Culture Endogène : Présentation et Lancement du Yoruba World Center

REMARQUES DE SON EXCELLENCE, LE PROF. YEMI OSINBAJO, SAN, GCON, LE VICE-PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE DU NIGERIA LORS DE LA PRÉSENTATION ET DU LANCEMENT DU YORUBA WORLD CENTER LE 23 NOVEMBRE 2021

 PROTOCOLES

 Alagba Alao Adedayo, et l’Institut d’études africaines et le Centre de langue yoruba, Université d’Ibadan, merci pour l’aimable invitation à être ici pour le lancement du Centre international des arts et de la culture yoruba, si bien situé ici à Ibadan. Vous avez initié un lieu qui donnera un contexte et une profondeur à notre compréhension de notre passé, notre place et notre rôle dans le présent et, espérons-le, notre préparation pour l’avenir. Un lieu qui aidera à raconter une histoire plus complète, plus profonde et plus riche de personnes fières, créatives et colorées, mais aussi de la riche tapisserie des cultures, des races, des ethnies et des religions dont elles font partie.

 À un niveau plus réflexif, nous allons, à travers ce référentiel et les traditions ancrées dans les œuvres d’art et les artefacts culturels, nous imprégner des triomphes, des défis, des inventions et du patrimoine spirituel du peuple Yoruba. Nous savons que bien avant le contact avec le monde occidental, les Yorubas avaient une belle tradition artistique qui se traduisait par la sculpture et l’architecture utilisant le bois, le bronze, la pierre, la terre cuite et le laiton.

 La qualité du travail était telle que lorsque Léo Frobenius, l’ethnographe allemand tomba sur la sculpture en bronze et en terre cuite d’Ife, il fut convaincu d’avoir découvert les trésors de la mythique cité perdue de l’Atlantide. Des recherches ultérieures lui ont prouvé qu’il avait tort, il s’agissait en fait d’œuvres d’artisans yorubas du XIIe au XVe siècle après JC.

 Mais au-delà et pourtant inhérents à la splendeur et à la beauté des œuvres d’art et au génie des artistes, se trouvent les histoires et les histoires de notre peuple ; la relocalisation forcée du peuple Yoruba par les marchands d’esclaves vers les Amériques, les Caraïbes et d’autres dégradations et atrocités indicibles de l’esclavage, et les manières dont la culture Yoruba s’est adaptée et a survécu dans l’humiliation déshumanisante et la souffrance dans ces environnements distants et hostiles. Aussi comment ici chez nous, la culture Yoruba a également dû s’adapter aux assauts du colonialisme, au Nigeria par les Britanniques, et au Bénin et au Togo par les Français.

 Dans « La mort et le cavalier du roi », une pièce classique du professeur Wole Soyinka, nous voyons des forces à l’œuvre qui ont tenté d’adapter des pratiques culturelles aux conséquences tragiques. L’effort de l’officier de district pour empêcher Eleshin Oba de faire son devoir d’accompagner son Oba dans le grand au-delà s’est terminé par le fils d’Eleshin qui s’est suicidé à la place.

 L’histoire de la façon dont le choc des cultures avec les seigneurs coloniaux a façonné qui nous sommes aujourd’hui et, dans une certaine mesure, l’incongruité de nos institutions.

 Ainsi, la culture ne concerne pas seulement le passé, elle n’est ni statique ni immuable, elle crée et recrée constamment. Par conséquent, le progrès n’est pas seulement déterminé par la fidélité à la tradition, mais par notre capacité d’invention et de réinvention. Et ce point est plus pertinent que jamais alors que le monde lui-même et notre nation se trouvent à la croisée des chemins.

L’avenir de l’humanité est à un point d’inflexion avec COVID-19 et le changement climatique perturbant déjà la vie telle que nous la connaissons. Alors que la quatrième révolution industrielle nous oblige à nous adapter à l’innovation technologique qui évolue à la vitesse de l’éclair. Pour bien faire face, nous devons puiser notre force dans notre capital culturel – la richesse des connaissances matérielles et immatérielles qui émanent du noyau d’une société et lui permettent de faire face au changement.

