L’Afrique et le Cerf-volant de l’Histoire

blog1

Il y a beaucoup de nos congénères, pan-africanistes inconditionnels, qui nous parlent avec zèle et passion du passé glorieux et méconnu de l’Afrique ; passé d’autant plus glorieux qu’il est méconnu. Age d’or où les Noirs ont fait ceci ou cela ; ils ont construit tel canal, irrigué tel désert, construit tel pyramide, inventé tel système arithmétique etc… Soit ; le propos n’est ni la contestation ni la remise en cause de ces réalisations bien qu’elles jurent avec l’être-là actuel des Noirs. La question est en effet philosophique et méthodologique.

Par exemple, a-t-on jamais entendu les Chinois se vanter bruyamment et à vide de leur passé, ou tout simplement les a-t-on jamais vus ou entendus avoir à le rappeler ? Non ! Tout simplement parce que le passé chinois n’est pas un souvenir caché encore moins une nappe phréatique perdue, mais une source tangible qui irrigue la vie des Chinois d’aujourd’hui. Personne ne doute de la réalité de la muraille de Chine ni de l’identité de ses constructeurs. Jamais les Chinois n’ont perdu le fil de leur histoire. L’histoire de Chine n’est pas un passé enfoui, que l’on doit déterrer ou prouver, c’est un passé actif et tangible, qui converge dans le présent.

Un passé qui ne converge pas dans le présent est comme un cerf-volant dont le gamin a perdu le fil : il s’évanouit au firmament des élucubrations et de l’aliénation…

Adenifuja Bolaji

copyright5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s