Néocolonialisme : Aux Armes, Africains !

Mon Idéo Va, Court, Vole et Tombe sur…:

Coupable Passivité

ideog Pour comprendre les dessous sordides et révoltants de la crise ivoirienne, on peut partir d'un étonnement : à savoir que dans maints pays francophones africains la situation politique, aussi injuste soit-elle, aussi antidémocratique soit-elle dans le fond se structure à l'idéal pour la France. Voit-elle d'un mauvais oeil qu'un Eyadema se succède au Togo ? Qu'un Bongo se succède au Gabon ? Qu'un Compaoré se succède au Burkina Faso ? etc. C’est du même bon œil qu’elle eût vu que Ouattara arrivât au pouvoir en Côte d’Ivoire. Car elle ne peut voir d'un bon œil que Gbagbo se succède à lui-même comme si ce fait eût dépareillée le moutonnement dormant de son cheptel conditionné ou le bel ordonnancement de ses intérêts imposés.

Le néocolonialisme fait du mal à l'Afrique ; il fait sans doute plus de mal à l'Afrique que le colonialisme dont, malgré les méfaits, subsistent de palpables bienfaits ; et, l'une des raisons pour lesquelles le néocolonialisme est triomphant – celui de la France en l'occurrence et, dans une moindre mesure, celui de l'Angleterre et des Etats-Unis, – c'est la passivité bestiale des Africains à l'endurer, la propension que nous avons à nous faire l'échine souple pour accueillir ses coups les plus infâmes et les plus mortels. Dans la littérature politique, dans les médias, dans les discours, on voit, on entend certes des politiques, des intellectuels, des journalistes, des hommes de médias etc. dénoncer les actes et agressions néocoloniaux ; des écrivains ou activistes militants de stature internationale souvent avec un décalage fonctionnel nous dévoilent les crimes françafricains, ses méfaits et ses forfaits, ses collusions infectes et ses intrigues de l’ombre. Mais quels effets réels ont ces écrits, ces discours et ces dénonciations verbales? Quelle symbolisation représentent-t-ils ? Quelle objectivation politique s'ensuit-il ? Au niveau de quelle ONU, ou de quelle Haute Cour Internationale ; au niveau de quelle parlement mondial, de quelle Conseil de Sécurité ces rapports sont-ils entendus et jugés ? Non, ce sont des mots et des paroles qui passent comme des vents par-dessus nos pauvres têtes. Des mots qui servent tout au plus à entretenir le besoin de défoulement, commode paravent et concession gratuite aux crimes qui se commettent dans l'impunité permanente. Telle la bave du crapaud, ces mots n'empêchent pas par exemple la fausse blanche colombe du néocolonialisme, de briller dans le ciel frelaté des pays de liberté, d'égalité et de droits de l'homme.

Au contraire, si la dénonciation du néocolonialisme n'était pas que verbale mais se traduisait en lutte concrète, en actions concrètes, en représailles concrètes sans doute les pays néocoloniaux y réfléchiraient-ils par deux fois avant de s'enfermer dans le méprisant cynisme qu'ils opposent à nos dénonciations. Une Armée de Libération Politiques de l'Afrique (ALPA) qui poserait des actes concrets, les signerait en représailles précises à tel ou tel acte néocolonial, signature dont le retentissement se sentirait dans le sang et la chair des peuples dont les États continuent de piller et de dominer impunément l'Afrique en la manipulant à leur guise, une telle ALPA changerait la donne néocoloniale en Afrique à coup sûr.

Ne voit-on pas les pays arabes beaucoup plus farouches et jaloux de leur indépendance nationale et qui de par la bravoure de leur fils, de leur peuple, leur autonomie symbolique, leur détermination à ne pas s'en laisser conter, mettent à bonne distance les intrigues les plus basses que le néocolonialisme occidental préfère réserver à une Afrique aussi Noire  que passive ?

Éloi Goutchili

 

clip_image001

Copyright, Blaise APLOGAN, 2010,© Bienvenu sur Babilown

Toute republication de cet article doit en mentionner et l’origine et l’auteur sous peine d’infraction

clip_image001

Publicités