Brésilien et Langues Africaines

blog1

Emilio BONVINI CNRS (Laboratoire Langage, Langues et Cultures d’Afrique Noire) Margarida Maria TADDONI PETTER Université de Sao Paulo

PORTUGAIS DU BRÉSIL ET LANGUES AFRICAINES

1 . Historique d’un débat

La problématique de la relation entre les langues africaines et le portugais du Brésil (PB) s’est posée dans les années 30. Dès le départ, on a essayé de mettre en évidence la participation des premières à la constitution de la variante brésilienne du portugais. Ce débat s’est développé sur deux plans interdépendants, le linguistique et l’idéologique, prolongeant ainsi les préoccupations nées à l’occasion de l’indépendance du Brésil en 1822. П s’agissait, à l’époque, de marquer la différence entre le Brésil et le Portugal. L’idéologie nationaliste orienta alors les études linguistiques vers la recherche des éléments autochtones différenciateurs engendrés par la présence des langues indigènes et africaines. Les intellectuels de la nouvelle nation se devaient de travailler à la découverte sfcette spécificité et, en dépit du fait que nombre d’entre eux n’étaient pas linguistes ou étaient peu préparés à cette tâche, leurs travaux ont rencontré un écho important dans les milieux académiques.

En ce qui concerne les langues africaines , on peut distinguer deux moments correspondant à deux types d’analyse : le premier, caractérisé par l’affirmation de l’influence africaine sur le PB, et le second, par l’hypothèse de la créolisation du portugais du Brésil au contact des langues africaines.

Deux textes, publiés en 1933, inaugurent le débat. Le premier, A influência africana no português do Brasil, de Renato Mendonça, retrace l’itinéraire de l’origine, bantoue ou soudanaise, des Africains transplantés au Brésil et présente un aperçu de la grammaire des langues africaines, ainsi qu’un inventaire de paroles et de particularités du portugais du Brésil qu’il considère d’origine africaine. Le second, O elemento afro-negro na Ungua portugesa, de Jacques Raimundo, suit le même schéma, appuyant ses observations sur une recherche plus précise sur les langues africaines. À part quelques différences de détails de leur exposé, les deux concluent que la plupart des aspects caractéristiques du PB sont dus à l’influence des langues africaines, principalement le kimbundu et le yoruba.

Créolisation

À la fin des années 30, la question de la langue brésilienne avait déjà été évacuée. La nouvelle politique de l’Education, dans le domaine de la langue, consistait à soutenir la langue portugaise (Pinto, 1981 : XXV). La formation grammaticale et littéraire des anciens défenseurs de la langue brésilienne, qui souvent faisaient appel à des données extra Unguistiques pour expliquer des faits de langue, céda le pas à la formation propre-

Lire la suite de « Portugais du Brésil et langues africaines »

lire aussi « Lusotropicalisme et langues africaines »

Le Yoruba Devient Langue Officielle au Brésil

copyright5

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s