Dénonciation de la Françafrique par l’Italie : Et si l’ONU s’en Mêlait

blog1

Pour des élections présumées frauduleuses en RDC, sans qu’on ne sache pourquoi c’est elle et non  la Chine ou la Russie qui s’en inquiète,  la France  saisit le Conseil de sécurité des Nations-Unies. Sa bonne volonté démocratique se justifiant officiellement par le souci d’éviter la guerre. Soit dit en passant, n’est-ce pas curieux  qu’un gros fabricant et vendeur d’armes de guerre se soucie d’éviter la guerre ?

La France saisit le Conseil de sécurité de l’ONU en raison d’une élection présumée truquée qui pourrait dégénérer en guerre, cette chose atroce et inhumaine que le grand pays des droits de l’homme ne souhaite à personne et surtout pas à de pauvres états africains qui ont mieux à faire. Mais personne ne songe à saisir le même Conseil de sécurité pour des crimes plus graves commis dans les Etats africains francophones par la France, comme par exemple le vol de 400 milliards d’euros annuellement soutirés à leur trésor via l’arnaque du CFA.

Or cette arnaque qui n’est que le petit bout de l’iceberg des crimes commis par la France en Afrique, et qui a la particularité d’être mesurable, est à l’origine du malheur de l’Afrique, de l’exode  massive de sa jeunesse  désespérée vers le rêve européen, qui hélas se termine bien souvent dans les fonds hostiles et mortels de la Méditerranée…

Tant qu’à saisir le Conseil de Sécurité des Nations Unies comme le fait la France,  ne vaut-il pas mieux donner priorité aux raisons les plus graves et les plus urgentes ? L’Italie qui est en train de faire entendre en ce moment sa voix en tant qu’Etat sur la question doit être félicitée, quelle que soit  les motivations de sa dénonciation de la perpétuation honteuse du colonialisme français en Afrique. Elle doit être encouragée à aller plus loin pour prouver sa bonne foi éthique et politique. Le Conseil de Sécurité mérite en priorité d’être saisi sur ce fléau international d’une gravité extrême ; et le cas échéant, il doit se prononcer pour que l’Afrique soit enfin délivrée du joug d’un colonialisme caché plus destructeur que le colonialisme à ciel ouvert qui a prévalu jusqu’aux indépendances en trompe-l’œil des États Africains. Et l’ONU doit accueillir et encourager une telle initiative d’objectivation et de  criminalisation du mal néocolonial en Afrique, de libération dans la transparence et de restauration des Africains dans leur dignité et leur égalité humaines. Elle ne doit plus fermer les yeux là-dessus, et faire semblant de s’occuper de faux problèmes ou des conséquences de ce crime primordial. A moins que l’ONU ne fasse elle-même partie du problème africain…

Aminou Balogun

copyright5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s