Nigeria : l’Industrie Minière, une Nouvelle Corde à l’Arc Économique

Blog1

Le gouvernement nigérian a gagné 416,32 milliards de nairas soit un peu plus de 1 milliard de dollars de revenu dans le secteur des minéraux solides de 2007 à 2018, a révélé une analyse compétente sur le sujet. Plus de la moitié de ce montant a été gagnée entre 2015 et 2018.

Ce chiffre n’est certes pas comparable à ce que le Nigeria a gagné au cours de la même période dans le secteur du pétrole et du gaz. Mais les experts et les opérateurs du secteur minier affirment qu’il pourrait l’égaler voir le dépasser si le Nigeria exploitait correctement ses vastes ressources minérales solides.

Le Nigeria est doté de gisements commerciaux de nombreux minéraux solides, de la tantalite à la barytine, du calcaire, de l’or, du bitume, du kaolin, de la topaze, etc. La quantité de gisements dans plus de 500 sites à travers le Nigéria suggère que le secteur des minéraux solides, s’il est bien exploité, peut concurrencer favorablement le secteur pétrolier et gazier du pays.

Le gouvernement colonial britannique a créé le Mineral Survey of the Northern Protectorates en 1903 et les Southern Protectorates en 1904. Le Nigéria a commencé une importante production de charbon, d’étain et de columbite dans les années 40. En 1956, lorsque le pétrole a été découvert, à l’instar du recul drastique des cultures d’exportation agricole, l’attention s’est déplacée de l’exploitation minière vers le pétrole et les industries minières en ont souffert. Dans les années 1960, la guerre civile a conduit les experts miniers à quitter le pays et les mines à abandonner leur activité. La réglementation minière a radicalement changé et la productivité a diminué. Suite au déclin rapide de la production de minéraux solides, les administrations successives ont formulé une pléthore de politiques pour réactiver et relancer le secteur, y compris la création d’institutions minières financées par des fonds publics dans les années 70 et 80, puis la privatisation de ces institutions dans les années 90. À la fin des années 1990, le gouvernement a commencé à vendre les institutions à des investisseurs privés en raison de l’échec de la relance du secteur.

La production relativement faible de minéraux solides du Nigéria constitue un défi majeur pour l’économie, en particulier parce que ce secteur clé offre un si grand potentiel pour la diversification de l’économie nigériane, rendue plus que jamais nécessaire par les tourments économiques inévitables  inhérents à la crise sanitaire du covid-19 qui sévit en ce moment.

ibinimori

copyright5

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s