L’Africa Film Festival : une chance à Trinidad &Tobago, la Cosmopolite, de remodeler sa vision du monde

L’édition 2022 de l’Africa Film Trinidad and Tobago (AFTT), qui s’est déroulée à Port of Spain du 24 au 28 mai, a présenté un mélange de films contemporains et classiques du continent, ainsi que des films locaux et régionaux mettant en lumière des questions pertinentes pour l’Afro -Expérience des Caraïbes.

Maintenant dans sa huitième année, le festival est bien plus qu’un événement de projection de films. Avec sa sensation de base et son engagement envers l’inclusivité, l’événement crée un espace diversifié et dynamique qui reflète la réalité culturelle des Caraïbes – à travers le cinéma, la musique, l’art et la littérature – tout en rendant hommage « au ton, au paysage, à la couleur, à la complexité et à la beauté de Afrique. »

J’ai assisté à certains des événements AFTT de cette année [divulgation complète : un film que j’ai coproduit a été projeté au festival] et j’ai parlé avec la cinéaste et fondatrice Asha Lovelace des ponts de communication et de collaboration qu’elle construit entre les mondes du cinéma caribéen et africain. , et pourquoi est-ce si important pour le public régional.

Janine Mendes-Franco (JMF) : Comment et quand avez-vous décidé de lancer l’Africa Film Festival et pourquoi avez-vous ressenti la nécessité pour Trinité-et-Tobago d’avoir un festival de cette nature ?

    Asha Lovelace (AL) : En 2013, j’ai été invitée à faire partie du jury du FESPACO (Festival panafricain du cinéma et de la télévision) au Burkina Faso, l’un des plus importants festivals de cinéma africain au monde. Ce fut toute une expérience! L’ouverture a eu lieu dans un immense stade, plein de gens de tous les horizons – de ceux sur le tapis rouge aux personnes se promenant sans chaussures. Tout le monde était inclus, excité et là pour regarder des films de tout le continent africain et au-delà.

    Ce festival m’a offert l’entrée dans un monde de films africains divers, avec une esthétique unique, approuvés par leurs pays et appréciés par leur propre peuple. Ils étaient très fiers de ces films et de raconter leurs propres histoires, à leur manière, ce qu’ils étaient incapables de faire à l’époque coloniale.

    En tant que cinéaste s’efforçant de porter à l’écran des histoires caribéennes racontées par des Caribéens, j’ai été inspiré de voir le soutien offert par le festival aux films et aux cinéastes de toute l’Afrique. Alors que j’étais assis dans ce stade bondé, j’ai réalisé que le cinéma africain peut nous offrir des modèles pour développer une industrie riche et dynamique ici même, chez nous, dans les Caraïbes.

    Non seulement nous avons un lien avec l’Afrique – physique, historique et continu – mais ce sont en grande partie les Africains qui ont établi la base de ce qu’est la Caraïbe. Issus d’une expérience coloniale similaire, les Africains se sont penchés sur les mêmes types de questions que nous, dans cette région, devons aborder alors que nous luttons pour récupérer notre psychisme. Avec l’AFTT, nous voulions renouer avec l’Afrique et nous donner quelque chose à voir de nous-mêmes dont nous nous étions éloignés.

JMF : Lors du lancement de cette année, vous avez parlé du rôle de l’AFTT dans le recadrage de la façon dont les Noirs sont perçus. Parlez-nous de cela dans le contexte de la Trinité-et-Tobago multiculturelle.

    AL : Avec toute sa complexité et sa diversité, je ne peux pas penser à un continent qui a été plus vilipendé dans l’histoire récente, et en même temps, dont les gens ont servi comme une telle source de créativité et d’inspiration pour le monde. Dans une tentative de libérer les Africains de la vision imposée par des générations de dénonciation coloniale, l’AFTT nous donne une chance de voir une vision africaine du monde, qui, en fait, nous aidera à façonner notre propre vision du monde, non seulement pour les personnes d’origine africaine, mais pour nous tous dans cette société très complexe et cosmopolite. Nous pouvons tous aborder l’humanité essentielle et l’exigence de dignité humaine et de justice pour tous.

JMF : Comment se passe la collaboration avec les cinéastes africains ?

     AL : Je suis le secrétaire régional pour la diaspora caribéenne de la FEPACI, la Fédération panafricaine des cinéastes depuis 2013 et cette association m’a mis en contact étroit avec des cinéastes et des festivals de cinéma à travers le continent et au-delà. Cela a certainement aidé à être au courant des nouveaux films, et a également conduit à des collaborations et des échanges de contenu entre festivals.

     Cette année, nous avons collaboré avec le Festival international du film en temps réel au Nigéria et avons eu une table ronde fantastique sur Nollywood et l’industrie cinématographique de Trinité-et-Tobago. Enfin, un traité de coproduction a été annoncé, ainsi que la première production cinématographique Trinité-et-Tobago/Nigéria qui est déjà en phase de développement.

JMF: J’ai adoré la façon dont les films que j’ai vus avaient une esthétique très différente de celle des films grand public de type hollywoodien que beaucoup d’entre nous sont habitués à voir. La sensation est fraîche, enracinée dans une perspective différente et toujours forte en termes d’universalité de la narration. Que peut en tirer le cinéma régional ?

    AL : Tout ! C’est précisément le point. AFTT est un festival soigneusement organisé qui nous donne accès non seulement à la créativité et à la diversité de la narration africaine à travers divers genres, mais ces films offrent également différentes perspectives, modèles, thèmes et qualités esthétiques.

