Publié dans Haro, nigeria

CEDEAO, Belles Résolutions et Vilaines Actions : le cas du Nigeria, Pays Hôte de la 50ème Session

Photo credit: thepresidency.gov.gh

En Afrique il y a beaucoup de blablas et d’hypocrisie dans la politique en général, et surtout dans la politique qui se dit inter-africaine — qu’elle soit sous-régionale ou continentale.

Voilà des gens qui violent au quotidien la loi constitutionnelle de leur pays  ou qui usent de violence contre nature — que ce soit le burkinabè Ouattara qui au mépris des lois de son pays a pris le pouvoir avec l’aide militaire et politique de la France ; ou que ce soit le dictateur fantasque  Yahya Jammeh, qui sème la pluie et le beau temps dans son pays soumis à son humeur changeant.

Donc voilà des gens qui font n’importe quoi dans leur pays, qui n’ont aucun sens sans même parler de respect pour l’idée morale de la loi, et dont on espère qu’ils vont respecter des décisions inscrites dans la charte d’une organisation inter-africaine sous-régionale à laquelle leur pays appartient ! Une organisation qui se paît d’incantations et de vœux pieux, qui ne sont aboyés qu’à condition de n’être jamais suivis d’effet.

Sinon comment  comprendre que le pays hôte de la 50ème session, le Grand Nigeria qui devrait donner le bon exemple, comment comprendre que ce Nigeria, pays hôte ait signé toutes les chartes et résolutions de la CEDEAO, et notamment celles ayant trait à la libre circulation des personnes et des marchandises, mais que son gouvernement, dirigé par M. Buhari, n’ait pas craint d’interdire unilatéralement l’entrée des marchandises par voie terrestre dans son pays, frappant par sa décision autoritaire et égocentrique le Bénin dont la frêle économie dépend, entre autres choses, de ce trafic frontalier ?

Pour référence voici les préconisations de la CEDEAO sur la libre circulation que tous les états membres sont censés respecter :

SUR LES QUESTIONS D’INTÉGRATION RÉGIONALE ET DE DÉVELOPPEMENT En ce qui concerne la libre circulation des personnes et des marchandises.

  1. L’Autorité est préoccupée par les obstacles persistants à la libre circulation des personnes et des marchandises dans la Communauté.
    12. Les chefs d’État et de gouvernement invitent les États membres à prendre toutes les mesures nécessaires pour appliquer strictement toutes les dispositions du protocole sur la libre circulation des personnes et des marchandises, le droit de séjour et de résidence.
    13. L’Autorité se félicite de la mise en place du Groupe de travail présidentiel sur la libre circulation et prie instamment le Groupe de travail de recommander aussitôt que possible des mesures novatrices et efficaces pour enrayer le fléau.
    14. Elle invite la Commission à intensifier la sensibilisation des citoyens de la Communauté et à organiser régulièrement des réunions conjointes de sensibilisation entre les services de sécurité frontaliers et les populations locales.

Alan Basilegpo

copyright5.png