Africain, Sors de cette Cage !

Cage symbolique ( religion, langue et monnaie)

Comme on le voit avec l’actualité française de ces jours-ci, les  Islamistes hantent et guerroient l’Occident pour d’hypothétiques griefs symboliques.

Pendant ce temps, en curieux civilisés, les Noirs Africains dont les pays sont pillés jour et nuit par le même Occident n’ont aucune réaction violente à son égard. Fatalistes, résignés et conditionnés, ils croisent les bras et attendent gentiment leur libération par l’opération du Saint-Esprit.

Quand on a subi patiemment l’esclavage et le colonialisme durant cinq siècles, quand on doit adorer les Dieux et les ancêtres de ses maîtres, quand on doit s’instruire et instruire sa progéniture dans la langue de ses prédateurs historiques, on a l’esprit pétri de résignation, on ne s’appartient plus tout à fait. Les réflexes de peur et la couardise inhibent tout motif d’action libératrice. On joue à merveille le jeu de la division. On est complice contre soi-même. Le chacun pour soi prend une tournure religieuse. Refusant l’attitude des loups qui hurlent en meute, on préfère  la condition des chiens désunis, séparés, atomisés et qui ont juste le droit d’aboyer chacun dans sa niche.

Quand d’autres réagissent violemment pour d’hypothétiques outrages symboliques, l’Africain, ainsi symboliquement encagé, voit son continent, ses terres, ses richesses et ses hommes pillés, et n’ose pas lever le petit doigt. On ne demande pas aux Africains de prendre des couteaux et de poignarder des innocents à tout va ; on ne leur demande pas d’utiliser des camions pour écraser les foules dans les villes bondées d’Europe ou d’Amérique ; on ne leur demande pas de poser des bombes qui vont tuer des innocents ; on ne leur demande pas de détourner des avions de ligne et d’aller les faire écraser contre des tours dans les grandes villes occidentales. Non, entre ces formes violentes et aveugles de lutte et la passivité, il y a un gouffre. Contre la violence et le pillage des Blancs en Afrique noire, tout ce qu’on demande à l’Africain c’est moins de résignation, moins de fatalisme, plus d’unité : troquer la vie de chien contre l’éthique du loup.

Aminou Balogun

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s