at night and to protect the villagers from evil attacks. And this is done under the cover of darkness.

But many young people in the community do not share in this belief. They want street lights installed in the community. But they have to convince the elders who administer the village and get them to realize that the time has come to break or abandon the taboo. Until then Kukuo community remains without street light.

Not long after our arrival, the village imam started calling for prayers. Kukuo village has a mosque, which is the most magnificent building in the community! It is located few meters from the shrine. The purification process was scheduled after muslim prayers. The two events- I guess- could not have taken place at the same time because some of the people that went for muslim prayers would also take part in the shrine activities. Muslim and traditional religious practices mix in Kukuo community.

Shortly after the muslim prayers, the Tindana appeared. He went and opened the shrine in preparation for the ritual. He returned to his house and few minutes later came back with the linguist.

The accused woman with two of her relatives followed. They had two chicken- one was white, the other was multi-coloured. The belief is that the position of the chicken when it dies confirms if an accused is guilty or innocent. If the chicken dies facing the sky, the person is innocent but if the chicken dies facing the ground, the person is a witch. As soon as the Tindana was ready, they all went into the shrine. The woman made some recitation before the shrine which I was told read thus  »They say I am a witch. I have come to the shrine to cleanse me ».

The Tindana slaughtered the chicken. He cut the throat using his left hand. The coloured chicken died facing the ground. The woman was confirmed a witch! The Tindana took some of the feathers and intestines and placed them on the stones representing the shrine spirit. He sprinkled the blood on the stones. The Tindana dipped the knife used in slaughtering the chicken in a small calabash containing some  »shrine » water. He gave the concoction to the woman to drink. Having taken the ‘concoction’, the woman is believed to have been spiritually cleansed. The witchcraft powers in her have been disabled.

The woman said she would like to go back to her family but the family members at the shrine refused. They told her that there wasn’t enough fuel in the car. I was told it was a ‘polite’ way of telling her that she might not be returning home anytime soon. In fact she might never return home again.

   

copyright3

Publié dans Press-Links, Religion, Science

Selon une étude, les religieux sont moins intelligents que les athées

image

Les personnes religieuses seraient en moyenne moins « intelligentes » que les non-croyants, selon une synthèse d’études sur le sujet réalisée par des chercheurs de l’université de Rochester, dans l’Etat de New York, rapporte The Independent.

L’équipe dirigée par le Pr Miron Zuckerman a entrepris de se plonger dans les conclusions de soixante-trois études menées depuis 1921 aux Etats-Unis. Il ressort de ce travail de synthèse que cinquante-trois d’entre elles arrivent au même résultat : une « relation négative » entre religiosité et intelligence. The Independant relaye cependant certaines critiques adressées à cette étude, comme le fait que la définition retenue de l’intelligence soit purement analytique et positiviste et en néglige certains aspects comme la créativité et l’intelligence émotionnelle.

CAPACITÉ À RAISONNER

L’étude ne dit pas explicitement que la foi rend idiot, mais elle laisse entendre que les personnes les plus brillantes sont plus enclines à se détourner de la religion, et ce des premières années jusqu’aux âges les plus avancés. (On objectera à cette conclusion que nombre de grands scientifiques, fascinés par la beauté et la complexité du monde, finissent par « croire » en quelque chose, sans pour autant embrasser un dogme religieux.) Ni le sexe ni l’éducation n’ont modifié la relation entre religiosité et intelligence, selon les chercheurs.

Une des études citées par le Pr Zuckerman porte sur les croyances de quinze cents enfants surdoués, au QI supérieur à 135, sur la durée d’une vie. Commencée en 1921, cette longue enquête se poursuit toujours. Elle montre que même à un âge très avancé, quand certains individus sont tentés de se tourner vers la religion pour affronter la mort, les sujets étudiés étaient bien moins nombreux à croire que la moyenne nationale.

CONTRÔLE DES  CROYANCES

Les trois psychologues travaillant sur cette étude ont défini l’intelligence comme « la capacité à raisonner, à anticiper, à résoudre des problèmes, à penser de façon abstraite, à comprendre des idées complexes, à apprendre rapidement et à tirer des leçons de ses expériences ». La religiosité était quant à elle définie par une implication dans tous ou certains aspects de la religion.

