Sociologie de l’Oppression : Pourquoi Certains Peuples sont Mieux Lotis que d’Autres

Blog1

Depuis plusieurs siècles, les Blancs ont sauvagement opprimé les  non-Blancs. Parmi leurs victimes, les Noirs ont une place de choix. L’oppression des Noirs s’est, entre autres choses, traduite par la traite négrière. Il y eut d’abord celle perpétrée par les Arabes pendant 1300 ans, puis la traite transatlantique organisée par les Européens durant  400 ans. C’est dire que toutes appellations et religions confondues, — qu’ils soient des Européens ou des Arabes, des chrétiens ou des musulmans — les Blancs n’ont pas été de tout repos dans l’oppression des Noirs.

Dès que les Européens ont, par leur avance technologique et organisationnelle, acquis un pouvoir sans partage sur le monde et, dans la violence anthropologique, relégué leurs concurrents arabes au second rang,  l’oppression devint le lot de tous les autres peuples : Arabes, Noirs, Asiatiques, Amérindiens… Et la violence de l’oppression que les Blancs ont exercée sur chaque peuple a dépendu du degré d’avancement technologique et organisationnel de celui-ci.

C’est ainsi qu’il faut comprendre les caractéristiques et modalités intrinsèques des traites négrières arabo-musulmanes, mais aussi et surtout celles de la traite transatlantique, de l’esclavage des Noirs, du colonialisme et du néocolonialisme.

Quand on considère chacun de ces fléaux, force est de constater que le mode de son application à chaque peuple diffère du degré d’avancement et d’organisation de celui-ci.

La soumission des Amérindiens s’est terminée dans le génocide et l’extermination. L’esclavage des Hindous et assimilés s’apparente à du servage, tandis que l’esclavage des Noirs qui assume la centralité paradigmatique de ce type de rapport dans l’histoire humaine depuis au moins un millénaire, a traversé tout le cours de celui-ci. L’esclavage des Noirs fut aussi le plus implacable de tous, puisqu’il a donné lieu à la fois à l’animalisation du Noir par les Arabo-musulmans et la chosification/réification du Noir par les Occidentaux.

Lorsqu’on considère le colonialisme, les mêmes distinctions sont perceptibles. La colonisation de la Chine et d’une manière générale de l’Asie n’est ni du même degré ni de la même extension que celle du reste du monde. Elle ne s’est pas non plus terminée de la même manière. La colonisation de l’Afrique du Nord, qui s’est surtout contentée du protectorat, n’est pas du même degré que celle de l’Afrique noire.

Pour finir, c’est aussi ce même critère d’avancement et d’auto-organisation des peuples qui justifie la continuation de la colonisation en Afrique noire alors qu’il est au mieux velléitaire sous d’autres cieux plus avancés et ou plus organisés.

Adenifuja Bolaji

copyright5

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s