Je Vous Présente Omoyole Sowore, le Prochain Président du Nigeria

blog1.jpg

Au Nigeria, 2019 sera l’année des élections générales. Dans cette perspective les milieux politiques de tout bord fourbissent leurs armes et se préparent avant même le top départ officiel. C’est dans cet ordre d’idées que Monsieur Obasanjo  a préconisé et mis en oeuvre la création de ce qu’il appelle la troisième force. Démarche critiquée par plus d’un sceptique, agacé par la bonne volonté politique de l’ancien président. Beaucoup d’autres candidats ou mouvements qui rejettent aussi bien les deux grands partis que l’initiative d’Obasanjo font de plus en pus entendre leur voix. Parmi eux, se trouve un certain Omoyole Sowore qui semble en phase avec le temps et dont la voix se fait de plus en plus séduisante. Si à l’instar de ce que les Américains ont fait avec Obama, ou les Français avec Macron, les Nigérians, tournant pour une fois le dos à leur masochisme politique habituel, étaient assez perspicaces pour élire un homme jeune comme eux et à la combativité éprouvée, alors sans nulle doute, comme le disait Spike Lee, ils auront fait the right thing  écouter la voix de la raison !

Omoyele Sowore est un militant des droits de l’homme et de la démocratie. Il est le fondateur et l’éditeur de SaharaReporters.com, un site web de journalisme citoyen, fournissant des vidéos, des photos, des nouvelles et des commentaires qui dénoncent la corruption et les abus des gouvernements nigérians.

Sowore est originaire de l’État d’Ondo au sud-ouest du Nigeria. Il est né le 16 février 1971 dans la région du delta du Niger où il a également été élevé. Il a étudié la géographie et la planification à l’Université de Lagos et détient une maîtrise en administration publique de l’Université de Colombie. Il enseigne l’histoire de l’Afrique moderne à la City University de New York et l’histoire de l’Afrique postcoloniale à la School of Art de New York.

Pendant son séjour à l’Université de Lagos, il a été profondément impliqué dans des manifestations anti-militaires et le syndicalisme étudiant qui ont finalement abouti à son élection en tant que président du gouvernement de l’Union des étudiants où il a servi entre 1992-1994. Son activisme a commencé en 1989, quand il a participé à des manifestations d’étudiants protestant contre les conditions d’un prêt de 120 millions de dollars du Fonds monétaire international (FMI) pour un oléoduc nigérian – les conditions du prêt du FMI étaient de réduire le nombre d’universités. pays de 28 à seulement 5.

En 1992 à l’Université de Lagos, Sowore a mené 2.000 étudiants protestataires contre la kleptocratie notoire du Nigeria. La police a ouvert le feu, tuant sept personnes. Sowore a été arrêté, interrogé et battu. Plus tard, sa famille a également été mise sous pression. Mais il a refusé de reculer dans la lutte pour une éducation décente dans son pays. Il a participé activement à la lutte pour la démocratie du 12 juin.

Pour ses campagnes virulentes contre le gouvernement, il a été harcelé, arrêté et détenu au moins 8 fois dans divers centres de détention. Il a presque perdu la vie dans le goulag d’Abacha. Depuis ce tragique baptême du feu, Sowore est resté constant dans sa lutte pour émanciper son pays de la clique de pilleurs qui lui tiennent lieu de dirigeants. Il a fui le pays  vers les États-Unis en 1999 d’où il a continué à lancer ses missiles anti-corruption contre la classe dirigeante nigériane corrompue en utilisant son site web – SaharaReporters.

Le site Sahara Reporters, conformément à sa ligne de combat anti-corruption et pour la bonne gouvernance, a été très critique envers le régime PDP de Jonathan. Les excès et les manigances de son gouvernement étaient critiqués sans concession. Cette opposition farouche qui allait de pair avec un traitement bienveillant des ténors de l’opposition d’alors, l’APC, et son champion Buhari, a marqué dans le combat médiatique de Sowore un moment d’espérance légitime qui n’a pas, tout au moins rétrospectivement, fait que du bien à son objectivité de combattant.

