Togo, Gabon, etc… : la Pax Francia

blog1

Pourquoi au Togo  ou au Gabon – pour ne citer que ces deux domaines royaux de la République de France – un frère jaloux ou un prince frustré de la famille régnante ne se lève et ne déclare la guerre au roi au nom de cette pulsion fratricide prétendument caractéristique des Africains, et que les Européens avancent comme raison  des guerres qui déchirent sporadiquement les nations du continent ?

Eh bien, la réponse est simple : ces guerres qui, de la Côte d’Ivoire au Rwanda en passant par la Libye, le Mali  la Centrafrique ou le Congo, ensanglantent l’Afrique et ses jeunes nations, c’est la France qui les commandite sous le regard amusé ou intéressé de l’Occident dont elle joue volontiers les chacals.

Là où ses pantins sont déjà au trône ou dès lors qu’ils y accèdent, par enchantement, la paix s’abat sur les pays concernés et leurs citoyens plongent à leur corps défendant dans un régime de paix et de concorde nationale pour le moins inespéré : c’est la pax Francia. Opération politico-génétique qui fait perdre aux Africains les gènes de la pulsion fratricide qui, jusque-là, constituaient aux yeux des Blancs l’essence de leur différence. Les Africains découvrent alors l’élixir de la fraternité. Alors que dès lors que les intérêts français ne sont pas soit maximisés, soit garantis ni assurés, leur sauvagerie  atavique et leurs pulsions fratricides, comme Phœnix, renaissent  de leurs cendres jalousement conservées dans les cuisines politiques de la Françafrique.

Aminou Balogun

copyright5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s