La Chine, l’Afrique et le Monde après COVID-19

Blog1

Les relations actuelles de l’Afrique avec la Chine ne font pas progresser notre intérêt stratégique. Cet intérêt est de devenir une économie productive avec une base industrielle manufacturière. La «relation spéciale» sino-africaine empêche la réalisation de cet intérêt.

par Kingsley Moghalu

Blog1

La crise du coronavirus offre l’occasion de réévaluer les relations entre la Chine et l’Afrique à plusieurs niveaux – commerce, chaînes d’approvisionnement, emprunts excessifs et prêts prédateurs, racisme envers les Africains.

Nos yeux sont maintenant (ou devraient être) ouverts, mais il y a quelques années, dans la brume de la parade nuptiale de la Chine  en Afrique, je me suis opposé aux idées reçues : l’Afrique n’était pas « en train de se réveiller » (quelle est la productivité industrielle du continent ou la vision du monde clairement perceptible susceptible d’être le moteur de ce réveil?) mais à la rigueur en train d’ «émerger».

Certains d’entre nous ont fait valoir que les pays africains abordaient leurs relations avec la Chine du mauvais pied, que cela a permis de tirer d’importantes leçons, mais nous nous sommes concentrés sur les mauvaises choses. Nous pensions que des prêts apparemment bon marché, des échanges commerciaux (avec des déficits commerciaux en faveur de la Chine), pratiquement tous les dirigeants africains répondant présents aux sommets diplomatiques de Pékin reçus à bras ouverts par les timoniers chinois, et de belles paroles de solidarité, signifiaient que l’amour était dans le pré. Aujourd’hui, de nombreux pays reconsidèrent leurs relations avec la Chine, une puissance mondiale que personne ne peut ignorer.

L’économie chinoise a été ébranlée par le COVID-19. Ses 300 milliards de dollars de commerce avec l’Afrique sont menacés, et plus important encore, les pays africains ne peuvent pas payer à la Chine leurs 200 milliards de dollars de dette et demandent l’annulation de celle-ci. La Chine n’est pas une entreprise de remise de dette. Il est également peu probable que la Chine soit en mesure de financer ses initiatives d’infrastructure de «Nouvelle route de la soie» dans les pays africains dans un avenir immédiat, et les économies des pays africains seront déprimées après le COVID-19. Au total, l’aventure économique de la Chine en Afrique est apparemment devenue beaucoup moins rentable qu’elle ne l’était autrefois, du moins dans un avenir immédiat.

Comment en est-on arrivé là ? Mon but ici est de présenter l’histoire de fond de la liaison entre  l’Afrique et la Chine, et peut-être pouvons-nous nous en servir comme guide pour l’avenir. La devise de mon alma mata, la London School of Economics, est «rerum cognoscere causas» (connaître les causes des choses). Ceci est vital pour un progrès durable.

La Chine devrait être une leçon pour l’Afrique à trois niveaux fondamentaux. Premièrement, comment la Chine communiste, qui n’est devenue membre des Nations Unies qu’en 1971, a-t-elle atteint la respectabilité mondiale en 40 ans ? Deuxièmement, comment la Chine a-t-elle réalisé la transformation économique interne, puis l’a mondialisée pour atteindre la domination ? Troisièmement, la Chine est un excellent exemple, […], de la manière dont une grande population peut être exploitée pour obtenir un dividende économique, démographique aux proportions gargantuesques. Mais encore lui fallait-il d’abord maîtriser sa population avant d’y parvenir.

Non moins important, la Chine offre une leçon classique sur l’importance et la puissance d’une vision du monde cohérente soutenue par une stratégie magistrale, ce que mon livre « Emerging Africa » recommande aux dirigeants et aux peuples africains.

La relation sino-africaine a offert aux deux parties l’occasion de créer un axe d’influence qui, contrairement à l’histoire de l’Afrique avec l’Occident n’est rien de plus qu’un clientélisme d’États exploités ;  la relation stratégique de l’Afrique a également été servie par cette relation.

La relation sino-africaine doit être détournée de la focalisation sur les industries extractives. Les relations commerciales, marquées par un déséquilibre hideux, devraient être repositionnées. Le salut du développement de l’Afrique ne réside pas à l’étranger; cela ne peut venir que de l’intérieur. La Chine ne «développera pas» l’Afrique et ne pourra pas le faire, pas plus que l’Occident.

