Morsures de Serpent : un Fléau Sous-estimé et Inquiétant, selon l’OMS

Les morsures de serpent coûtent très cher aux citoyens de l’Inde. C’est ce que rapporte une conférence de la Société américaine de médecine tropicale et d’hygiène (ASTMH) en novembre 2020 ; cette conférence braque les projecteurs sur les victimes de morsures de serpents qui – lorsqu’elles ont survécu – restent souvent handicapées, avec des membres amputés, des maladies rénales ou de graves cicatrices.

Cette étude fournit la première estimation des séquelles des morsures de serpent en Inde. Elle confirme également un calcul précédent selon lequel l’Inde représente plus de la moitié des décès par morsures de serpent dans le monde, ce qui démontre la nécessité d’investir davantage dans des mesures préventives.

Les morsures de serpent « ne sont pas autant étudiées ou aussi bien comprises que beaucoup d’autres maladies tropicales », déclare Nick Roberts, qui faisait partie de l’équipe de l’Institut de métrologie et d’évaluation de la santé (IHME) de l’université de Washington, à Seattle, et qui a calculé les dernières estimations, qu’il a présentées lors de la réunion virtuelle de l’ASTMH, en novembre dernier.

Une maladie peu reconnue

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a désigné l’empoisonnement par morsure de serpent comme « maladie tropicale négligée » en 2017, et a lancé en 2019 une initiative mondiale visant à réduire de moitié le nombre de décès et d’incapacités provoqués par les serpents d’ici à 2030.

Cette initiative met l’accent sur la nécessité de disposer de meilleures données, explique Prabhat Jha, directeur du Centre de recherche en santé mondiale à Toronto, au Canada. « Si l’objectif est de réduire de moitié les décès par morsure de serpent, il faut d’abord identifier où se situent les problèmes. »

Mais nombre de personnes qui sont mordues par des serpents ne vont jamais se faire soigner dans les hôpitaux ou les centres de soin et ne sont donc pas officiellement comptabilisées, si bien que les chercheurs sous-estiment la prévalence des morsures de serpents à travers le monde. Les morsures de serpent ne reçoivent pas non plus beaucoup d’attention car c’est « une maladie de pauvre », qui touche principalement les agriculteurs et leurs familles dans les zones rurales, estime Kempaiah Kemparaju, biochimiste à l’université de Mysore en Inde, qui étudie le venin de serpent.

Les morsures de serpent font des ravages en Inde, notamment parce que le sous-continent abrite une grande variété de serpents différents : 60 des quelque 300 espèces présentes dans le pays sont très venimeuses, explique Priyanka Kadam, présidente et fondatrice de la Snakebite Healing and Education Society, à Mumbai. Par ailleurs, dans les régions reculées du pays, il est parfois impossible pour les personnes mordues de se faire soigner, car le centre de soin le plus proche se trouve souvent à plusieurs heures de route. Et même si la victime y parvient à temps, les cliniques n’ont pas toujours d’antivenin à disposition, et si elles en ont, il n’est pas toujours conservé dans de bonnes conditions ou de bonne qualité.

Une image plus claire

Comme évoqué, il est difficile d’obtenir des données fiables sur l’impact des morsures de serpents. Les estimations mondiales des décès par morsures de serpent variaient auparavant de 50 000 à 125 000, et, rien qu’en Inde, elles allaient de 11 000 à 50 000.

Quelles que soient les estimations utilisées, l’objectif de l’OMS de réduire de moitié les décès et les handicaps dus aux morsures de serpent d’ici à 2030 est « ambitieux » et est loin d’être atteint selon les experts de l’OMS.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s