   
Publié dans Press-Links, Religion, Science

Selon une étude, les religieux sont moins intelligents que les athées

image

Les personnes religieuses seraient en moyenne moins « intelligentes » que les non-croyants, selon une synthèse d’études sur le sujet réalisée par des chercheurs de l’université de Rochester, dans l’Etat de New York, rapporte The Independent.

L’équipe dirigée par le Pr Miron Zuckerman a entrepris de se plonger dans les conclusions de soixante-trois études menées depuis 1921 aux Etats-Unis. Il ressort de ce travail de synthèse que cinquante-trois d’entre elles arrivent au même résultat : une « relation négative » entre religiosité et intelligence. The Independant relaye cependant certaines critiques adressées à cette étude, comme le fait que la définition retenue de l’intelligence soit purement analytique et positiviste et en néglige certains aspects comme la créativité et l’intelligence émotionnelle.

CAPACITÉ À RAISONNER

L’étude ne dit pas explicitement que la foi rend idiot, mais elle laisse entendre que les personnes les plus brillantes sont plus enclines à se détourner de la religion, et ce des premières années jusqu’aux âges les plus avancés. (On objectera à cette conclusion que nombre de grands scientifiques, fascinés par la beauté et la complexité du monde, finissent par « croire » en quelque chose, sans pour autant embrasser un dogme religieux.) Ni le sexe ni l’éducation n’ont modifié la relation entre religiosité et intelligence, selon les chercheurs.

Une des études citées par le Pr Zuckerman porte sur les croyances de quinze cents enfants surdoués, au QI supérieur à 135, sur la durée d’une vie. Commencée en 1921, cette longue enquête se poursuit toujours. Elle montre que même à un âge très avancé, quand certains individus sont tentés de se tourner vers la religion pour affronter la mort, les sujets étudiés étaient bien moins nombreux à croire que la moyenne nationale.

CONTRÔLE DES  CROYANCES

Les trois psychologues travaillant sur cette étude ont défini l’intelligence comme « la capacité à raisonner, à anticiper, à résoudre des problèmes, à penser de façon abstraite, à comprendre des idées complexes, à apprendre rapidement et à tirer des leçons de ses expériences ». La religiosité était quant à elle définie par une implication dans tous ou certains aspects de la religion.

L’étude conclut que les explications les plus constantes de la relation négative entre religiosité et intelligence ont un thème commun : l’hypothèse que les croyances religieuses sont irrationnelles, non ancrées dans la science, non vérifiables et de ce fait moins attrayantes pour les personnes « intelligentes », au sens le plus rationnel du terme. Elle suppose aussi que les gens d’une intelligence supérieure obtiennent de meilleurs emplois, de plus hauts salaires, ce qui les incite à avoir une plus haute estime d’eux-mêmes et les encourage à contrôler leurs croyances personnelles et leur pensée….

suite

   

copyright3

Publié dans Press-Links, Religion, Trad

Le Ghana n’a pas Besoin d’Amateurs en Leadeurship

image

Le Superviseur du Ministère de l’Action de la Foi Chrétienne, l’Archevêque Nicholas Duncan-Williams a mis en garde les Ghanéens et les politiciens de ne pas s’élever à des postes de direction s’ils n’ont pas au préalable fait leurs preuves.
Selon lui, le Ghana n’a pas «besoin d’amateurs en leadership, nous avons besoin de gens expérimentés »
S’exprimant lors d’une messe spéciale dédiée au jour de la République à la cathédrale de sa congrégation à Accra, l’Archevêque Duncan-Williams a déclaré: «Nous avons besoin de personnes qui ont vécu quelque chose et ont survécu à quelque chose.

