Le Coronavirus et l’Afrique : Chiffres et Dessous d’une Épidémie

blog1

L’épidémie du coronavirus défraie la chronique et de jour en jour prend l’allure d’une cause d’angoisse planétaire. Surtout dans les media des plus puissants du monde habitués à administrer la mort aux autres sans états d’âme mais qui tremblent comme une feuille au vent dès que point à l’horizon la moindre cause de mort incontrôlable. Le tintouin fait autour de cette nouvelle épidémie jure pourtant avec la réalité des chiffres et fausse la perception relative du péril dans un monde où sévit plus d’une cause de contamination virale mortelle.

blog1

Infections Décès Taux de décès (%)
TOTAL 81.128 2.765 3,40
Chine 78.064 2.715 3,48
Iran 95 16 16,84
Corée du Sud 1.261 12 0,95
Italie 322 10 3,11
Autres 691 4 0,58
France 14 2 14,30
Japon 178 2 1,12
Hong Kong 85 2 2,35
Philippines 3 1 33,33
Taïwan 31 1 0,32
Singapour 91 0
États-Unis 57 0
Thaïlande 40 0
Bahrein 23 0
Australie 22 0
Malaisie 22 0
Allemagne 18 0
Vietnam 16 0
Royaume-Uni 13 0
Émirats arabes unis 13 0
Canada 11 0
Koweit 11 0
Macao 10 0
Espagne 9 0
Irak 5 0
Oman 4 0
Inde 3 0
Autriche 2 0
Israël 2 0
Russie 2 0
Belgique 1 0
Finlande 1 0
Suède 1 0
Cambodge 1 0
Népal 1 0
Afghanistan 1 0
Sri Lanka 1 0
Égypte 1 0
Liban 1 0
Algérie 1 0
Suisse 1 0
Croatie 1 0

Comme on le voit, en Chine même le taux d’infection actuel est de 0,6 ‰. Ce qui veut dire que sur dix mille Chinois, il y a 6 infectés.

Le taux de décès après infection en Chine est de 3,48  contre 3,40 dans le monde, Chine compris. Le taux correspondant dans le monde hors la Chine est de 1,63% .

Force est de constater qu’actuellement bien de pandémies et d’épidémies présentent des taux plus alarmants, à ceci près que le risque pour les puissants du monde d’y être exposés ou de les contracter est très faible. … Les incertitudes liées au comportement épidémique de ce nouveau virus seules ne rendent pas raison de tout le tintouin qui est fait autour de sa propagation. Par ailleurs, le monde entier regarde avec une surprise embarrassée  ce qui apparaît pour le moment comme la bonne tenue de l’Afrique devant la propagation mondiale du virus. L’ambiguïté s’explique par au moins deux raisons. D’une part, du paludisme à Ebola en passant par le Sida, l’Afrique est connue comme la terre d’élection des épidémies et autres maladies mortelles. D’autre part, l’embarras du monde extérieur qui vit en grande partie du pillage de l’Afrique est de se retrouver dans une configuration où le flux de pénétration/aspiration permanente du continent ( en termes de circulation des personnes et des biens) pourrait se ralentir de façon drastique en raison des conséquences d’une éventuelle propagation du coronavirus en Afrique. Ce qui serait préjudiciable aux affaires des Occidentaux et des Chinois.

Dès lors, on peut se demander si le statut de vedette médiatique conféré à un médicament, la chloroquine, bien connu en Afrique dans la lutte contre le paludisme, ne vise pas à banaliser la peur de la contamination au coronavirus sur le continent qui pourrait justifier toute mesure légitime de fermeture des frontières au nez et à la barbe de ses prédateurs nouveaux et anciens.

Ahoponu Bernard

copyright5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s