France : de l’usage de l’autre comme figure transactionnelle du funèbre

Des tombes musulmanes dans un cimetière de Lille, en avril 2003.

Coronavirus : les Africains de France ne savent plus où enterrer leurs morts

Les familles des victimes du Covid-19 peinent à rapatrier les corps dans leur pays d’origine ou, à défaut, à leur trouver une place dans un cimetière français.

 

La sollicitude et l’empathie des Français pour les Africains sont touchantes. Espérons que bientôt le journal Le MONDE, dans un effort d’universalité, nous fera bientôt d’autres enquêtes semblables sur les Chinois de France, les Hindous de France, les Pakistanais de France, les Asiatiques de France, les Américains de France, etc.. Parce que l’Afrique et les Africains ne sont pas des cobayes ni des êtres transactionnels, qui servent à exorciser la peur de la mort, traiter ou gérer les situation funestes et funèbres des Blancs.. etc…

Cobaye pour les expérimentations pharmaceutiques, figure transactionnelle du funèbre, le Noir doit-il servir à tout de A à Z pour le Blanc ?  Bon sang, le Noir n’est pas le cochon du Blanc,  y en a marre !

Aminou Balogun

copyright5

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s