 

Les gens qui n’ont jamais été exposés à la gouvernance sont très dangereux quand ils ont le pouvoir et ils finissent par abuser de la raison pour laquelle il leur a été confié. »
Il a ajouté qu’un moment viendra « où jusqu’à ce qu’un propriétaire d’une entreprise ait payé des salaires, et possédé quelque chose, il ne doit être qualifié pour se lancer en politique au Ghana »

  source

copyright3

Publié dans Religion

Babilown/ la Semaine

image

Le Politique et le Savant en Afrique
Bénin : Albert Tévoédjrè et la Fuite dans l’Universel
Images du Passé(14)Porto-Novo, le Roi du Jour en son Carrosse, 1930
Images du Passé (13) : Porto-Novo, le Roi de la Nuit, 1925
Ghana : le Plus Grand Centre Commercial de l’Afrique de l’Ouest…
Bénin : une Épidémie Inconnue fait plus de 100 Morts
Images du Passé (12) : Guerriers Sombas en Arcs, 1920
La Sexualisation à Outrance de la Danse en Afrique
Images du Passé(11): Chaise à Porter(les fantasmes du Blanc), 1930
Livre à Vous : Monographie de la Ville de Sakété
Images du Passé (10) Vodunci d’Abomey, 1930
Amnesty International : Situation du Bénin de 2008 à 2013
Ghana: Tension à l’Approche du Verdict de la Cour Suprême
Il était une Foi, la Manipulation
clip_image002

copyright3

Publié dans Press-Links, Religion, Trad

La Propension au Délire Collectif, Pain Béni des Jolis Prophètes

Ghana : Des Milliers de Fidèles Prennent d’Assaut l’Eglise en quête de Miracle

 

   

image

Des milliers de personnes, agissant sur la foi de rumeurs selon lesquelles le fondateur de l’Eglise Synagogue de toutes les Nations, le Prophète TB Joshua, célèbrerait une messe hier à Accra se pressaient devant l’église de la section ghanéenne de cette congrégation, près de la route Spintex, à la recherche d’une intervention divine dans leur vie.
La Bergerie du Prophète Joshua, l’une des plus grandes congrégations chrétiennes orthodoxes en Afrique, est réputée pour sa guérison et ses messes de délivrance.
Le grand nombre de fidèles débordait l’auditorium de l’église jusque dans des locaux sur la rue à l’extérieur, s’étendant sur une centaine de mètres sous des auvents érigés de part et d’autre de la rue pour accueillir les fidèles impatients.
Certains de ceux qui n’ont pas pu trouver place sous les auvents ont dû rester assis ou debout sous le soleil brûlant, dont certains se protégeaient à l’aide de petits parapluies.
En fin de compte, bien que le prophète Joshua n’ait pas fait son apparition, beaucoup de fidèles n’en ont pas été perturbés, et prétendaient avoir reçu la guérison, la délivrance ou des avancées dans leur vie.
Le moment de justification de la longue attente sous le soleil est arrivée quand des dirigeants de l’église, identifiés comme étant les trois «sages», marchaient à travers la congrégation pour faire une imposition de main censée apporter guérison et délivrance.
Pendant la cérémonie itinérante d’imposition des mains parmi ceux qui étaient touchés s’élevaient des cris prétendument être ceux des démons fuyant les corps et demandant miséricorde.
Un enseignant dans une école à Dansoman à Accra, Kwasi Amoah, a été l’un de ceux touchés par les trois «sages». «Mon frère, ce n’était pas facile, c’était comme si un pouvoir est passé à travers mon système » a dit cet enseignant au comble de l’extase. M. Amoah a dit

 

dire que le prophète Joshua célèbrerait. Il a dit avoir vu les exploits spirituels du prophète Joshua à la télévision. «Je savais qu’en venant ici, tous mes tourments allaient prendre fin » a-t-il dit. Les choses n’allaient pas très bien dans son travail a-t-il dit, et à l’en croire les raisons en seraient spirituelles.
Un résident de Odorkor, une banlieue d’Accra, Naa Dedei, souffrait de maux d’estomac depuis un certain temps, mais après qu’elle a été touchée par l’un des trois « sages », dit-elle, «je me sens bien maintenant. »

qu’il avait assisté au service parce qu’il avait entendu  Rita Norla Amegbletor, un résident de Tema, avait assisté au service dans la recherche de solutions spirituelles à ses problèmes conjugaux. Elle a exprimé la conviction que ses problèmes conjugaux ont été résolus, mais elle comptait sur le temps pour confirmer ses avancées matrimoniales.
Tony Ikefuna, un résident de Awoshie, également à Accra, était allé au service pour solliciter la guérison à son mal de tête et à l’hypertension artérielle dont il souffrait. Après le service, a-t-il dit, «Tout va bien »