 L’une des tâches des universitaires, des passionnés et des citoyens intéressés à comprendre l’héritage yoruba est d’utiliser la culture comme un outil pour nous aider à discerner notre place dans le monde et à raviver nos capacités visionnaires. Cette intention est inhérente à la conception et au travail de ce Centre. Il convient de répéter que la culture ne concerne pas seulement l’antiquité. Il s’agit de l’âge contemporain et de l’âge à venir. Ce Centre mondial servira donc non seulement de pièce et de lieu de mémoire, mais de lieu qui nous inspire et enflamme notre imaginaire collectif, même dans les contextes dynamiques des avancées technologiques, des idées et de la pensée.

 Mais peut-être plus important encore aujourd’hui, le travail de ce Centre devrait offrir une base à partir de laquelle et un sanctuaire pour réfléchir sur la façon dont la culture yoruba peut contribuer aux outils de construction d’une nation. La construction d’une société plus inclusive, plus juste et plus juste – le rassemblement en un seul peuple d’une nation ethniquement et religieusement diversifiée. Comment le reste de la nation peut-il apprendre, comme l’a observé le président Buhari, de la manière dont les Yorubas parviennent au sein de leurs familles à s’adapter aux diverses confessions et croyances ? Et dans une nation acharnée par l’abdication des valeurs élevées, en particulier dans le leadership, peut-être que le Centre pourrait se charger de formaliser les connaissances sur le concept d’Omoluabi pour l’enseignement dans nos écoles. Omoluabi, la véritable quintessence morale de la race Yoruba, l’homme ou la femme vertueux, l’homme ou la femme de caractère.

 Peut-être que les chercheurs ici distilleront le cœur de la philosophie Omoluwabi et révéleront les attributs de la fiabilité, de la fiabilité, de l’honnêteté et de la franchise pour les générations futures de Nigérians. Peut-être que le monde a besoin de savoir que l’Omoluabi est quelqu’un dont la parole envers son frère et son étranger est fiable, qui croit en l’égalité de tous les hommes sans distinction de race ou de croyance, et que tous méritent d’être traités avec dignité et équité. Celui qui croit que le Commonwealth ne doit pas être volé ou personnalisé, mais c’est pour le bien de tous.

 Compte tenu de l’étendue de ses ambitions et de la force de ses ressources, je sais que ce Centre s’inscrira dans l’économie créative émergente et allumera de nouveaux feux d’imagination, en particulier de nos jeunes.

 Cela pourrait également être utile pour formaliser les connaissances sur la façon dont, par exemple, Fela Anikulapo-Kuti a utilisé un mélange des rythmes du cœur du pays pour créer un nouveau genre de musique – l’afrobeat – qui est depuis devenu un phénomène mondial.

 Aujourd’hui, de jeunes artistes nigérians utilisent les sons locaux pour créer une culture populaire mondiale. Y a-t-il quelque chose à apprendre ici ? En outre, le Centre devrait offrir une destination pour les missions de découverte des très nombreux Africains de la diaspora qui font remonter leurs origines au peuple Yoruba et promouvoir des liens plus étroits entre le peuple Yoruba de la patrie et ses parents de la diaspora, mais surtout, fournir un pilier crucial dans la tentative mondiale de construire des ponts sociaux et économiques entre les peuples d’ascendance africaine partout dans le monde.

Et pendant que nous y sommes, vous devez vous joindre au mouvement mondial pour défendre le retour des artefacts qui ont été pillés, pillés ou enlevés illégalement de ces rives. En effet, le Centre devrait servir de foyer pour ces articles retournés lorsque la provenance immédiate ou les circonstances dans lesquelles les articles ont été emportés ne sont pas claires ou connues.

  Permettez-moi de féliciter à nouveau les architectes de cette initiative menée par Alagba Alao Adedayo, pour l’audace et l’ambition de leur entreprise. Et pour l’énorme abnégation et le patriotisme que cela impliquait. Nous devons tous saisir ce moment et nous joindre à cette glorieuse entreprise civique et le moment est venu de le faire.

  Agbajo owo la f’insoya ; ajeje owo kan o gberu d’ori. Be de re, a kii ri efon ta leemeji . C’est maintenant! Aboo mi ree o! (Ici je repose mon cas). E se pupo.

  Merci de votre attention.

ibinimori itan


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s