Publié dans Press-Links, Science, Yoruba

Le Fâ, Mine D’Or Yoruba de Culture, de Philosophie et de Sciences Universelles

blog1

Un examen approfondi des thèmes des poèmes de la divination Ifa révèle qu’ils représentent la vision du monde des Yoruba. Le Corpus littéraire d’Ifa est le réservoir de la culture dans lequel les Yoruba puisent la compréhension de leurs propres expériences historiques et la connaissance de leur environnement. Même de nos jours, Ifa est reconnu par les Yoruba comme le dépôt de l’ensemble de leurs connaissances touchant à la fois à l’histoire, la philosophie, la médecine, l’éthique, l’esthétique, les techniques corporelles et le folklore. Le corpus littéraire d’Ifa exige toujours une performance orale, parce que le consultant doit être physiquement présent pour que le devin (Babalawo), qui doit chanter les poèmes découlant de l’odu mis en jeu, puisse les lui chanter clairement et directement, aussi bien à son attention qu’à celle de tout autre auditeur éventuel.
La richesse stylistique et lexicale des poèmes d’Ifa est appréciée par les Yoruba qui valorisent et sont très conscients de la valeur de leurs traditions. Le Yoruba moyen a commerce avec le devin d’Ifa non pas seulement en raison de sa croyance aux prédictions des oracles – ce que William Bascom¹ appelle les « sanctions de la divination Ifa » – mais aussi en raison de la satisfaction esthétique qu’il tire de l’écoute des chants poétiques qui sont une prouesse de style et de langage.

Le Processus de la Formation des Odu
Le Odu est l’une des figures de la divination d’Ifa que le devin réalise, annonce et interprète en relation avec la préoccupation du consultant. Il y a 16²= 256 odu, correspondant à un espace probabilisé fini isomorphe à un ensemble dénombrable de cardinal 16². Le odu est un événement de cet espace. Et chaque mise au jour d’un odu par le devin correspond à une situation d’équiprobabilité.
Il y a des odu cardinaux appelés Oju odu
Dans la divination par les noix de palme ( ou les cauris), le devin dispose les 16 noix dans sa main gauche et essaie de les en retirer d’un geste habile de la main droite. A chacun de ses essais, si une seule noix de palme reste dans sa main gauche, il dessine deux traits sur le plateau de divination. Si deux noix de palme restent, il fait un trait. S’il n’y a aucune noix ( 0) ou s’il y a plus de deux noix, il ne fait aucun trait. Chaque trait est tracé l’un sous l’autre, à quatre reprises. Quand quatre traits ou quatre paires de traits ont été tracées, le dessin ainsi formé est le signe distinctif d’un odu particulier.
On utilise aussi la chaîne divinatoire ( opèlè), qui est basé sur le même principe mathématique. Il est fait d’un fil en coton, en cuir ou d’une chaîne métallique ; il est toujours tenu en son milieu géométrique de façon à former deux bras symétriques gradués par des moitiés de coques de noix. Chaque moitié de coque de noix a une face convexe et une face concave. Ainsi, à chaque jetée de la chaîne divinatoire, le odu associé apparaît de façon analogique.

blog1
Suivant les lois de la nature binaire de l’Ifa, l’espace de configuration du odu est orienté. Il y a la partie gauche et la partie droite d’un odu. Lorsque la partie droite et la partie gauche d’un odu sont identiques, il s’agit d’un odu cardinal (Oju odu). Il y a 16 possibilités, correspondant à la diagonale carrée du produit cartésien des 16 sous-odu de base( l’odu étant lui-même un élément du produit cartésien, c’est-à-dire un couple de sous-odu).
Cependant, chaque fois que la figure de droite est différente de la figure de gauche, autrement dit pour tout élément rectangulaire du produit cartésien, on parle alors de odu mineur ( Amulu odu)

blog1
Le couple (Ogbé ; Oyeku) correspond au odu mineur Ogbéyeku. Le couple ( Oyeku ; Ogbé) correspond au odu Oyekulogbé, etc..
Les 256 odu sont très importants dans le système divinatoire d’Ifa. Tout le corpus littéraire d’ifa ( esèifa) est basé sur le odu. Et ce que le devon ( Babalawo) dit au consultant découle directement de l’odu. Le corpus littéraire d’ifa fournit aussi de la matière aux manifestations rituelles et ou folkloriques mettant en jeu des chansons et des danses lors des cérémonies, hebdomadaires, spéciales ou annuelles. Des versets tirés des chapitres idoines sont sélections pour des chants participatifs louant Ifa et ayant pour fonction d’assurer les adeptes de sa bénédiction.
Adesoji Biodun

copyright5

¹Omodade Adegbindin, Ifa in Yoruba thought system, Carolina, 2014
²Source

Publicités

Un commentaire sur « Le Fâ, Mine D’Or Yoruba de Culture, de Philosophie et de Sciences Universelles »

Les commentaires sont fermés.