Publié dans nigeria

Nigeria : Buhari Veut en Découdre avec les Sécessionnistes de la Bande à Kanu

blog1

La tragi-comédie de résurrection du sécessionnisme ibo mise en scène par M. N’namdi Kanu sous l’égide de son organisation, l’IPOB, franchit un cap décisif ces jours-ci.
Les rodomontades et bravades incessantes du leader de l’IPOB ont conduit cette semaine à des heurts entre l’Armée et les militants pro-Biafra. Un poste de police a été brûlé, le local d’une organisation de journalistes a été saccagé par des éléments présumés de l’armée. On dénombre des blessés et l’IPOB parle de plusieurs morts, information non confirmée et démentie par l’armée.
Il faut dire qu’entre le Nordiste musulman Buhari et les chrétiens sudistes ibo qui ont combattu passionnément son élection, ce n’est pas le grand amour. Il existe une défiance tenace, enracinée dans des préjugés, les haines idéologiques et un passé qui ne passe pas. En s’envolant pour New York où il participera à la 72e session de l’Assemblée générale des Nations Unies, M. Buhari aurait, parait-il, donné l’ordre à l’Armée de réduire le groupe IPOB et son chef avant son retour. Depuis lors, on assiste de part et d’autre à un ballet de symboles, prélude à l’exacerbation des hostilités.
D’un côté, on sait que le nommé Kanu et son groupe protestent volontiers de leur appartenance opportuniste au camp de Donald Trump ; et exhibent à la moindre occasion le drapeau américain, comme pour dire que, sous ce parapluie, aucun mal ne pourrait leur être fait. De même, en signe d’assimilation à la Shoa de ce qu’il considère comme le calvaire des Ibo, le sieur Kanu se drape souvent dans des oripeaux de rabbin et brandit avec passion les insignes  identitaires judéo-israéliens.
Pour contrer ces manifestations ostentatoires d’allégeance à l’Occident, l’Armée nigériane, elle aussi, n’est pas en reste d’exhibition de symbole. Elle vient de déclarer l’IPOB, un groupe terroriste. Le message ne s’adresse pas seulement aux Nigérians. A l’instar des symboles opportunistes ostentatoirement agités par N’namdi Kanu et ses hommes, la labellisation de terroriste dont ils viennent d’écoper s’adresse aussi et surtout à l’opinion internationale et aux Occidentaux. En effet, La diabolisation par le label terroriste est la grande manœuvre géopolitique de l’Occident ; toute personne ou groupe qui rejette son ordre de domination injuste et ose le combattre se voit étiqueté de terroriste. Aussi, baptiser ses ennemis politiques de terroristes, c’est se placer dans le même camp que l’Occident. L’Armée nigériane, l’a bien compris qui n’hésite pas à user de ce symbole idéologique, histoire de priver la bande à Kanu du monopole imaginaire de l’amitié avec l’Amérique de Donald Trump et Israël dont ils se prévalent.

blog1
Selon les sources bien informées de l’Armée nigériane, l’offensive contre les militants de l’IPOB devrait débuter le lundi 18 septembre 2017. Aussi, pour désamorcer la tension, le forum des Gouverneurs de la Région de l’Est Ibo, après une longue hibernation qui frise la complicité avec les sécessionnistes, a-t-il décidé de prendre ses responsabilités. Il vient d’interdire toute activité de l’IPOB et des groupes similaires sur le territoire de la région du Sud-est ; invitant ceux-ci à suivre les voies institutionnelles pour faire connaître leurs causes. Dans le même temps – et c’est sans doute le but de la manœuvre – les gouverneurs ont demandé à Buhari de faire retirer l’Armée de la région afin de laisser place aux policiers mieux à même d’assurer la sécurité des personnes et des biens.
Cette médiation ultime des gouverneurs de l’Est Ibo suffira-t-elle à faire baisser la tension de part et d’autre de cette ligne jaune que Buhari, dans son discours de retour de Londres, estimait avoir été franchie par les sécessionnistes ? Comment concilier le dogme de la non-négociabilité de l’unité du Nigeria qu’affirme sans cesse Buhari dans ses discours sur la question, et la position critique de ceux qui, au-delà des sécessionnistes – Ibo mais aussi Yoruba – estiment que le système fédéral actuel du Nigeria est bancal, biaisé et conçu à dessein en faveur exclusive du Nord au détriment du Sud ?
Là réside la problématique de la survie du Nigeria, qui, cela va sans dire, ne peut se résoudre qu’à l’écart des excès et des extrêmes.

Arifajogun Banji

copyright555

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s