Nigeria: Buhari, Dictateur à Sang Froid

blog1

L’Activiste et Ancien Candidat à la Présidence Omoyele Sowore Accusé de Haute Trahison

Le gouvernement nigérian a fait inculper de haute trahison Omoyele Sowore, l’éditeur du site d’information en ligne Sahara Reporters, détenu depuis le 3 août.

Le gouvernement a également accusé M. Sowore de s’être livré à un transfert de fonds frauduleux dans une accusation sous sept chefs  contre l’ancien candidat à la présidence et un autre accusé, Olawole Bakare.

Selon l’acte, M. Sowore est accusé d’implication dans des actes de trahison et de tentative présumée de transfert frauduleux de plus de 16 000 $.

M. Sowore a été arrêté le 3 août par des agents de la sécurité pour avoir planifié une manifestation nationale étiquetée #RevolutionNow.#

Il a été accusé par le gouvernement nigérian d’essayer de causer le chaos et de renverser le gouvernement du président Muhammadu Buhari.

Le SSS a obtenu du tribunal une ordonnance de réclusion de 45 jours en première instance.

Décidément, Buhari est un dictateur à sang froid, et de surcroît ingrat. Louis Ferdinand Céline n’a-t-il pas  dit que l’homme est toujours pressé de se venger du bien qu’on lui a fait ? Chez l’homme politique la vitesse de cette vengeance surpasse celle de la lumière. Dans les dernières années de Jonathan, l’activiste Sowore et sa plateforme d’information Sahara Reporters ont été activement manipulés et utilisés par les ténors de l’APC de Buhari pour mener une violente campagne contre le président d’alors et les membres de son gouvernement. Buhari était alors présenté par le site Sahara Reporters comme un héros intègre, qui allait balayer le gouvernement stupide et corrompu de Jonathan et apporter le changement attendu. Pendant toute cette période, malgré les audacieuses actions et dénonciations de Sahara Reporters, le gouvernement de Jonathan n’a intenté le moindre procès contre lui, encore moins accusé de trahison. Maintenant, la donne a changé, celui pour lequel certes au nom de la Démocratie Sowore s’est battu comme un beau diable n’hésite pas à l’accuser de crimes fantaisistes et imaginaires, dans le seul but de l’empêcher de faire ce qu’il a toujours fait : lutter pour l’avancement de la Démocratie. Sowore apprend à ses dépens que sous Buhari si on a apparemment la liberté de parole, la liberté après la parole, elle, n’est point garantie…

Aminou Balogun

ibinimori

copyright5

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s