Publié dans Haro, Résoc

Bénin-Politis /Écho des Réseaux Sociaux

politis

Chronique des Réseaux Sociaux – 03 mai 2017

Chronique d’une Mobilisation Citoyenne Face aux Turpitudes d’un Président Illégitime

blog1Dans notre chronique précédente du 25 avril 2017, nous évoquions les violations répétées de la constitution du Bénin par le président Patrice Talon, élu il y a à peine un an. Et nous partagions avec vous un texte de monsieur Michel ADJAKA, président de l’Union Nationale des Magistrats du Bénin  (l’UNAMAB).

On aurait pu croire qu’il s’agissait là de la clairvoyance et de la vigilance d’un homme de loi et donc spécialiste de ces questions.

Eh bien non, l’indignation de M. ADJAKA n’était en réalité que l’expression d’un  phénomène beaucoup plus profond, une sorte de mobilisation générale citoyenne.

C’est ce que montre la naissance d’un groupe de juristes démocrates qui s’illustre par la publication du texte que nous partageons avec vous.

« Je salue l’initiative du regroupement des 11 juristes et je leur dis bravo. Leur initiative s‘inscrit parfaitement dans la nécessaire veille et la vigilance citoyennes qui doivent amener toutes les couches socioprofessionnelles à collecter et dresser un inventaire implacable des violations des droits dans tous les domaines (social, économique, politique, juridique, environnemental etc.)  pour mettre en accusation la gouvernance funeste de Patrice Talon.  Je ne doute pas que la Diaspora béninoise qui sera en meeting d’information en région parisienne le 13 mai 2017, apportera son soutien à cette initiative. » a réagi le 23 avril 2017 monsieur Honoré LOKOSSA, l’un des deux porte-paroles provisoires du Comité du Front pour le Sursaut Patriotique dans la Diaspora.


IL EST TEMPS QUE LES RIGUEURS DE LA LOI FRAPPENT PATRICE TALON

« Devant Dieu, les Mânes des Ancêtres, la Nation et devant le Peuple béninois, seul détenteur de la souveraineté; Nous …… , président de la République, élu conformément aux lois de la République jurons solennellement: – de respecter et de défendre la Constitution que le Peuple béninois s’est librement donnée;

(…) En cas de parjure, que nous subissions les rigueurs de la loi ».

Tel est le serment fait par le Président de la République le 6 avril 2016 conformément à notre constitution. Serment prononcé devant le peuple tout entier et reçu par le Président de la Cour Constitutionnelle.

Depuis ce 21 avril 2017, un regroupement de 11 juristes s’est constitué pour évaluer toutes les voies et moyens de droit offerts par notre République pour contraindre le Président Talon à honorer la confiance du peuple en redonnant à ce même peuple le pouvoir qu’il lui a confié.

Un an et autant de violations de notre constitution qu’il a juré de respecter et de défendre constitue un parjure.

Recevoir les décisions de la Cour Constitutionnelle et ne pas les respecter ni les faire respecter constitue un autre parjure auquel il faut faire droit.

Telle est la mission que nous nous donnons désormais pour redonner à notre République sa Force aux yeux de nos concitoyens, de la sous-région et de la scène internationale.

Dès que nous aurons rassemblé tous les éléments de droit à cet effet, nous le ferons savoir à visage découvert. Nous nous y refusons pour l’heure pour échapper à toute forme de pressions.

Nous appelons néanmoins le peuple béninois à nous accompagner massivement dès maintenant, en faisant sienne cette démarche de refus de mise en cause permanente de notre Constitution par le Président de la République et en proclamant aussi cette exigence de faire constater le parjure du Président de la République et des conséquences juridiques.

Vive la démocratie béninoise !

Vive la Constitution du Bénin !


Cordialement,

Komlan Rigobert MISSINHOUN

tonanbe@gmail.com

copyright5

Publicités