Après la prison, À propos de : Bruce Western, Homeward. Life in the year after prison, Russell Sage Foundation

blog1

Aux États-Unis, tous les ans, environ 650.000 personnes sortent de prison ; beaucoup vont y retourner. Bruce Western et son équipe de recherche ont suivi 122 de ces « sortants » pendant une année.

Bruce Western est un personnage central des travaux sur l’incarcération de masse. Il avait montré avec Katherine Beckett que la population carcérale américaine était devenue si nombreuse dans les années 1990 que le taux de chômage en était artificiellement réduit [1]. Avec Becky Pettit, il avait calculé que pour les hommes noirs parvenus à l’âge adulte dans les années 1980, la probabilité d’avoir été incarcéré au moins une fois était de 60 % [2]. Dans Homeward, il rend compte des résultats du suivi longitudinal de 122 hommes et femmes qui sont sortis de prison dans l’État du Massachusetts en 2012 et en 2013.

Les recherches auprès des gens qui sortent de prison sont généralement compliquées par le fait que les personnes enquêtées disparaissent, du fait de leur instabilité résidentielle, de leur faible usage d’internet, de leur difficulté à garder un téléphone portable et de leurs changements impromptus de numéro de téléphone. Or, les personnes qui disparaissent sont celles qui présentent le plus de difficultés ; les suivis longitudinaux de sortants de prison ont donc généralement tendance à présenter une vision artificiellement optimiste de la situation des personnes enquêtées. Le succès de l’enquête de Homeward, la Boston Reentry Study, est d’avoir réalisé 94 % des entretiens prévus (un entretien en prison avant la sortie, puis des entretiens une semaine, deux mois, six mois et douze mois après la sortie). B. Western propose une analyse qualitative de l’enquête, ce qui constitue une nouveauté dans son parcours. Les statistiques sont descriptives, et les chapitres enchaînent des récits de vie qui illustrent comment différents groupes de sortants (hommes / femmes, blancs / minorités, etc.) vivent différents aspects de la sortie de prison.

Quand la prison continue au dehors

Le jour de la sortie de prison, il y a ceux qui sont attendus par de la famille ou par des amis, et ceux qui prennent le bus tout seul (voire marchent le long de la route). L’enquête montre que six mois plus tard, cette deuxième catégorie de sortants est toujours aussi isolée. Les premières semaines, l’ajustement est très difficile pour tout le monde. La technologie a changé, tout est compliqué, et tous les endroits où il y a de la foule provoquent un stress intense. Les sortants ont en plus une conscience aiguë de leur position dans la hiérarchie sociale, a fortiori quand ils habitent dans des foyers pour sans-abri.

Les entretiens ont fait prendre conscience à B. Western que les problèmes de santé mentale et physique – la dépression, la schizophrénie, les maladies, les infirmités, les douleurs chroniques, et les addictions – étaient des composantes importantes de la problématique générale de la sortie de prison. Toutes ces difficultés se combinent : on prend de l’héroïne pour soulager la tristesse et la douleur, une seringue sale transmet une maladie infectieuse, les douleurs deviennent intolérables et intensifient l’addiction, un compagnon de consommation de drogues meurt d’une overdose, ce qui aggrave la dépression, etc. Pour une partie de l’échantillon – en particulier les femmes et les hommes blancs âgés, les problèmes physiques et mentaux sont si graves que l’idée de réinsertion par le travail n’a aucun sens.

lire la suite

copyright5

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s