Publié dans Haro, nigeria

L’Argent d’Abacha n’a pas d’Odeur, une Université du Niger vient de le Prouver

blog1

Le Bénin a toujours cru disposer d’une position de choix en tant que pays voisin du Nigeria. Mais malgré ses atouts spécifiques, dont le port de Cotonou en est un stratégique, de cette situation de proximité territoriale, notre pays n’en a pourtant pas l’apanage. Les pays francophones voisins et frontaliers du Nigeria essaient chacun à sa manière de tirer partie de leur situation de proximité vis-à-vis de la plus grande puissance économique d’Afrique. Ce profit passe souvent par le commerce, mais la culture n’est pas en reste. Ainsi le nombre d’universités ou d’institutions d’études supérieures béninoises ou sises au Bénin plus ou moins ou soi-disant américaines ou anglophones, et qui font des pieds et des mains aux étudiants du Nigeria ne se comptent plus sur les doigts d’une main.

Notre voisin du Nord, le Niger, voisin lui aussi du Nigeria n’est pas en reste. Dans cette frénésie de tirer partie du Nigeria, on y  pense aussi à la filière intellectuelle et universitaire pour s’ouvrir au/sur le Nigeria. Seulement voilà, la frénésie de ce besoin d’ouverture est si forte qu’on hésite pas à faire feu de tout bois et à pactiser avec le diable.

La première université anglophone du Niger a été baptisée du nom de Maryam Abacha l’épouse de l’ancien président et dictateur nigérian décédé, Sanni Abacha. Il faut le faire ! Nous sommes en Afrique, continent qui se moque de sa mémoire comme d’une guigne, et qui vit dans le présent sans s’embarrasser de considérations éthiques ou morales, dès lors qu’il est question d’argent.

Maryam Abacha American University (MAAUN) a bénéficié d’1 milliard de nairas pour la construction de son site permanent. Depuis sa création, plus de 700 étudiants y ont reçu des diplômes.

S’exprimant lors de la cérémonie de pose de la première pierre tenue à Jirtawa près de Maradi au Niger, le 25 décembre, Mme Abacha a félicité la direction de l’université pour avoir nommé l’institution d’après son nom

Aminou Balogun

ibinimori

copyright5