amené et trad. par Binason Avèkes

copyright3

Publié dans Memory, Religion

Dixit : Tinmɛ Sɔ Tin Nu Mahu’ a/ Ko s’Asiko Fun Ɔlorun Man/No Room For God

image
clip_image001 Est-ce que nous ne nous détournons pas de Dieu lui-même ?" "Plus vite nous pouvons aller, plus les appareils qui nous permettent de gagner du temps deviennent efficaces, le moins de temps nous avons", a-t-il ajouté. "Et Dieu ?  La question de Dieu ne
 

 paraît jamais urgente. Notre temps est déjà complètement rempli." "Il n'y a plus de place pour Lui", a continué Benoît XVI. "Même dans nos sentiments et nos désirs, il n'y a plus de place pour Lui. Nous nous désirons nous-mêmes. Nous désirons ce que nous pouvons atteindre, nous désirons un bonheur à notre portée, nous désirons que nos projets et nos desseins réussissent. Nous sommes si pleins de nous-mêmes qu'il n'y a plus de place pour Dieu. …clip_image001[4] 

Dixit Benoît XVI

copyright3

Publié dans Press-Links, Religion

Forêt Sacrée d’Osun-Oshogbo

image

Brève description

La dense forêt sacrée d’Osun, à la périphérie de la ville d’Oshogbo, est l’une des dernières zones de la forêt primaire qui subsiste au sud du Nigéria. Elle est considérée comme la demeure d’Osun, une des divinités du panthéon yoruba. La forêt, sillonnée par la rivière Osun, abrite des sanctuaires, des sculptures et des œuvres d’art érigés en l’honneur d’Osun et d’autres divinités yorubas. La forêt, désormais considérée par tout le peuple yoruba comme un symbole identitaire, est probablement la dernière forêt sacrée de la culture yoruba. Elle témoigne de la coutume, jadis très répandue, qui consistait à établir des lieux sacrés loin de toute habitation humaine.

Brève synthèse 

Il y a un siècle, les bois sacrés abondaient sur les terres des Yorubas : chaque ville avait le sien. À l’heure actuelle, la plupart sont délaissés, ou leur superficie a beaucoup diminué. Mais à 250 kilomètres de Lagos, au cœur d’Oshogbo, capitale de l’État d’Osun fondé il y a quatre siècles dans le sud-ouest du Nigéria, la plus grande forêt sacrée qui ait survécu au passage du temps, Osun-Oshogbo, est encore vénérée de nos jours.

image

Dense, la Forêt sacrée d’Osun est l’une des dernières futaies primaires qui subsistent dans le sud du Nigéria. En son cœur sinuent les méandres de l’Osun, la rivière qui porte le nom de la divinité des cours d’eau, dont elle est la demeure spirituelle. Sous la frondaison, 40 sanctuaires, sculptures et œuvres d’art ont été érigés en l’honneur d’Osun et d’autres divinités yorubas, pour nombre d’entre eux au cours des quatre dernières décennies : on recense deux palais, cinq lieux saints et neuf lieux de culte disposés tout au long des rives de l’Osun, tous avec leurs prêtres ou prêtresses attitrés.

Les nouveaux ouvrages d’art installés dans la Forêt d’Oshogbo en sont la marque distinctive : elle est la seule à abriter une forte proportion de sculptures du XXe siècle, érigées pour renforcer les liens entre les hommes et le panthéon yoruba et témoigner de la manière dont les villes yorubas ont été édifiées et se sont développées au contact des esprits de la forêt.

image

La restauration de la Forêt par des artistes lui a conféré un regain d’importance : elle est devenue sacrée pour tous les Yorubas qui vivent au Nigéria, et un symbole de son identité pour la diaspora yoruba.

La Forêt est un site religieux dynamique, où le culte est exercé au gré de célébrations quotidiennes, hebdomadaires ou mensuelles, selon le cas. En outre, chaque année, durant 12 jours de juillet et d’août, des processions festives s’y déroulent, qui renouent les liens mystiques entre la déesse et la population d’Oshogbo, assurant la préservation des traditions culturelles vivantes des Yorubas.

La Forêt est aussi un herbier naturel où sont présentes plus de 400 espèces de plantes, parmi lesquelles des variétés locales, dont plus de 200 possèdent des propriétés médicinales.