Cette opportunité a été ratée parce que les pays africains ne pouvaient pas identifier correctement, sans parler de saisir leurs propres intérêts fondamentaux. Ils n’avaient pas de vision du monde. La corruption a également provoqué un regard contraire. Et tout cela est devenu le jeu de la Chine. L’Afrique est simplement devenue la «Sinosphère», un «plat à emporter» chinois.

La Chine n’a pas seulement découvert l’Afrique. Dans les années 1950, elle a soutenu la saisie par l’Égypte du canal de Suez ainsi que la décolonisation de l’Afrique lors de la conférence Afrique-Asie de Bandung en 1955. La Chine a établi des relations diplomatiques avec le Ghana lors de l’indépendance de ce dernier en 1957.

Deuxièmement, la relation sino-africaine dans les années 60/70 était enracinée dans trois choses: la concurrence de la Chine avec l’Union soviétique pour une influence socialiste mondiale, une histoire commune d’humiliation qui a conduit la Chine à soutenir les luttes anticoloniales et ses efforts pour isoler Taiwan .

Troisièmement, avec la transformation économique capitaliste de la Chine, commencée en 1978 par Deng Xiaoping, son influence en Afrique est désormais davantage motivée par le besoin de matières premières et d’énergie pour soutenir son économie, que ce n’était le cas dans le passé socialiste quand il s’agissait davantage de « solidarité ».

Quatrièmement, les Africains ont été inspirés par le succès de la Chine. Le géant mondial asiatique semble démontrer que la pauvreté n’est pas un destin.

Cinquièmement, la croissance des relations avec l’Afrique faisait partie du positionnement stratégique de la Chine dans sa concurrence croissante avec les puissances occidentales.

L’Afrique a été aspirée par l’accent mis par la Chine sur les affaires «sans poser de questions» (ce qui signifie «nous ne nous soucions pas de votre bilan en matière de droits humains») ; et, aussi, par l’accent mis sur «l’infrastructure», qui semblait très «pratique», par rapport à l’accent mis par l’Occident sur la démocratie / les institutions. Mais nos dirigeants ne se sont pas posé une question simple: qui vous donne quoi, entre la Chine et l’Occident, sur la base de la transformation économique de votre pays? Au lieu de cela, comme le conjoint maltraité, les dirigeants africains se sentaient maintenant «amoureux» parce que quelqu’un les «appréciait».

La responsabilité de respecter et de faire respecter les droits de l’homme dans les pays africains incombe principalement à nos pays, pas à la Chine ou aux États-Unis. Les États-Unis et l’Occident s’en soucient, car cela fait partie de leur propre vision du monde, qui repose en partie sur les droits de l’homme et la liberté individuelle. Les Chinois se soucient moins des droits de l’homme en Afrique parce qu’ils ont d’autres priorités (nos matières premières) et parce que leur propre vision du monde est construite sur autre chose : l’ordre et la stabilité dans leur société comme fin, et donc le collectif compte plus que l’individu.

La relation sino-africaine doit être détournée de la focalisation sur les industries extractives. Les relations commerciales, marquées par un déséquilibre hideux, devraient être repositionnées. Le salut du développement de l’Afrique ne réside pas à l’étranger; cela ne peut venir que de l’intérieur. La Chine ne «développera pas» l’Afrique et ne pourra pas le faire, pas plus que l’Occident. Le soleil peut se lever à l’Est mais même la Chine sait qu’il ne s’est pas couché à l’Ouest. L’Afrique devrait utiliser ses relations avec la Chine pour rechercher des changements stratégiques dans celle avec l’Occident. La Chine pense que son avenir et son image en tant que puissance mondiale sont étroitement liés à l’Afrique. Cela donne à l’Afrique un pouvoir de négociation.

Solange Guo Chatelard a écrit: « S’il y a une chose que les États africains peuvent apprendre de la Chine, c’est comment imaginer leur avenir, explorer de nouvelles possibilités et dialoguer avec le reste du monde tout en gardant le contrôle sur les conditions de ces engagements ».

Les relations actuelles de l’Afrique avec la Chine ne font pas progresser notre intérêt stratégique. Cet intérêt est de devenir une économie productive avec une base industrielle manufacturière. La «relation spéciale» sino-africaine empêche la réalisation de cet intérêt.

Le commerce est la raison et la solution. Nous devons contester le «dumping» de produits chinois de qualité inférieure et bon marché sur les pays africains par le biais du mécanisme de règlement des différends de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Les interdictions d’importation de devises étrangères, […] ou tout autre forme d’interdiction, alors que nous signons des accords pour le commerce en yuan-renminbi chinois, ne résoudront pas notre problème. L’essentiel est de déployer une politique commerciale pour contester et modifier le désavantage structurel dont nous souffrons dans l’économie mondiale du commerce.

