Publié dans Débat, Ethic, nigeria

Nigeria : Mieux Vaut Récupérer $50 Milliards Volés à l’État que de Brader les Entreprises Publiques – Fèmi Falana

blog1

L’Activiste et célèbre Avocat nigérian, Femi Falana vient de demander à l’EFCC, la principale agence anti-corruption du Nigeria, d’initier promptement une enquête à l’endroit d’une pléiade d’institutions d’ État dont la Banque centrale sous les Gouverneurs Sanusi Lamido et Chukwuma Soludo, enquête devant porter sur une série d’infractions dont des fraudes et des diversions de fonds publics présumées s’étendant sur plusieurs années.

Selon M. Falana, l’EFCC doit agir ici et maintenant  étant donnée  “la pression croissante qu’exercent sur le  gouvernement fédéral les milieux industriels et politiques du Nigeria appelant à la privatisation de ce qui reste d’entreprises nationales dans le pays.

Cette réaction fait suite à l’appel de gens bien en vue comme l’homme d’affaire Aliko Dangote mais aussi le Président du Sénat Bukola Saraki, pour que le Gouvernement consente à mettre aux enchères les entreprises d’État afin d’endiguer la récession.

A l’appui de son appel à l’EFCC, le célèbre avocat a produit une liste de cas qui selon lui méritent de faire l’objet d’une investigation en règle. La liste met en cause ou interpelle des institutions et des individus comme la Banque Centrale et ses Gouverneurs dans la période allant de  2006 et 2014. Mais la liste comporte aussi des Institutions comme la NNPC  l’Agence faîtière de la gestion de l’exploitation pétrolière, certaines compagnies pétrolières comme Mobil Oil. Les diverses malversations relevées par M. Falana tournent autour de rétention de fonds publics, comme il est reproché à certaines compagnies pétrolières sur la période allant de 1999 à 2012, et portant sur un montant de 20, 2 milliards de dollars ; de prêts consentis par la banque Centrale à 14 banques en 2006 et 2008 par ses deux successifs Gouverneurs prêt dont le montant total s’élève à  8,9 milliards de dollars.

Les irrégularités relevées concernent aussi des fraudes monumentales, comme celles reprochées à l’ancien Gouverneur Sanusi ( actuel émir de Kano) en rapport avec les détournements en 2011 de la subvention du pétrole ; mais les malversations présumées concernent aussi des sommes perçues par la NNPC et qui n’auraient pas été déposées au trésor, et ce sans aucune justification légale. Alors que la fraude autour de la subvention du pétrole s’élève à 7,4 milliards de dollars, le montant de la rétention illégale perpétrée par la NNPC est de 9,6 milliards de dollars.

Enfin, au nombre des malversations relevées par le célèbre activiste, il faut citer le mystère autour des sommes pillées par le dictateur Abacha et que le Gouvernement nigérian est parvenu à récupérer ; selon l’Organisation de la Société civile SERAP, l’encaissement de la bagatelle de 4 milliards pour d’obscures raisons n’a toujours pas été acté par le Trésorier Général de la Fédération.

Au total c’est donc un manque à gagner de 50 milliards de dollars au bas mot que représentent l’ensemble des malversations relevées dans la liste à charge de  M. Falana, qui se dit prêt à fournir tous les documents nécessaires à l’EFCC afin de faciliter son enquête.

Mr. Falana demande à l’Agence de lutte contre la corruption non seulement d’enquêter sur les malversations relevées mais de récupérer les sommes en jeu et  d’inculper les personnes morales ou individus impliqués dans leurs détournements.

Pour le célèbre avocat et activiste qui en a toujours appelé au gouvernement à compter d’abord sur les propres forces et capacités intrinsèques du pays, pour endiguer la récession, il vaut mieux récupérer les sommes colossales détournées par quelques-uns plutôt que d’hypothéquer l’avenir du pays par des emprunts ou de brader des entreprises publiques dans des privatisations douteuses et sans lendemain

Anuoluwapo Banjo

ibinimori

copyright5_thumb.png

Publicités