BAD : Dans un Mémo, le Président Adesina Répond Point par Point aux Accusations Lancées Contre Lui

Blog1

Dans l’affaire de lancement d’alerte accusant le Président de la BAD de malversation et d’abus du pouvoir, celui-ci n’est pas resté inerte. Le 8 avril, M. Adesina a envoyé un mémorandum au comité d’éthique de la BAD dans lequel il répondait point par point aux accusations portées à son encontre par les lanceurs d’alerte.

Il a déclaré que le document fournissait des « faits spécifiques » pour montrer que les allégations ne répondaient pas aux normes d’ « une plainte de lanceur d’alerte » selon les termes énoncés dans la politique de la Banque en matière de lancement d’alerte et de traitement des plaintes de janvier 2007 ».

Monsieur Adesina a déclaré que les pétitionnaires n’agissaient pas de bonne foi, en tant que groupe de membres du personnel indépendants de la Banque qui ont avoué être d’anciens membres du «Groupe des membres engagés du personnel», pouvait-on lire dans une note de dissociation datée du 9 mars 2020.

Le président de la BAD a déclaré au comité « que les anciens membres du groupe ont dit qu’ils étaient manipulés par un groupe de directeurs exécutifs non régionaux derrière Steven Dowd », pour discréditer sa candidature (Adesina) à la réélection. M. Dowd représente les États-Unis à la banque.

Il a déclaré au comité que les aveux des anciens membres du Groupe constituaient «des preuves suffisantes que la pétition ne visait pas à dénoncer des fraudes, de la corruption ou d’autres fautes, mais pour d’autres motifs cachés».

Voici la réponse de M. Adesina aux allégations querellées:

Allégation n ° 2: nomination de Mme Chinelo ANOHU-AMAZU

ADESINA: Mme Chinelo Anohu-AMAZU a été recrutée par le biais d’un processus de recrutement mondialement ouvert et compétitif. Le processus de recherche a été effectué par une société de recrutement externe de premier plan, Russell Reynolds du Royaume-Uni. Elle était l’une des deux meilleures candidates (les deux femmes) qui m’ont été recommandées en tant que présidente à considérer pour nomination par le jury. Mais je peux affirmer catégoriquement que les allégations portées contre elle sont fausses et diffamatoires.

Allégation n ° 3: nomination et promotion de Martin FREGENE

ADESINA: M. Fregene n’est pas mon beau-frère. Il n’y a aucune preuve qu’il l’est. Deuxièmement, M. Fregene est un généticien de classe mondiale, de renommée internationale pour son travail sur la génétique végétale du manioc, et qui a travaillé auparavant au CIAT, en Colombie, l’un des centres du GCRAI, puis comme directeur au Danforth Plant Science Center (probablement le deuxième centre privé de recherche agricole aux États-Unis).

Il est revenu de la diaspora au Nigéria pour travailler comme conseiller technique en chef lorsque j’étais ministre de l’Agriculture au Nigéria. Il a été embauché comme consultant par la vice-présidente de la Banque pour l’agriculture, le développement humain et social, Jennifer Blake, pour la soutenir dans le développement de la stratégie Feed Africa de la Banque. J’ai approuvé son choix recommandé qui était entièrement en mon pouvoir.

Allégation n ° 4: mauvaise gestion du programme TAAT

ADESINA: Les allégations contre moi concernant le TAAT sont démenties par des faits objectifs et solides ne démontrant aucune violation par moi du code de conduite.

TAAT est une initiative de la Banque développée pour aider à faire passer les technologies agricoles à l’échelle de millions d’agriculteurs à travers l’Afrique.

Bien que certains membres du personnel aient commis des erreurs dans le processus de passation des marchés, la Banque est en train d’enquêter et aucune constatation n’a encore été faite. Il n’y a eu aucune irrégularité.

Le président n’intervient pas dans les questions contractuelles de la Banque, sauf dans les cas impliquant des questions pouvant affecter l’image, la réputation et les intérêts de la Banque.

Allégation n ° 5: nominations et promotions de Mme Maria MULUNDI

ADESINA: Mme Maria Mulindi a travaillé avec moi avant de rejoindre la Banque. Elle faisait partie de mon équipe de gestion de la transition alors que je me préparais à entrer en fonction à la Banque après mon élection à la présidence, et elle a très bien dirigé tous les engagements avec la Banque avec mon équipe de transition. Tous les présidents de la Banque sont autorisés à faire venir et nommer leur propre chef de cabinet et conseillers pour les aider à exécuter leur mandat.

Allégation n ° 6: contrat direct et nomination de Victor OLADOKUN

ADESINA: Nous sommes allés à l’université ensemble et avons été des amis très proches depuis lors. Il n’y a rien dans les règles de la Banque qui dit qu’être un ami de quiconque dans la Banque et être recruté par la Banque est contraire aux règles de la Banque.

Allégation n ° 7: contrat de Kapil KAPOOR

ADESINA: La Banque africaine de développement, sous ma présidence des chefs des banques multilatérales de développement (BMD), a été chargée d’aider à développer ma proposition au groupe sur la façon dont nous pouvons travailler collectivement pour tirer parti des investisseurs institutionnels mondiaux pour investir dans les infrastructures et d’autres secteurs.

Kapil Kapoor, qui était auparavant directeur de la stratégie et des politiques de la Banque, avant sa nomination au poste de directeur général pour l’Afrique australe, dirigeait ce travail en étroite collaboration avec toutes les autres BMD.

Kapil faisait essentiellement ce travail en plus de son travail habituel en tant que directeur général. Il a pris sa retraite de la Banque fin août 2019.

