Africains, Réveillons-nous ! Et dans l’Unité, Relevons le Défi de la Guerre Coloniale sans Merci que la France Impose à l’Afrique !

blog1.jpg

Philippe NOUDJENOUME

Premier Secrétaire du Parti Communiste du Bénin
Président de la Convention Patriotique des Forces de Gauche.
ADRESSE XXIX

Au peuple du Benin !
Aux peuples d’Afrique et particulièrement ceux du Sahel !

ASSUMER LA GUERRE COLONIALE DE LA FRANCE EN AFRIQUE POUR UNE RIPOSTE APPROPRIEE.

Peuple du Bénin !
Peuples d’Afrique !
Dans les années 1950-1960, la France coloniale, sous les coups de boutoirs des luttes des peuples qui lui infligèrent de lourdes défaites, notamment à Dien Bien Phu- (Vietnam en 1954) et en Algérie, a recouru à une stratégie trompeuse et extrêmement criminelle : garder les colonies sous une forme nouvelle. Autrement dit, maintenir en l’état, les colonies, tout en les badigeonnant d’autres appellations avec un drapeau, un hymne et un siège à l’ONU. La monnaie, instrument premier de souveraineté, est maintenue aux mains de la France avec son appellation coloniale, Franc des Colonies Française ; les troupes françaises, sous des accords coloniaux de défense, stationnent dans les colonies et surveillent étroitement les pouvoirs établis, prêtes à intervenir aux moindres secousses populaires ; la langue française est proclamée langue officielle dans les Constitutions des Colonies dès 1960 alors qu’une telle disposition à cette date n’existait pas dans la Constitution française de 1958 et n’y a été insérée qu’en 1992 ;la diplomatie des nouveaux Etats se trouvait conservée aux mains de la France dans les instances internationales ; les richesses minières du sous-sol sont déclarées propriété éminente de la France ; les entreprises et les produits français ont droit de priorité et de monopole dans les Colonies proclamées indépendantes. Tout cela a été l’objet d’un Traité secret, imposé aux Etats et aujourd’hui connu, sous le nom de Pacte colonial. Pour maintenir ce système colonial, la France impérialiste a tissé moult réseaux constitués de barbouzes, d’organisations multiples secrètes, allant des plus filtres comme des sectes, aux plus ouverts comme ceux de la Francophonie, réseaux dévoilés sous l’appellation de Françafrique.
Peuple du Bénin !
Peuples d’Afrique !
Ce qui s’est passé dans les années 1960, pour les colonies de la sphère française, était tout sauf l’indépendance. C’était une décolonisation inachevée.
Dès 1957, la Fédération des Etudiants d’Afrique Noire en France (FEANF) et à sa suite, l’Union Générale des Elèves et Etudiants du Dahomey (UGEED) déclarait « Compte tenu de la nature spécifique du colonialisme français, l’indépendance doit être conquise, non par l’addition de réformes illusoires, mais par une lutte révolutionnaire des masses populaires africaines », comprenez « lutte révolutionnaire armée » des peuples colonisés africains. La lutte armée anti-coloniale de libération n’eut pas véritablement lieu en Afrique noire de sphère française (sauf le cas de l’UPC au Cameroun où les troupes françaises ont massacré plus de 400.000 personnes).
De Gaulle (le Président français) et son staff colonial français ont compris cette évolution nécessaire et inéluctable de libération des colonies. Il a pris les devants en octroyant une indépendance factice. Mais ce n’est que partie remise.
Pendant soixante ans, la France a exercé un état de guerre (larvée ou ouverte) contre les peuples de ses colonies. Les interventions militaires sur le continent, les assassinats de patriotes qui osent contester le système, ont été sa pratique constante et inchangée au-delà des gouvernements successifs. Comme l’a déclaré l’Artiste Salif Kéita « La France est esclavagiste et n’a jamais libéré ses colonies ». Les peuples africains de sphère française,à l’opposé de leurs frères de sphère anglaise, ont subi cette colonisation masquée. Et se mettent à lutter contre cette situation.
Mais depuis quelque temps, disons, depuis une décennie, on assiste à l’accélération d’actions guerrières à caractère colonial de la France en Afrique.
Mars-Avril 2011 sous nos yeux, les troupes d’occupation de l’armée française stationnée en Côte d’Ivoire bombardent le palais présidentiel, la résidence du chef de l’Etat, procèdent à l’arrestation du Président GBAGBO. Quelques mois après, l’impérialisme français et l’OTAN sous le commandement de Sarkozy, agressent la Libye, massacrent des dizaines de milliers de Libyens et assassinent en octobre 2011, son Dirigeant Mouammar Kadhafi. En janvier 2012, la France envahit le Mali et l’occupe depuis lors. Tous les prétextes sont avancés pour couvrir ces opérations coloniales : en Côte d’Ivoire, c’était pour « libérer le peuple ivoirien du dictateur Laurent Gbagbo qui, battu aux élections, refusait de céder le fauteuil » ; en Libye, c’était pour venir « au secours des révolutionnaires libyens en lutte contre le tyran Kadhafi » ; au Mali, le prétexte mis en avant, c’est pour lutter contre les islamistes jihadistes « coupeurs de bras » et sauvegarder l’intégrité territoriale du Mali ». Du Mali, la guerre s’étend au Burkina, au Niger au Tchad et ceci proportionnellement à la croissance et au contrôle des troupes françaises sur les territoires dans le Sahel. Le « Terrorisme dans le Sahel », sous différentes