Les relations commerciales de l’Afrique avec la Chine perpétuent ce désavantage structurel. Nous devons exercer nos droits à l’OMC, notamment en plaidant en faveur de régimes tarifaires uniques qui permettront à nos fabricants locaux de prospérer, avec une concurrence venant de la zone de libre-échange continentale africaine, à condition que les «règles d’origine» soient réellement appliquées et non joué par les puissances du commerce extérieur.

L’incursion de la Chine en Afrique, qui s’est considérablement étendue au cours des deux dernières décennies, s’inscrit dans une vision mondiale de l’expansion mondiale et de la domination économique. La question pour l’Afrique est: quelle est l’approche du continent vis-à-vis du monde vis-à-vis de la Chine? Pour l’ensemble de l’importance stratégique de l’Afrique pour la Chine, celle-là reste une petite partie du commerce mondial total de celle-ci, à peu près de 3%. En dehors de l’Asie, principale sphère d’activité économique de la Chine, la superpuissance croissante est également fortement investie en Amérique latine – qui est la diversification du portefeuille!

Il y a quelques leçons essentielles que nous pouvons tirer de la Chine. Premièrement, le développement et la transformation économiques découlent d’abord d’une organisation politique interne efficace. L’économie «capitaliste d’État» chinoise est dirigée stratégiquement par un gouvernement du Parti communiste chinois COMPETENT et cohésif. Deuxièmement, l’État chinois fournit un environnement favorable et propice aux entreprises chinoises pour qu’elles prospèrent à l’intérieur et à l’extérieur du commerce mondial grâce à une politique économique et des incitations compétentes. Il y a une stratégie globale cohérente évidente en jeu.

Troisièmement, l’importance des visions philosophiques du monde en tant que fondement d’un véritable développement et la cohérence de cette vision du monde et de son application disciplinée à l’organisation du système économique du pays. Une vision commune du monde est de savoir comment les autorités chinoises mobilisent leurs citoyens pour la productivité économique.

La vision du monde chinoise est basée en grande partie mais pas complètement sur leur religion confucéenne. Cette vision du monde est la suivante: le temps est sans fin, et est un continuum (c’est pourquoi ils pensent dans des horizons de 50 à 100 ans, pas seulement maintenant ou de façon ponctuelle comme «certaines personnes»!); l’ordre / la stabilité est une fin en soi, pas seulement un moyen pour une fin; et, par conséquent, la société est plus importante que l’individu. Cette vision du monde est très différente de la vision occidentale, qui est basée sur la liberté individuelle et les institutions indépendantes, et sur la pensée rationnelle et l’innovation. Mais cela a aussi bien fonctionné.

Les visions du monde sont subjectives – le racisme et la traite transatlantique des esclaves étaient fondés sur une vision du monde de la supériorité raciale. Mais si elles sont appliquées de manière cohérente, les visions du monde peuvent créer la prospérité et l’ordre mondial. Ils peuvent également être délogés par une vision du monde opposée: l’esclavage / colonialisme a pris fin lorsque la vision du monde des droits de l’homme a augmenté en Occident et en Afrique elle-même, reflétée dans cette dernière comme la lutte pour la liberté.

Ainsi, l’unité de but dans la société chinoise a été essentielle à l’essor de la Chine. La leçon pour [les] sociétés africaines, qui sont accablées par les disparités ethniques et religieuses […], c’est qu’elles doivent surmonter leurs divisions internes si elles veulent devenir des nations.  Le développement commence d’abord dans l’esprit, car «on pense comme on est». Cela nécessite l’émergence de dirigeants ayant une vision du monde de la transformation, une vision derrière laquelle leurs politiques et leurs citoyens peuvent être réorganisés, avant que la transformation économique ne puisse se produire. Regardez la discipline qui anime la Chine.

Solange Guo Chatelard a écrit: « S’il y a une chose que les États africains peuvent apprendre de la Chine, c’est comment imaginer leur avenir, explorer de nouvelles possibilités et dialoguer avec le reste du monde tout en gardant le contrôle sur les conditions de ces engagements ».

ibinimori


Kingsley Moghalu, ancien gouverneur adjoint de la Banque centrale du Nigeria, est l’auteur de Emerging Africa: How the Global Economy’s Last Frontier Can Prosper and Matter (2014: Bookcraft, Ibadan / Penguin Books, Londres.

copyright5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s