    Alors que nous abordons le récit de nos propres histoires, ces films peuvent apporter un soutien et inspirer une certaine confiance en nos cinéastes, dans les thèmes que nous abordons, les techniques que nous employons et la façon dont nous nous apprêtons à faire des films. Nous pouvons être inspirés à la fois en tant que cinéastes et spectateurs par ces films africains ; nous pouvons apprendre d’eux et nous pouvons nous voir en eux.

JMF : Comme Bollywood, le cinéma africain s’est développé parce qu’il a des publics pour le soutenir en termes d’échelle. Pourrait-il y avoir ici une leçon pour les cinéastes caribéens ?

    AL : Absolument ! Ces industries sont également fortement soutenues par la diaspora. Nous avons une longue histoire de films de Bollywood à Trinidad, par exemple. Cela a été un moyen pour les Indiens de rester connectés à la mère patrie et de puiser culturellement dans ce qui s’y passait. Plus récemment, nous avons consommé un grand nombre de […] films Nollywood à Trinité-et-Tobago.

    De même, nous pouvons puiser dans les mêmes marchés et utiliser les mêmes flux de distribution. Nous nous sommes tournés vers Hollywood et l’Amérique du Nord pour la validation et un point d’entrée dans leur industrie et les chaînes de distribution fortement contrôlées, mais nous avons ces autres vastes marchés à notre disposition pour explorer et capitaliser.

    Je soupçonne que ce sera une voie plus viable et peut-être même plus gratifiante.

JMF : L’événement se fait un devoir de soutenir de jeunes artistes qui ne sont pas forcément des cinéastes (artistes, créateurs de mode, musiciens, etc.), mais aussi d’éduquer les enfants qui pourraient bien devenir les conteurs de demain. Pourquoi est-ce important pour toi?

    AL : Le cinéma est la forme la plus moderne de narration et il intègre diverses autres formes d’art telles que l’écriture, les arts visuels, la musique, la photographie, etc.

    Il est important pour nous de fournir un espace aux jeunes créatifs où ils peuvent participer activement non seulement en tant que spectateurs, mais un espace où ils peuvent exposer, collaborer, discuter, vendre et, plus important encore, se voir comme faisant partie de quelque chose de valable.

JMF : Qu’est-ce qui rend l’AFTT différente et pourquoi les gens devraient-ils être intéressés à en faire partie ?

    AL : L’AFTT se veut une nouvelle source d’inspiration. Il est destiné à valider le récit de nos propres histoires, à nous inspirer à raconter nos propres histoires à notre manière. Ce que nous avons essayé de faire, c’est de nous aider à nous apprécier nous-mêmes et nos histoires.

    Ici, nous voyons des cinéastes qui, avec une fraction des ressources disponibles à Hollywood, créent des films qui s’inspirent d’une multitude d’histoires et d’images du continent. L’AFTT s’engage à donner à nos cinéastes locaux, y compris ceux qui ont été ignorés auparavant, l’inspiration, les encouragements et la plate-forme pour exposer et partager leur travail.

JMF : Parlez-nous de l’aspect communautaire du festival et de ce que vous pensez qu’il a accompli.

    AL : AFTT est né d’un désir de partager, de célébrer, d’inspirer et d’être inspiré, de se connecter et de se reconnecter à travers des histoires et des films. La diffusion du festival dans diverses communautés demeure une priorité. Les festivals de cinéma peuvent parfois avoir la stigmatisation d’être exclusifs, artistiques, voire élitistes, et c’est quelque chose que nous voulons éviter. L’AFTT s’adresse à tous.

    Le cinéma est la forme d’art avec le plus grand attrait de masse. Il est important pour nous de partager ces histoires avec autant de personnes que possible. Nous ne pouvons pas laisser de côté les habitants des zones rurales. Nous voulons rendre cela aussi accessible que possible à tous. Pour ceux qui ne peuvent pas venir, nous vous l’apporterons.

    Jusqu’en 2019 (avant COVID-19), nous lançions le festival sur la promenade Brian Lara un vendredi soir, au milieu de l’agitation des gens qui rentraient chez eux, avec une projection pop-up gratuite. C’était toujours un bon début pour notre semaine de festival, mais plus que toute autre chose, c’était une déclaration et une invitation pour tout le monde à participer et à se sentir partie prenante du festival.

JMF : De quoi êtes-vous le plus fier du festival ?

     AL : L’AFTT grandit dans tous les sens. Je suis fier de cette expansion et de cette croissance. Je suis fier de ce que nous avons créé et de l’énergie et de l’ambiance qui enveloppent le festival. L’un de mes moments les plus fiers a été lorsque deux jeunes cinéastes ont demandé à projeter leurs films à l’AFTT. Ils sont venus vers nous en disant : « Nous nous sentons chez nous ici.

JMF : Où voyez-vous l’AFTT dans le futur ?

     AL : Je vois l’AFTT comme la plaque tournante du cinéma noir dans la région, avec des éditions dans différentes îles. J’espère que l’AFTT nous aide dans les Caraïbes à voir l’Afrique comme plus qu’un endroit éloigné de notre histoire, mais une représentation d’un lien vivant avec des personnes de plus de 50 pays avec un vaste éventail de cultures, et un rappel que l’Afrique est ici avec nous – nous tous.

A small portrait of Janine Mendes-Franco
Written byJanine Mendes-Franco

ibinimori

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s