appellations, comme le révèlent aujourd’hui plusieurs sources d’informations, est une création impérialiste française pour sa guerre coloniale contre l’Afrique. Kidal est un exemple. Le massacre du camp de l’INATES au Niger (avec à la clé 71 militaires tués, 12 blessés et une douzaine de disparus) en est un autre. Il est incroyable qu’un camp retranché aussi surveillé comme celui-là, puisse être l’objet d’attaques de cette envergure et de cette durée, avec des colonnes motorisées de djihadistes qui opèrent un tel massacre sans l’action directe de l’armée française. Tous les jours, les peuples africains ne font qu’égrener les morts au Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad, Nigeria etc.et ceci avec la complicité et la participation ouverte et à peine cachée des troupes françaises. Les assassins ne sont rien d’autre que les Français.
Nous sommes en face d’une véritable guerre coloniale que mène la France contre l’Afrique sous couvert de lutte contre le Terrorisme.
Peuple du Bénin !
Peuples d’Afrique !
Pourquoi maintenant une telle guerre coloniale ?
Deux événements peuvent justifier une pareille guerre. Premièrement, les rapports de force s’étant fortement modifiés dans le monde depuis 1960, nous assistons à l’arrivée sur la scène mondiale de nouvelles Puissances pour un nouveau repartage du continent africain. On est en face d’une Nouvelle Conférence de Berlin. La France impérialiste, veut, coûte que coûte, maintenir en l’état, ses privilèges coloniaux ainsi que sa place dans le monde, face aux nouveaux arrivants plus robustes et plus dynamiques. Deuxièmement, l’éveil de la conscience des peuples africains -avec la jeunesse africaine à l’avant-poste- le soutien des peuples du monde (y compris le peuple français) qui dénoncent l’arnaque que constituent ces privilèges coloniaux (monnaie CFA, armée etc.) en Afrique, sont autant de menaces pour les intérêts français. . La France entend maintenir les 500 milliards de CFA que lui procurent les réserves du Franc CFA chaque année ! Elle n’entend pas lâcher prise sur l’uranium du Niger qui lui assure des avantages astronomiques, elle tient à tout prix à conserver ses avantages sur les nombreuses ressources minières en découverte quotidienne en Afrique et particulièrement au Sahel. Alors, elle recourt à la politique de terreur, à la politique de la canonnière pour terroriser les Dirigeants africains et les peuples.
Face à la Guerre coloniale de la France contre l’Afrique (regardez seulement l’agression française contre le Nigeria hier avec le Biafra, aujourd’hui avec Boko Haram), les peuples africains se doivent d’assumer dans l’union et la solidarité, cette situation et y répondre par une guerre de libération anti-coloniale.
Nous devons conjurer cette image de lion poursuivant et dispersant un troupeau de buffles en débandade. Désunis, nous sommes faibles individuellement et dévorés. Mais unis et regroupés nous sommes invincibles. Faisons face ensemble au péril colonial français et autres prédateurs contre l’Afrique.
Voilà pourquoi je salue les manifestations populaires contre la guerre française en Afrique. Je salue les peuples maliens, burkinabè, nigériens, tchadiens, nigérians qui se trouvent aujourd’hui au front de l’agression coloniale française. Et leur rend un vibrant hommage.
Peuple béninois !
Jeunesse béninoise !
Prends conscience que la guerre qui se déroule au Sahel est une guerre faite à tous les pays africains sans distinction aucune. Notre pays a failli basculer dans un tel scénario avec un prétexte pour occuper le nord du Bénin par les troupes françaises avec la fameuse affaire floue « d’enlèvement de deux Français » dans le Pendjari en mai de cette année 2019! Et nous n’en sommes pas loin. Car comme le dit quelqu’un « Si la digue que représente pour nous le Burkina Faso tombe, notre pays, le Togo, la Côte d’Ivoire, le Ghana y passeront »
Peuples d’Afrique
Jeunesse d’Afrique
Peuples du monde !
C’est un appel à une mobilisation générale que je vous lance pour assumer dignement la guerre que nous impose la France impérialiste et y apporter la riposte appropriée. Tous les peuples africains de l’Ouest doivent se considérer comme mobilisés en période de guerre coloniale.
Voilà pourquoi
Nous devons :
1°-Nous unir dans chaque pays en une Union patriotique contre l’Impérialisme français en soutien ferme avec les forces armées de nos pays (au front ou non)
2°- Organiser, pour chaque mort occasionné au Sahel, des actions de protestation appropriées auprès des des Autorités françaises et des Ambassades de France.
3°- Exiger d’urgence le départ des troupes et bases militaires françaises de nos sols. Barkhane dégage ! MINUSMA dégage !
4°- Organiser partout des manifestations de soutien aux peuples martyrs du Sahel.
5°- Organiser partout des pressions populaires sur les Gouvernants pour les aider à se libérer des chaînes de l’Esclavage et du Colonialisme français ou à démissionner.
J’appelle la Jeunesse Malienne, Nigérienne, Burkinabè, Tchadienne, Nigériane, Togolaise, Ivoirienne, Sénégalaise, Guinéenne, Béninoise à se mobiliser pour bouter dehors les forces françaises de l’Afrique !
Vive l’Afrique Libre, Indépendante et Unie !
Nous vaincrons.

Cotonou le 20 Décembre 2019

copyright5

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s