Mais cette faiblesse, qui correspond à un espoir que la réalité se chargera vite de décevoir est aussi le propre de l’engagement, le risque inhérent au désir de voir ses rêves portés par la personne considérée à tort ou à raison comme la mieux placée du moment pour les réaliser.

C’est pourquoi, revenu de ces illusions, le jeune activiste a compris qu’en terme d’éthique du combat pour la mise en œuvre de ses idéaux de gouvernance saine et de modernisation du Nigeria, il ne sera  jamais  mieux servi que par lui-même. Aussi, à l’instar d’un Obama aux États-Unis dont il a vécu en direct l’épopée, ou même d’un Macron récemment en France, Sowore a décidé de se jeter lui-même dans la bataille.  Il piaffe d’impatience de donner à la jeunesse du Nigeria, le président qu’il mérite, le président qui est à son image. Un homme dont tout le passé de lutte pour la démocratie et contre la corruption le dispose à prendre en charge les destinées de ce grand pays, qui a tout pour être l’un des plus puissants du monde, mais que l’incurie de ses dirigeants a quasiment transformé en l’un des plus mal gouvernés de la planète, l’un des plus violents, l’un des plus corrompus, et l’un des plus injustes socialement.

Renvoyant dos à dos l’opposition PDP et le parti au pouvoir APC, Sowore rêve d’une grande coalition, qui à l’instar d’une tempête de poussière qui est l’image associée au concept de son site Sahara Reporters,  balayera la vieille classe dirigeante, kleptocrate  que le pays n’a plus intérêt à voir aux affaires. Cette exigence de la table rase vaut aussi pour ce que l’ancien Président Obasanjo a préconisé sous le nom de troisième force, et que Sowore qualifie ironiquement de troisième farce…

Je ne crois pas en Obasanjo « , dit-il. « Sa troisième force ou troisième farce est MAA – mort à l’arrivée. Il le sait. Nous les rejetons tous, nous les enverrons à la retraite. Certains iront en prison, d’autres prendront leur retraite et certains iront au tribunal. « 

Parlant de son choix de parti politique avant les élections, M. Sowore a déclaré que le parti serait une coalition de groupes partageant les mêmes idées, déterminés à sauver le Nigeria des deux partis dominants, le PDP et l’APC.

A l’en croire, « ce sera la coalition politique la plus forte de tous les temps. La politique du mouvement. »  Sur le primat de l’argent dans les élections, et le constat empirique qui veut que ce soit la partie la plus galetteuse qui l’emporte, Sowore balaie ces évidences empiriques d’un revers de main. « En 2014, fait-il remarquer, Jonathan avait le plus gros coffre de guerre. Il distribuait l’argent à tout vent. Au finish,  Buhari a gagné sur la base de son image d’intégrité. Il était la personne la plus pauvre à avoir remporté la présidence. »

Le Nigeria a besoin d’être à la hauteur de l’espérance de son peuple, qui attend depuis des décennies que ses dirigeants fassent preuve de responsabilité et de rationalité. Avec Buhari dont l’échec est patent, le peuple est témoin de l’inanité d’un fonctionnement politique qui  fait peu de cas de la qualité des  dirigeants ou de leur leadership. Si dans les pays développés dont la jeunesse n’est pas majoritaire on a pu comme en France ou aux Etats-unis élire des Présidents jeunes, pourquoi dans un pays où les jeunes constituent la majorité, ce geste salutaire ne serait-il pas possible ? Dans le cas d’espèce, il permettrait de tourner la page d’une classe politique nigériane qui a fait les preuves de son incapacité, de son incurie et de son irrationalité. La corruption étant l’une des plaies qui gangrènent l’économie du Nigeria depuis des décennies, élire un parangon de la lutte contre la corruption comme Sowore serait tout bénef pour le pays.

Biodun Adepeju

copyright5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s