Covid : Chine-Occident, le Big Deal

La Chine, la mondialisation et l'Occident - Asialyst

Par rapport à Covid, tout porte à croire à l’existence d’un deal idéologique entre la Chine et l’Occident… L’Occident est fasciné par le crédit social à la chinoise et tous les usages de contrôle social numérisé des individus. Toutes choses qui riment avec la philosophie politique et l’éthique sociale chinoises.

Or ce qui se passe est que la Chine est réveillée, et se voit aux portes du leadership économique du monde. Ce leadership aurait du mal à être tenu si nous étions dans le schéma classique d’un monde éthiquement et philosophiquement clivé entre d’un côté les adeptes des droits de l’homme, des libertés individuelles, les Démocraties ; et de l’autre les sociétés totalitaires, conformistes, dirigistes et autoritaires. Comme avec les plans de Davos et de Great reset dont le Covid se donne à lire comme une émanation avant-coureur, — ne pas perdre de vue que le « id » de Covid rime avec « identification » — il apparaît clairement que le crédit social est à l’honneur sans complexe, la Chine y trouve son compte, car elle voit qu’à travers ce deal, l’Occident se déplace sur ses positions idéologiques et philosophiques.

En entrant dans ce deal avec subtilité — et ce n’est pas un hasard que le Covid a ses origines en Chine; pas un hasard non plus que personne n’ait voulu clarifier les responsabilités des uns et des autres quant à cette origine sur laquelle plane un voile de mystère savamment entretenu — la Chine estime qu’elle aurait toutes les manettes pour assumer le nouveau leadership qui s’annonce. Alors que dans un schéma classique de bipolarité manichéiste, le volet philosophique et politique, plus qu’un impédimenta, aurait été un véritable casse-tête chinois…

[Covid-19 en Chine : l’OMS juge compréhensibles les mesures de protection imposées aux voyageurs]

De même, il saute aux yeux que la politique dite de « zéro Covid », mise en œuvre par la Chine alors que le virus ou la pandémie devenaient l’ombre d’eux-mêmes, est une manière de se démarquer du mimétisme occidental dans et par la surenchère, afin de montrer qu’au delà des ajustements numériques ou technologiques, l’idéologie du crédit social relève avant tout d’une philosophie sociopolitique dont elle a le copyright culturel. Les rebondissements médiatiques autour des statistiques de contamination par le virus en Chine qui au plus fort de la pandémie, étaient rares et maigres mais qui maintenant se montrent très généreuses ou libérales dans la mise en scène de leur explosion présumée, trahissent une collusion médiatique au plus haut niveau des parties prenantes de ce deal. La Chine adhèrerait-elle au jeu de l’hystérisation programmée à des fins de contrôle social en Occident qu’elle ne s’y prendrait pas autrement. Quant à lui, l’Occident pense qu’avec ce déplacement idéologique et philosophique vers la pensée sociale chinoise, il gagnerait en pragmatisme sociopolitique, serait à armes égales avec la Chine et ne subirait pas les contre-coups et inconvénients de la Démocratie qui, dans le contexte de la compétition qui s’annonce, sont perçus comme un véritable boulet…

Adenifuja Bolaji

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s