Paris : le Collectif des Béninois de la Diaspora a Encore Frappé !

blog1blog1blog1

Sit in du 21 septembre ; Compte rendu de Fofo Comlan

Malgré les contraintes professionnelles et la fatigue d’une journée de travail bien remplie, nombreux sont les Béninois et les Béninoises de la diaspora qui ont répondu présents au Sit in du 21 septembre 2018 devant l’Ambassade du Bénin à Paris initié par le Collectif des Béninois de la Diaspora qui regroupe plusieurs associations, des représentants de Partis politiques béninois en France et en Europe et des Béninois qui ne militent dans aucun parti ou n’appartiennent à aucune obédience.

Le but de cette manifestation, la deuxième organisée par le Collectif des Béninois de la Diaspora est de dénoncer publiquement devant l’opinion internationale la destruction de l’Etat de droit et la démocratie au Bénin orchestrée par le Mafieux des temps modernes, le criminel financier Patrice Talon que la naïveté d’une frange des populations béninoises assoiffée de changement a accidentellement porté au pouvoir. C’est à défaut d’un vrai chien de chasse que le malheureux chasseur s’est attaché les services d’un loup !

Il était 14h00, conformément à mes habitudes, je me suis rendu sur le lieu du Sit in, l’ambassade du Benin à Paris pour faire un repérage avant le début de la manifestation prévue à 15h00 précises. Je m’en doutais qu’à défaut d’envoyer à Paris la « Gestapo » rwandaise mise à sa disposition par le sanguinaire Kagamé pour traquer les Béninois dans leur propre pays, que Talon n’ait pas pris des mesures spectaculaires pour intimider toute opposition de la diaspora en France à sa politique de pillage des maigres ressources de ce petit pays qu’est le Benin. La suite des événements me donnera parfaitement raison. En effet, une heure avant le début de la manifestation, l’ambassade du Benin a fait appel aux forces de l’ordre qui ont pris position autour de l’Ambassade pour contrôler le Sit In du Collectif bien autorisé par la Préfecture de Paris contrairement à ce qui se passe au Benin où toute manifestation même pacifique est strictement interdite par le dignitaire au pouvoir. Les pègres de l’Ambassade au service du Mafieux Talon ont installé en face de la l’emplacement imposé (l’autre côté de l’avenue) par la police aux manifestants que l’Ambassade accuse par ailleurs de vouloir faire des casses…une Mercedes C220 Noire aux vitres teintées immatriculée CD 35 XXX occupée par une ribambelle d’ affamés munis de caméra dont la mission bien définie était de filmer les manifestants pour un « tapissage » au Palais de la Marina. (Preuve en image voir les photos ci-jointes). Mais ce qu’ignorent les sbires au service de Patrice Talon dont les quelques rares partisans n’osent plus pointer du nez nulle part dans Paris, c’est que cette manifestation n’est pas celle de casseurs à l’image de Modeste Toboula qui a mis des milliers de compatriotes à la rue dans Cotonou et sa banlieue, mais une initiative républicaine en soutien à la lutte du peuple béninois pour se libérer du joug de Talon, Djogbénou et consorts. Comme l’écrivait Albert Camus : « Le démocrate, après tout, est celui qui admet qu’un adversaire peut avoir raison, qui le laisse donc s’exprimer et qui accepte de réfléchir à ses arguments. Quand des partis ou des hommes se trouvent assez persuadés de leurs raisons pour accepter de fermer la bouche de leurs contradictions par la violence, alors la démocratie n’est plus ». Cette citation résume bien la situation actuelle du Benin que le Collectif des Béninois de la Diaspora a dénoncée avec vigueur face aux pseudos diplomates de la cour de Talon, qui tous confus ont simplement choisi de se réfugier derrière les rideaux des fenêtres entrebâillées du 87, Avenue Victor Hugo d’où ils n’osaient pas sortir la tête pour constater au moins l’ampleur du mouvement de protestation contre leur Chef. Nul doute qu’aujourd’hui l’opinion internationale est imprégnée de la situation politico-sociale et économique qui prévaut au Benin depuis le 06 avril 2016. Un conseiller très proche de la Présidence Française qui souhaite garder l’anonymat va même jusqu’à dire que l’Elysée suit avec l’attention requise la situation grave qui met en péril la démocratie béninoise, même son de cloche du côté d’un député de la majorité présidentielle qui envisage même de saisir l’Assemblée Nationale pour évoquer le cas du Benin qui selon ses propos est encore plus grave que ce qui se passe au Togo. Oui la situation est très grave dans le pays car Talon est en train d’hypothéquer le développement du pays et de sacrifier sur l’autel de ses intérêts égoïstes plusieurs générations de béninois. Du jamais vu dans l’histoire politique et économique du Benin ! Incontestablement, le Collectif Béninois de la Diaspora vient de frapper très fort et envoie un message de soutien inconditionnel au peuple béninois pendant ces moments difficiles. Notre pays est un véritable Havre de Paix pour lequel plusieurs générations se sont sacrifiées, que de vaillants rois comme Bio Guerra, Béhanzin, Akaba et autres ont défendu avec acharnement. Les Béninois ne peuvent plus accepter que des gens dont la seule raison d’être est d’asphyxier économiquement et politiquement le pays viennent sur la place publique prôner une rupture et un nouveau départ… Le nouveau départ serait qu’ils dégagent tous, y compris les députés corrompus sans foi, ni éthique. J’apporte mon soutien total et inconditionnel au Collectif des Béninois de la Diaspora qui réclame entre autres : -La libération immédiate de tous les opposants politiques -Le retrait du nouveau code pénal – Le retrait du projet du nouveau code électoral – Le retour aux acquis démocratiques – Fin de la main basse de Talon sur tous les secteurs vitaux de l’économie nationale – La liberté de la presse – Arrêt immédiat du mépris de Talon et de son gouvernement pour le laborieux peuple béninois -L’implication de la diaspora béninoise dans le processus de développement du pays -La prise en compte sans condition de la déclaration finale qui a été remise à Monsieur l’Ambassadeur du Benin à Paris à l’issue du sit in. Que Patrice Talon sache que l’arme avec laquelle lui et ses acolytes se servent pour asservir le peuple béninois, détruire notre cher pays défendu et bâti par nos aïeux au prix du sang se retournera inévitablement contre eux.

 Adon kpo do té, mi non té bo kpon !

Bravo et grand merci au collectif des Béninois de la Diaspora qui fait du bon travail !

La lutte continue jusqu’à la victoire finale !

Au prochain épisode.

Paris, le 22 septembre 2018

Fofo Comlan de la Diaspora

Sit-in de la Diaspora à Paris : Motion de Protestation

copyright5

 

Publicités