Russie, Langue de Feu : Combien de Nègres sont Capables de Faire Ça ?

blog1.jpg

Un Professeur Russe s’est Immolé par le Feu en Protestation contre la Marginalisation de sa langue natale Oudmourte.

Le 10 septembre, Albert Razin s’est arrêté devant le bâtiment du Conseil d’État à Izhevsk, une ville du centre-ouest de la Russie, et s’est immolé par le feu. Le professeur, âgé de 72 ans, a été emmené à l’hôpital où il est et est décédé peu après des suites de ses brûlures.

Une bannière découverte à côté du corps de Razin disait : «Si mon langage disparaît demain, je suis prêt à mourir aujourd’hui» – une citation du poète en langue avar Rasul Gamzatov. La dernière manifestation de Razin n’avait pas été la première. Le professeur était un ardent défenseur de la langue natale oudmourte et, au dire de tous, s’était senti de plus en plus désespéré ces dernières années quant à son avenir.

L’oudmourte est une langue ouralienne (parfois appelée finno-ougrienne) principalement parlée en République d’Oudmourtie, dans le district de la Volga, en Russie européenne. Il a acquis une renommée internationale fugace lorsque la représentante de la Russie,  Buranovskiye Babushki, s’est produite dans cette langue lors du concours Eurovision de la chanson de 2012.

Plus de 100 langues sont aujourd’hui parlées dans toute la Russie et 35 d’entre elles ont un statut co-officiel avec le russe dans les 22 régions autonomes du pays, y compris en Oudmourtie. Beaucoup de ces langues courent le risque de disparaître, et l’oudmourt ne fait pas exception. Les recensements russes indiquent qu’entre 2002 et 2010, le nombre de personnes parlant oudmourte est passé de 463 000 à 324 000, soit une baisse de 30% en seulement huit ans ! En 2011, l’Atlas des langues en danger de l’ONU a décrit Udmurt comme «définitivement en voie de disparition». Des études indiquent que la situation ne s’est pas améliorée.

Des centaines de personnes ont assisté à une cérémonie commémorative en l’honneur de Razin au Théâtre d’État à Izhevsk le 12 septembre, avec des représentants officiels.

Nous autres Africains qui passons le plus clair de notre temps à jaboter dans les langues du colonisateur/prédateur ; nous dont certains ne sont jamais heureux et fiers d’eux-mêmes que lorsqu’ils ont débité quelques lieux communs ou banalités dans la langue du blanc tenue pour indice et preuve d’intelligence, combien d’entre nous sont capables d’un tel acte d’héroïsme ? Combien d’entre nous sommes prêts à mourir pour qu’enfin nos enfants parlent et écrivent dans nos langues nationales ? Combien d’entre nous sommes conscients que l’oiseau ne doit grandir sainement que dans son propre plumage ?

ibinimori

copyright5

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s