Critère (ii) : Le développement du mouvement du Nouvel Art sacré et l’intégration de Suzanne Wenger, artiste autrichienne, à la communauté yoruba, ont constitué un terrain fécond pour les échanges d’idées, qui ont revitalisé la Forêt sacrée d’Osun.

Critère (iii) : La Forêt sacrée d’Osun donne l’aperçu le plus complet – et c’est peut-être aussi le seul qui subsiste – d’un phénomène jadis généralisé, qui était caractéristique de chaque établissement humain des Yorubas. Elle est aujourd’hui l’emblème des forêts sacrées yorubas et une illustration de l’appréhension de l’univers par ce peuple.

suite

   

copyright3

Publié dans Pub, Religion

Dixième Édition de la Fête des Peuples

Cotonou, le 22 décembre 2010

COMMUNIQUE AU PEUPLE

clip_image002Le Conseil d’Administration de l’Institut International de Recherche et de Formation (INIREF) vous prie de bien vouloir honorer de votre présence la Dixième (10ème) Edition de la Fête des Peuples du Bénin qui aura lieu le samedi 15 janvier 2011 à Cotonou (sur le circuit Etoile Rouge – Hall des Arts).

En ces moments marquant le cinquantenaire de notre indépendance formelle, on ne peut s’empêcher de faire des constats amers sur cette période passée de cinquante ans. Période où rien n’a été modifié dans la situation laissée par les colonisateurs français qui avaient imposé leurs croyances, leurs langues et cultures au détriment des croyances, langues et cultures de nos peuples. Nos rois et chefs de terre ont été depuis lors dépossédés de leurs attributions ancestrales : celles d’administrer, de rendre justice à leurs peuples. Les intellectuels traditionnels (hounnon, amawato, bokonon) ont été exclus du système officiel et marginalisés. Désormais le mouvement émancipateur des peuples du Bénin et du monde a mis à l’ordre du jour au Bénin « le pouvoir aux travailleurs et aux peuples ». La prochaine Fête des peuples entend accompagner nos peuples à travers leurs Chefs et Dignitaires dans cette voie. Voilà pourquoi le thème de cette édition est :

« Respectés Dignitaires du Bénin, Levez-vous pour récupérer vos pouvoirs et attributions

que depuis 1894, le colonisateur français vous a arrachés. ».

Le programme de la journée du samedi 15 janvier 2011 sera marqué par une innovation qui consiste en une procession majestueuse et représentative de nos cultures qui prendra le départ à partir de 9 heures de la place de l’Etoile Rouge vers l’esplanade du Hall des Arts avec des banderoles et pancartes diverses, des tam-tams, etc. Rassemblement dès 08 heures à la Place de l’Etoile Rouge.

Vous avez des exigences à faire valoir et connaître, venez avec vos banderoles, vos pancartes, vos chansons et vos danses pour l’exprimer !

SOYEZ ALORS AU RENDEZ-VOUS DU 15 JANVIER 2011 dès 8 heures !

clip_image002[5]

 

clip_image001

Copyright, Blaise APLOGAN, 2010,© Bienvenu sur Babilown

Toute republication de cet article doit en mentionner et l’origine et l’auteur sous peine d’infraction

clip_image001

Publié dans Press-Links, Religion

Ife Sculpture : Ancient West African Treasures on a Journey round America

AFTER acclaim in Spain and Britain, “Dynasty and Divinity”, the first big exhibition devoted to sculpture from the Kingdom of Ife (in present-day Nigeria), begins an 18-month tour of America in Houston on September 19th. The show, which consists of works in stone, terracotta and metal made between the 9th and 15th centuries, is a revelation and a treat. Art from dramatically different cultures is often hard to connect with, but these sculptures are naturalistic and remarkably accessible. Whether the subject is an animal, a person or a mythical creature, each image is well observed and has tremendous presence.

