L’Afrique en a Marre du Discours Compassionnel de l’Occident, Érigé en Spécialité Française

Blog1

Chaque fois que le Président français, Emmanuel Macron ouvre la bouche  pour parler dans un cadre international, et parfois même national, il ne rate pas l’occasion de ressasser la même rengaine à propos de l’Afrique, à savoir apporter de l’aide à l’Afrique, intégrer l’Afrique dans le processus de croissance mondiale, aider l’éducation en Afrique, financer les projets sociaux en Afrique, partager avec l’Afrique. Attitude bizarre, et apparemment paradoxal, car à quoi bon prêcher le partage avec quelqu’un qu’on s’évertue à piller jour et nuit ? Quelqu’un qu’on s’évertue à voler jour et nuit, qu’on s’évertue à violer jour et nuit ? Pour qu’il ne meurt pas et soit toujours là, disponible au pillage, au vol et au viol ?

Cette rhétorique compassionnelle est une constante du discours néocolonial de la France bien connu, qui traduit le double rôle de gendarmerie et d’aumônerie françaises en Afrique. Discours qui consiste à positionner hypocritement la France comme la nation la plus humaniste du monde, alors qu’elle est l’État colonisateur le plus criminel du monde, à la fois pas son obsession coloniale, son impénitence et son activité coloniale souterraine inlassable et institutionnelle. A travers son discours, la France se donne à voir urbi et orbi comme la nation occidentale la plus soucieuse de justice envers l’Afrique, celle qui place  au tout premier rang la question du bien-être et du progrès des Africains.

Ce discours ne date pas d’hier mais avec Macron et son pédantisme stylisé, il prend une forme pseudo-philosophique pernicieuse. Il est élevé au rang de rengaine éthique, un mantra bien pensé et bien pensant de la parole africaine de la France.

Mais l’Afrique qui pense et sa jeunesse montante n’en demandent pas tant et n’ont que faire de ce double rôle de gendarmerie et d’aumônerie françaises, dont elles ne sont plus dupes. Ce que demandent les Africains ce n’est ni la compassion, encore moins le discours lénifiant de générosité qu’émet la France sans arrêt, à leur endroit et en direction du monde. Ce que veulent les Africains c’est que la France leur foute la paix, que son intérêt pour l’Afrique ne les étouffe pas et ne soit pas plus important que celui du Brésil, de la Chine, de l’Inde ou du Guatemala… Ce que veulent les Africains c’est que la France pour de bon cesse de piller nos ressources humaines et matérielles ; qu’elle cesse de voler le pétrole du Gabon, du Congo, de la Côte d’Ivoire, etc. ; qu’elle cesse de piller l’or du Mali, quelle cesse de disposer comme bon lui semble de l’uranium du Niger ; qu’elle  arrête sa préemption prédatrice des ressources émergentes du Tchad et du Sahel. Ce que veulent les Africains c’est que la France mette fin à l’arnaque du Franc CFA et rende aux pays africains concernés leurs devises en or ainsi que les intérêts générés depuis plus d’un demi-siècle.

C’est de cela  que l’Afrique a besoin et non pas du discours compassionnel que la France a érigé en mantra de sa parole africaine — voile perfide du viol permanent de l’Afrique, expression rageante d’une impénitence notoire et caractérisée…

 

Adenifuja Bolaji

copyright5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s