Lagos : « Mon Oncle m’a Violée Cinq Fois » Raconte une Vidomègon de 12 ans

blog1

Une fille de 12 ans de l’État d’Imo, simplement identifiée comme Benita, a raconté comment son oncle, un certain Chigozie Osuocha l’a violée cinq fois.

Benita a été arrêtée dans la zone Mile 2 de Lagos par des agents de sécurité, au moment où elle descendait d’un bus pour en prendre un autre.

Les policiers de la Brigade d’intervention rapide l’ayant vue avec deux enfants âgés de 6 à 4 ans l’ont invitée pour l’interroger. Lors de l’interrogatoire, Benita a dit à la police qu’elle s’enfuyait avec les enfants de son oncle. Selon sa déposition, elle était amenée à Lagos comme vidomègon auprès de la famille de son oncle mais que celui-ci  avait commencé à la violer depuis quelque temps.

Faisant le  récit de ses épreuves, Benita raconte que, chaque fois que son oncle voulait abuser sexuellement d’elle, il rentrait tôt, enfermait ses trois enfants dans son appartement indépendant et la violait.

 «J’ai avoué à mon cousin de six ans ce qui se passait après qu’il m’a demandé ce que son père me faisait chaque fois qu’il enfermait ses trois enfants à part. »

« Le garçon a dit à sa mère. Sa femme m’a interrogé et j’ai confirmé tout ce que son mari me faisait. Elle a menacé de divorcer. Mais ils ont fini par se réconcilier après qu’il a promis que cela ne se reproduirait plus. »

« Je garde les trois enfants à la maison pendant que les parents vaquent à leurs affaires. Il a refusé de m’inscrire à l’école depuis juillet 2017.

« J’ai fait mes bagages et me préparais à  m’en aller quand les enfants m’ont vue. Ils m’ont demandé où j’allais et je leur ai dit que je retournais au village.

« Ils ont commencé à pleurer qu’ils allaient me suivre. Je les ai emmenés avec moi après avoir pris les 60.000 N qu’il m’a dit de remettre à sa femme.

« Quand je suis descendu au Mile 2, je ne savais pas que les policiers me surveillaient.

« L’un d’eux a traversé l’autoroute et m’a posé quelques questions sur les enfants. À un moment donné, je lui ai dit que je fuyais au village parce que mon oncle me violait.

Confronté à sa nièce, le suspect a avoué les faits qu’il a mis au compte de l’œuvre du diable, ajoutant qu’il n’avait eu affaire avec elle sexuellement que cinq fois.

« Je l’ai amenée à Lagos en juillet 2017. J’ai commencé  ça en décembre 2017 ; J’ai eu affaire avec elle trois fois en décembre.

« Ma femme a appris ça et elle a menacé de quitter la maison avec mes trois enfants. Je l’ai suppliée et nous avons résolu le problème.

« Je suis rentré à la maison hier et je lui ai donné N60, 000 à remettre à ma femme. C’est cet argent qu’elle portait  sur elle lors de sa fuite vers le village avec mes deux garçons « , a-t-il déclaré.

Le porte-parole de la police de Lagos, M.  Chike Oti, a confirmé l’incident en déclarant que la jeune fille avait été transférée à l’unité de soutien aux familles.

Moralité, il faut réfléchir par deux fois avant de laisser sa fille auprès d’un autre membre de sa famille, aussi proche soit-il. Car les mœurs mâles ne connaissent ni frères ni sœurs ; elles sont ainsi faites que l’instinct de domination combiné à l’animalité porte le sexe masculin à faire flèche de tout bois, et toute occasion de nourrir la bête est saisie, sans états d’âme ni égard à la morale. Bien souvent, ce que l’on gagne à confier son enfant à un autre, fût-ce à un frère ou à une sœur, n’est rien à côté des drames et de la perte irrémédiable que cela peut occasionner.

Gbetey Beatrice

ibinimori

copyright5

 

Publicités