Allégation n ° 8: nomination d’Emmanuel EZINWA:

ADESINA: L’allégation selon laquelle «un Nigérian, M. EZINWA a été reconnu coupable de harcèlement sexuel contre un collègue pendant sa période de probation; et malgré son inconduite, (j’) aurais demandé que le contrat de M. EZINWA soit confirmé, forçant ainsi la directrice des ressources humaines, Mme Frauke HARNISCHFEGER à démissionner, est fausse.

La vérité est que je ne connais pas M. EZINWA et que je ne l’ai jamais rencontré à la Banque. Le président ne participe à aucune évaluation du personnel, à l’exception des vice-présidents et des subordonnés directs.

Le directeur des ressources humaines de l’époque, M. David Ssegawa, a évalué le personnel et il n’y avait rien sur le harcèlement sexuel.

Mme Frauke HARNISCHFEGER n’était pas directrice des RH en 2018. La directrice des RH en 2018 était M. David Ssegawa, qui a évalué le personnel et recommandé le personnel, conformément aux procédures standard de la Banque, au président. Mme HARNISCHFEGER a rejoint la Banque en 2019, un an après une recommandation de confirmation formulée par le prédécesseur du DRH.

Allégation n ° 9: traitement préférentiel pour le Nigeria et les Nigérians

ADESINA: Je n’ai pas présenté d’organigramme avec une direction nationale du Nigeria. La décision d’ouvrir une direction nationale du Nigéria a été prise par le conseil d’administration de mon prédécesseur, l’ancien président de la Banque, Donald Kaberuka.

Allégation n ° 10: Récompenses reçues par le président et frais à la charge de la Banque

ADESINA: J’ai reçu le Prix mondial de l’alimentation (250 000 $) et le Prix Sunhak pour la paix (500 000 $) en reconnaissance d’une vie de réalisations dans le domaine de l’agriculture. Bien qu’il s’agisse de prix individuels, ils ont apporté beaucoup de crédit et de prestige à la BAD.

Je me suis fait un crédit supplémentaire à moi-même et à la Banque en faisant don de ces deux récompenses en espèces pour la création de la World Hunger Fighters Foundation, une fondation qui a recueilli des contributions de la part d’autres et qui finance désormais la bourse Borlaug Adesina Fellows pour les jeunes innovateurs africains de l’agroalimentaire.

Les dépenses liées à l’événement du Prix mondial de l’alimentation, y compris les divertissements musicaux (groupes musicaux du Nigéria et Glee Club de l’Université Purdue (mon alma mater), ont été prises en charge par la Fondation du prix mondial de l’alimentation.

Allégation 11: Règlement des cessations de service

ADESINA: L’allégation selon laquelle l’ancien économiste en chef, M. Célestin Monga, a quitté la Banque avec des paiements indus est fausse. L’économiste en chef n’a pas été licencié. Le non-renouvellement du contrat n’est pas le licenciement du personnel.

Allégation 12: Démission de M. David SSEGAWA

ADESINA: M. Ssegawa était le directeur des ressources humaines. Il n’est pas vrai que, en tant que président, je lui ai permis de démissionner lors d’une enquête. Il n’y a eu absolument aucune enquête sur David Ssegawa lors de sa démission, et aucune n’a été envisagée.

Allégation n ° 13: démission de M. Michel-Cyr DJIENA-WEMBOU

ADESINA: L’allégation selon laquelle j’ai autorisé le directeur de pays à démissionner alors qu’il était sous enquête pour corruption est fausse. Le président ne dirige pas les bureaux de pays. Ils sont placés sous la direction d’un directeur général et sous la supervision générale d’un vice-président.

Allégation n ° 14: nomination de M. Charles LUFUMPA en tant que vice-président par intérim et économiste en chef

ADESINA: Les allégations contre moi concernant la nomination de Charles Lufumpa au poste de vice-président par intérim et économiste en chef sont manifestement fausses. Ma conclusion, après un examen attentif du cas de Charles Lufumpa, est que les enquêtes menées étaient très défectueuses et ne peuvent pas prouver les allégations portées contre lui. Mon examen a également montré un effort bien orchestré pour faire de M. Lufumpa un bouc émissaire pour les échecs des autres à faire leur travail.

Allégation n ° 15: non-respect des règles concernant le congé des vice-présidents ou les déplacements de la direction.

ADESINA: Le président ne surveille ni ne gère les congés du personnel comme cela est fait par les ressources humaines. La vérité est que le vice-président a eu des problèmes médicaux personnels auxquels il a dû faire face (sa vie privée doit être respectée) qui l’ont obligé à s’absenter pendant de longues périodes, au besoin, et il a voyagé en toute connaissance du pôle Santé de la Banque qui le surveillait pendant son absence pour des raisons médicales.

Allégation n ° 16: lobbying politique des chefs d’État

ADESINA: Il est allégué qu’en tant que président, j’ai essentiellement soudoyé et corrompu les 16 chefs d’État et de gouvernement africains de la région de la CEDEAO pour soutenir ma candidature à la réélection.

L’allégation porte essentiellement atteinte à l’intégrité, au leadership et à l’honnêteté de 16 présidents africains et de la CEDEAO. Il s’agit d’une allégation fantaisiste et sans fondement.

Sommaire

En résumé, chacune des 16 allégations portées contre moi dans cette alerte reste sans fondement. Je n’ai pas violé le code de conduite. Le comité d’éthique devrait donc trancher et rejeter la question.

ibinimori

Aroloba Bioku

copyright5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s