Respect des Droits de l’Homme : Quand le Nigeria Donne une Belle Leçon au Bénin

blog1

Le PDG de la firme nigériane de construction automobile Innoson M. Innocent Chukwuma, a été arrêté hier par les agents de la commission des crimes économiques et financiers EFCC. L’arrestation qui a occasionné une certaine résistance de la part du prévenu, a eu lieu à son domicile à Nnewi dans l’Etat ibo d’Anambra dont il est natif.
Plusieurs raisons de cette arrestation ont été avancées par la presse, mais dans une déclaration publiée aujourd’hui, l’EFCC précise qu’elle enquête sur des malversations opérées par des falsifications de documents qui ont servi à des exonérations fiscales.
Ces précisions coïncident avec la libération sous caution ce soir de l’industriel. Signalons que M. Chukwuma a bénéficié de soutiens politiques de poids dont notamment celui du Vice-président du Sénat, Ike Ekweremadu, originaire comme lui de l’est du Nigeria.
Dans cette affaire où plusieurs milliards auraient été détournés, il est heureux de constater que la présomption d’innocence du prévenu a été respectée.
Comparé à l’Affaire de la Cnss au Bénin, la différence d’attitude saute aux yeux et choque tout esprit de justice. En effet, pour quelques millions supposés avoir été donnés à un syndicaliste sans aucune preuve tangible, la justice béninoise n’a pas hésité a emprisonner un citoyen connu depuis plusieurs années pour son engagement dans le progrès sociopolitique de son pays. Il s’agit pour ne pas le nommer de M. Laurent Métognon, dont la présomption d’innocence a été foulée au pied. Talon en autocrate patenté, en découd de façon grossière et scandaleuse avec un homme dont le seul tort est d’animer une opposition sans concession à son régime. Le scandale est d’autant plus révoltant que dans l’arche de Noé du régime grouille une ribambelle de repris de justice, de criminels économiques ou de droit commun, qui ont seulement le privilège d’avoir fait allégeance à son chef.
Il est clair que le Nigeria de Buhari – un ancien dictateur militaire repenti – donne là une belle leçon de respect des droits de l’homme au Bénin. En tout cas, contrairement au Nigeria, le pouvoir politique au Bénin utilise la justice comme une arme d’élimination des opposants, c’est-à-dire à terme, d’élimination de la Démocratie elle-même.

Aroloba Bioku

copyright5_thumb.png

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s