Programmation des dossiers de malversation à l’Assemblée nationale : Yayi Boni entre Irrespon-sabilité et désignation de boucs-émissaires

La programmation à l’Assemblée des affaires sur les malversations, pourrait ne pas être le fait du hasard. Selon le Matinal, il se pourrait que ce soit une stratégie pour faire amende honorable après quatre années de tête et main basses. Selon J-Ch Houngbo, le Chef de l’état dans une meilleure disposition à écouter les griefs des députés sur les questions de malversations, pourrait avoir décidé de quelques amputions pour sauver le corps de son image afin de rempiler en 2011. Ou pour utiliser une image de la navigation maritime, le chef de l’état est obligé de jeter du lest pour rester à flot. La stratégie bien huilée aurait déjà commencé avec le limogeage de trois hauts fonctionnaires de la douane, relevés de leurs postes malgré leur poids dans sa mouvance. Elle se mène de conserve avec le Président de l’Assemblée qui après avoir brillé dans son refus suicidaire de donner suite à ces affaires, adopte une attitude contraire avec le même zèle.

La stratégie vise certes à faire amende honorable ; mais aussi à piéger l’opposition qui devrait choisir entre récupérer les sacrifiés ou soutenir le chef de l’état dans son action de salubrité morale. Mais le piège n’est pas inévitable, car le peuple ne sera pas dupe de la tactique éculée consistant à dissocier la culpabilité des boucs-émissaires de la responsabilité du chef du régime. Par ailleurs même s’il n’est jamais trop tard pour punir les coupables, après quatre années de sommeil dogmatique voire de complicité objective, on ne peut pas dire qu’il soit trop tôt non plus de la part d’un homme qui en cette matière avait promis le changement.

Binason Avèkes

clip_image001

Copyright, Blaise APLOGAN, 2010,© Bienvenu sur Babilown

Tout copier/collage de cet article sur un autre site doit en mentionner et l’origine et l’auteur sous peine d’être en infraction.

clip_image001

Publicités