Bénin : Au-delà du Holdup Électoral

blog1.jpg

Le Bénin ne subit pas seulement un holdup électoral, mais il subit également une prise en otage politique. Cette donnée capitale qui différencie le holdup actuel de celui de 2011 a ses raisons.

En effet, la position de Talon qui fait face à son propre anéantissement s’explique : s’il dialogue, il est mort politiquement, et s’il meurt politiquement, il meurt aussi financièrement – puisque chez lui, ces deux dimensions ont toujours été inextricablement liées – et pourquoi pas biologiquement. C’est pour cela que, aussi curieux que cela puisse paraître, aussi frustrant et aussi révoltant que cela se donne à vivre, Talon refuse de se comporter en Président de la République,  chef de l’État, père d’une nation en détresse, abandonnée à son sort.

Certes,  au beau milieu de la crise, avant qu’elle n’atteigne son paroxysme ou ce qui apparaît comme un point de non retour, Talon a fait quelques  tentatives d’apaisement, à l’issue de sa deuxième rencontre avec les chefs des partis de l’opposition, lorsqu’il a assuré que  faire des élections inclusives était pour lui un souci majeur et qu’il était souhaitable que tout fût mis en œuvre pour y arriver. Il a alors confié la mission du consensus au Président de l’Assemblée, Me Adrien Houngbédji. Mais comme c’était au fond une mission impossible, elle se solda par un échec. L’échec de cette mission était prévisible, compte tenu des implications politiques de son éventuel succès, à savoir la participation des partis de l’opposition aux élections législatives. Or, c’est cette participation suicidaire pour Talon qui est à la fois la racine et le nœud de la crise. Si bien que rétrospectivement, l’on est en droit de s’interroger sur le sérieux des protestations d’innocence du Chef de l’État dans une situation proprement absurde où tout un pan de la société politique se voit exclu de la participation aux élections législatives.

Tant il est vrai que, comparaison pour comparaison les deux holdups – celui de 2011 et celui que nous vivons actuellement – malgré leur ressemblance,  ont une certaine différence dans la forme. L’un était commis avant d’être annoncé, et l’autre annoncé avant d’être commis. L’un se ramenait à l’élection d’un  seul homme – fût-il le chef de l’État – l’autre concerne l’élection de 83 députés, représentants du peuple dans les diverses localités du pays.

On comprend donc qu’il n’y ait pas eu de prise  en otage du pays après le holdup de 2011. Mais, au-delà de la différence formelle, la prise en otage du pays qui se manifeste actuellement par le refus de Monsieur Talon de jouer si peu que ce soit son rôle de père d’une nation en détresse tient à des raisons personnelles. En effet, pour Talon le holdup est une question de vie ou de mort. Par son action politique des trois dernières années, à tort ou à raison, le chef de l’État s’est mis à dos une bonne partie de la classe politique établie, à commencer par ses poids lourds et ses vaches sacrées.

Mais la plus grave erreur politique de Talon est que, à force de représailles sociales, de népotisme, d’une main  basse décomplexée sur les richesses du pays par une minorité dont il est lui-même le cœur ; à force de demander des sacrifices aux citoyens assujettis  à une kyrielle de taxes alors que ses ministres et ses  préfets se la coulent douce, Talon a aussi mis le peuple à dos.

Dans ces conditions, il va de soi que le camp de la Rupture  ne sortirait pas vainqueur des élections législatives. Pour Talon le holdup actuel est une question de vie ou de mort. La moindre concession faite à l’idée du consensus pourtant si politiquement correcte lui serait fatale sur tous les plans : politique, financier, et personnel. Voici pourquoi, au-delà du holdup électoral qui n’est pas une nouveauté sous le Renouveau,  le Bénin est pris en otage.

Adenifuja Bolaji

copyright5

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s