Publié dans Ghana, Kultur

Bref Tour des Ethnies du Ghana

blog1

En 1957, le Ghana fut le premier état d’Afrique noire, après le Soudan, à accéder à l’indépendance sous la houlette de Kwame Nkrumah. Aujourd’hui ce pays est l’un des plus prospères d’Afrique aussi bien économiquement que politiquement. Pays de royauté et de richesses naturelles, le Ghana est fier de sa riche diversité culturelle. Le Ghana possède des dizaines de tribus et d’ethnies, dont certaines sont connues à l’échelle africaine pour leur influence politique  et économique.

Voici un tour rapide des ethnies principales du Ghana.


 1. Les Ashanti

blog1Les Ashanti font partie du grand groupe des Akans et se subdivisent eux-mêmes en de nombreux sous-groupes. Ils sont l’une des rares sociétés matrilinéaires en Afrique de l’Ouest et en Afrique.

Ils parlent le twi qui est une des langues akan appartenant au groupe des langues kwa.

La fédération ashanti se développe au XIIIe siècle. La capitale en est Kumasi. Au XIXe siècle, cette civilisation atteint son apogée et occupe près de 70 % du Ghana actuel. La communauté ashanti a été la plus grande de tous les États akan et la plus longue dans le temps. Noyau du clan Oyoko, Asantemanso demeure leur lieu d’origine.

blog1Aujourd’hui les Ashantis sont de loin l’ethnie la plus nombreuse du Ghana avec une population de plus de 7 millions d’âmes soit près de la moitié de la population totale du Ghana.

Jadis connus pour la splendeur et la richesse de leurs souverains les Ashantis sont  reconnus pour leur habileté artistique dont leur fameux tissu kente est la traduction commerciale. Autre caractéristique fameuse des Ashantis du Ghana, leur goût pour les funérailles grandioses. Les plus beaux masques, sculptures et meubles fabriqués au Ghana le sont par les artistes et artisans de cette ethnie.


2. Les Dagomba (Mole-Dagbon)

blog1

Les Dagomba pourraient être considérés comme la seconde plus nombreuse ethnie du Ghana, mais seulement un Ghanéen sur 7 est Dagomba. Ils parlent la langue Dagbani qui appartient au sous-groupe More-Dagbani des langues Gur. Il y a environ 1 million de locuteurs du Dagbani. Les Dagomba sont historiquement liés aux Mossi, dont l’origine se trouve au Burkina Faso. De plus, ils sont divisés en diverses sous-ethnies et tribus, dont la majorité vit dans la partie septentrionale du pays, comme Bolgatanga. Grâce à leur art raffiné des paniers tressés très recherchés, les marchés fréquentés par ces  populations ont commencé à jouir d’une attention voire d’une reconnaissance internationale.


3. Les Fanti

blog1

Le Mfantsefo ou Fante (Fanti est une orthographe plus ancienne) sont un peuple Akan. Le sous-groupe Fanti est principalement regroupé dans la région côtière du sud-ouest du Ghana, avec certains également en Côte d’Ivoire. La ville principale des Fanti est Cape Coast, et le Région Centre. Ils sont un des peuples akans, avec les Ashantis, les Akuapem, les Akyem, le Baoulé, les Guam et d’autres. En dépit de la croissance rapide de l’empire Ashanti dans les temps historiques, les Fanti ont toujours conservé leur état à ce jour. Actuellement, ils représentent environ 2,5 millions de personnes, le deuxième groupe le plus important des peuples akans au Ghana, mais le troisième à l’échelle sous-régionale. L’héritage et la succession à la fonction publique parmi les Fanti sont déterminés principalement par la descendance matrilinéaire, comme cela est commun chez la plupart des peuples akans.

blog1

Les Fanti ont produit de nombreuses personnes illustres et éminentes, dont Kofi Annan (ancien secrétaire général de l’ONU), le journaliste et écrivain britannique Ekow Eshun, Sam Jonah (ex-PDG d’AngloGold Ashanti), John Atta Mills (ancien président du Ghana) , Et un certain nombre de défenseurs de l’indépendance, non seulement au Ghana, mais aussi dans la sous-région de l’Afrique de l’Ouest, comme John Mensah Sarbah, James Kwegyir Aggrey et J.E. Casely Hayford.

blog1

blog1


4. Les Éwé

blog1

Si et quand besoin est, les Éwé peuvent faire référence à pas moins de 600 divinités ! Présents aussi par endroits au Togo et au Bénin, les Éwé parlent la langue du même nom et sont étroitement liés aux Aja et Fon du Togo et du Bénin. Ils ont développé une culture complexe qui tourne autour du tam-tam. La musique et la danse fait partie intégrante de leur culture et sert à resserrer les liens sociaux. Plus d’un Ghanéen sur dix est Éwé. (11%)

blog1


5. Les Gas, ou Ga-Adangbe

Afficher l'image d'origine

Les Ga, ou Ga-Adangbe sont un groupe ethnique, sous-groupe des Dangme. Les Ga sont regroupés dans le cadre du groupe ethnolinguistique Ga-Adangme.

Le peuple Ga-Adangme est principalement établi dans les plaines du Grand Accra. Certains se trouvent dans la région de l’Est et les régions avoisinantes au Ghana. D’autres vivent dans la région d’Aného au Togo. Il y a environ 2 millions de locuteurs Ga-Adangbe, soit environ 8 % de la population ghanéenne.

blog1

Asiedu Bawumia

copyright5.png

Publicités