Trump sans Trompette: à qui la faute ?

L’Origine du Scandale des Réseaux Sociaux

Les comptes de réseaux sociaux de Trump ont été fermés et cela génère le tollé parmi les gardiens du temple de la liberté d’expression. On fustige les GAFA. De bonnes âmes bien pensantes se demandent de quel droit des individus – fussent-ils milliardaires – décideraient-ils tout seuls dans leur coin de qui causerait et qui ne causerait pas.

A première vue, l’interrogation semble pertinente. Mais en vérité, ces vertueuses protestations sont fondées sur de fausses prémisses. La vraie question est : étions-nous obligés de participer à l’émergence monopolistique de ces plates formes médiatrices des  réseaux sociaux ?  Moi qui vous parle,  je n’ai jamais eu de compte Facebook, Tweeter ni Instagram et je ne m’en porte pas plus mal. J’estime qu’internet suffit largement à lui seul pour communiquer honnêtement. N’importe quel individu ayant le niveau du cours secondaire peut s’en servir. On peut communiquer avec la terre entière par mail,  on peut créer un Blog ; on peut même accepter le principe de plateformes médiatrices, à condition qu’elles soient suffisamment diverses pour écarter toute logique de concentration comme c’est le cas des GAFA – qui soi dit en passant sont toutes américaines. Après tout, que sont les Facebook et autres tweeter sinon des Blogs prémâchés pour adolescents ou paresseux ?

On nous dit qu’on a empêché Trump de communiquer ? Dieu a-t-il créé la terre et Facebook ou Tweeter le même jour ? Le Président américain ne peut-il pas communiquer autrement ? Est-il obligé de communiquer par Tweeter ou par Facebook ? Ce genre de plaintes ne fait que contribuer à la naturalisation de ces monopoles qui ne devraient pas exister, dans un monde régi par le respect mutuel et l’éthique. Au lieu d’adopter a priori une attitude qui aurait put prémunir contre l’arbitraire de la censure, tout le monde  s’est rué sur ces phénomènes de manipulation savamment orchestrés, à coup de milliards, mettant en branle une armée d’agents et de journalistes stipendiés. Peu à peu l’incrustation des messages  tweeter dans les articles de presse a été habilement naturalisée, la référence par les médias à des messages publiés sur la page Facebook d’un tel, l’usage de Facebook ou de Tweeter comme canaux d’information institutionnelle par les gouvernements, les Ministres, et les Chefs d’Etat ; bref cette ruée frénétique et insidieuse a participé à l’émergence du monopole de ces plateformes qui, dans un monde un tant soi peu libre et aguerri, n’auraient pas pu atteindre aussi aisément leur vil dessein de manipulation financière du grand nombre.

Nous étions tous sur la plaine Internet où, avec nos jumelles plus ou moins performantes et plus ou moins bien réglées, nous pouvions voir et nous faire voir les uns des autres à distance humaine raisonnable. De malins entremetteurs sont arrivés et ont construit des montagnes artificielles pour soi disant une vue imprenable – montagnes dont les hauteurs modulables sont proportionnelles au nombre de ceux qui se sont rués sur leurs flancs. Maintenant que ces malins entremetteurs – non contents d’exploiter à des fins financières le grand nombre de gens qui ont pris d’assaut leurs montagnes – se piquent de précipiter à convenance certains d’entre eux dans le vide, nous crions au crime de lèse liberté d’expression. On estime qu’il n’appartient pas à ces hommes d’affaires de décider de qui doit rester sur la montagne ou pas. Mais étions-nous obligés de grimper sur ces montagnes ? Pourquoi croyons-nous que la vue n’est pas tout aussi bonne dans la plaine Internet ?

Adenifuja Bolaji

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s