Covid-19 : Même Bénie par le Climat, l’Afrique doit Rester Vigilante

blog1

«L’Afrique doit se réveiller, mon continent doit se réveiller», s’alarmait il y a peu  l’éthiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé.

 Mais la vérité des chiffres de la  pandémie du Covid-19  est là : sur les  300 000 cas dans le monde, l’Afrique compte 1016, selon le décompte de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) daté du samedi 21 mars 2020. Cas, qui pour la plupart sont transmis de l’Europe, deuxième foyer de l’épidémie et non de la Chine d’où est partie la maladie.

Selon le dernier rapport paru vendredi du Centre africain de prévention et de contrôle des maladies le bilan des morts sur le continent s’élevait à 19 à travers cinq pays, à savoir l’Algérie (8), l’Egypte (7), le Maroc (2) le Burkina Faso et le Soudan (un chacun). Les pays africains les plus touchés sont l’Egypte (256 cas), l’Afrique du Sud (150), l’Algérie (82), le Sénégal (38) ainsi que la Tunisie (39), selon le CDC Afrique.  Sachant que le cas Burkinabè est sujet à caution, force est de constater que le nombre de morts en Afrique noire s’élève pour l’instant à 2.

blog1

Après la phase exogène où elle a été « coronisée » par l’Europe, l’Afrique entre dans la hantise d’une transmission interne durable et généralisée, comme le craint l’OMS qui recense douze pays concernés par cette nouvelle phase.  Cette forme de transmission a été baptisée de « communautaire », un terme censé coller plus à l’Afrique qu’à l’Europe où pourtant le mal sévit avec plus de virulence. Communautaire ou individualiste, à mille lieues des discours réductionnistes les experts relèvent encore la modestie de la contagion africaine et la lient au climat, à la géographie, voire, pour les plus extrêmes, à une sorte de résilience biologique. «Il est un encore un peu tôt pour être affirmatif, mais on ne constate pas, pour l’instant, d’explosion épidémique du virus dans les pays où c’est actuellement l’été. Et notamment dans les pays chauds, comme l’Asie du Sud-Est ou l’Afrique subsaharienne.», déclarait Pierre-Marie Girard, directeur international des instituts Pasteur.

Dans les semaines à venir, nous espérons que la vraisemblance de cette hypothèse se confirmera. Mais ce n’est pas une raison pour que les autorités africaines croisent les bras et n’assument pas rigoureusement leur responsabilité : assurer la protection des populations. Africains de tout pays, Éṣó áráré¹ !

Arifajogun Busayo


Éṣó áráré¹ terme yoruba pour dire, rester sur ses gardes, faire attention, se protéger

copyright5

 

Un commentaire

  1. L’arbre ne s’occupe pas des fleurs qui tombent.
    Il est toujours occupé à en produire d’autres.
    De même, dans la vie, il ne s’agit pas de se lamenter sur nos échecs, ce que nous avons perdu jusquà présent, il s’agit d’accomplir et de reussir ce qui peut encore l’être.

    Oui, même si notre climat nous est favorable, l’Afrique doit sortir de sa torpeur et agir.

    Nous devons aller en guerre contre nous mêmes, nos mauvaises habitudes face à ce cataclysme qui ne fait aucun cadeau à personne dans le monde entier.

    Oui, AFRICAINS DE TOUS PAYS, REVEILLEZ VOUS…

    Mais les autorités seules ne peuvent pas gagner le pari de la lutte contre ce virus.

    Il faut un PARTENARIAT.

    Pour ce faire, ce que les peuples africains doivent s’ atteler à développer, c’est la Discipline, le Bon Sens, la Solidarité, le Respect de soi et des autres en ces temps si durs et si stressants où nul n’est sûr de rien.

    C’est aujourd’hui, ici et maintenant, pas demain.

    Michèle Abègnonhou

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s