More than 100 works are on view. All are loans from Nigeria’s National Commission for Museums and Monuments. Some have left Africa for the first time. Text and photo murals on the walls instruct visitors about the kingdom, an unbroken monarchy for more than 800 years. Today Ife is a city of 600,000 people. Its present ruler or Ooni is Alayeluwa Oba Okunade Sijuwade, Olubuse II; now aged 80, he studied in Britain, became a businessman and is enjoyably wealthy…

Continued

clip_image001

Copyright, Blaise APLOGAN, 2010,© Bienvenu sur Babilown

Toute reprise de cet article sur un autre site doit en mentionner et l’origine et l’auteur sous peine d’infraction

clip_image001

Publié dans hommage, Memory, Movies, Religion

Pascal Fantodji en Communion avec le Peuple

La Sixième Édition de la Fête des Peuples a eu lieu les 12 et 13 janvier 2007 à Cotonou. La fête des Peuples est organisée sous l’égide de l’Institut International de Recherche et de Formation (INIREF) que dirige Monsieur Pascal Fantodji. Elle met en jeu ici, en même temps que la culture, les représentants de ceux que la rhétorique fortement idéologisée de l’institution appelle les nationalités, parmi lesquels se trouvent «  les intellectuels traditionnels », à savoir les Devins, les Guérisseurs, les Sages et autres Savants etc., et à leur tête se tiennent en équilibre les « Rois. » Ce discours très structuré ne fait pas mystère de son engagement politique. La représentation collective qu’elle charrie a la mérite d’une continuité historique et s’appuie à l’évidence sur de puissants vecteurs de liens sociaux ; mais la démarche a ses limites dans la mesure où d’une part la conscience collective d’une nation n’est pas la juxtaposition de la conscience de ses nationalités ; d’autre part, la pluralité culturelle qui se donne à voir sous un jour coloré et pittoresque n'est pas forcément politique au sens idéologique du terme, même si elle constitue un défi à l’ordre de la réalité.

Aussi, laissant délibérément de côté le terrain de la politique, rien n’empêche de vibrer au rythme immédiat de la culture. C’est ce que nous vous invitons à faire à travers le passage en revue des moments forts de cet événement d’une richesse et d’une originalité exceptionnelles.

En effet, la « Fête des Peuples est une grande manifestation culturelle qui puise sa vitalité à la source, dans les variétés caractéristiques des traditions et cultures du Bénin » Cette année, elle présente en live :
· une BENEDICTION DU ROYAUME de TADO;
· les danses spécifiques des Cours Royales :
– « HOUNGAN » de Houawé ;
– « HOUNGAN » de Djimè (Allada) ;
· des spécificités musicales et chorégraphiques de certaines nationalités et Régions du Bénin telles que :
– « GUELEDE » de Kétou ;
– « MAHOUN » d'Aklampae Xoki ;
– « ZANDRO » du Mono ;
– « SATO » et << BOGAN >> d’Agonlin ;
– « AVIVI » d'Ayou ;
– « TCHINA » de Porto-Novo ;
– « MAMMY » de Cocotomey ;
– « HOUNGANGBO » d'Adjarra ;
– « BATA » de Pobè

Dans ce chapitre, nous assistons à la cérémonie de Bénédiction de la Fête des Peuples qui va commencer. La Bénédiction passe par des mots, des gestes, des actes. Elle met en jeu une double interaction entre les vivants et les Ancêtres et entre les vivants et leur intermédiaire. Les mots sont d’abord des vœux propitiatoires prononcés debout donc en interaction avec l’auditoire. Puis les gestes sont ceux de la libation, offrande de l’élément liquide, ici une liqueur versée directement au sol, donc aux Ancêtres. La propriété de l’une d’être absorbée par l’autre est le signe de l’acheminement de l’offrande et des vœux. Désaltérer, donner à boire c’est entrer en communication, et la porte d’entrée est la terre-Mère. La troisième partie c’est l’interrogation, elle se fait par consultation des ancêtres à l’aide de morceaux de noix de kola fendue et/ou avec des cauris. Puis enfin la quatrième et dernière partie est celle de l’offrande en retour, de la communion. Le maître de céans, Monsieur Pascal Fantodji, reçoit des mains des bénisseurs les bouts de kola qu’il doit partager avec ses hôtes en signe de communion, d’unité et d’espérance. Et dans cette espérance, consolidée, la fête peut alors commencer !

Binason Avèkes

clip_image001

Copyright, Blaise APLOGAN, 2010,© Bienvenu sur Babilown

Tout copier/collage de cet article sur un autre site doit en mentionner et l’origine et l’auteur sous peine d’être en infraction.

clip_image001