Bénin : Pourquoi Talon ne Parlera pas

blog1

Dans la situation de crise où le Bénin, pays d’habitude paisible, s’est retrouvé comme qui dirait malgré lui,  des voix honnêtes ou candides s’élèvent de plus en plus qui réclament la parole du Chef de l’État. En principe, c’est le moins qu’on puisse attendre d’un chef de l’État, c’est le moins qu’on puisse exiger de lui, dans une crise politique d’une violence inédite dans les annales de  la vie politique du pays.

En effet, depuis les élections absurdes, organisées à tue-tête et en dépit du bon sens avec leurs lots de violences, de blessés et de morts, du Nord au Sud, le Chef de l’État n’a fait aucune déclaration, aucune intervention. Il est resté incapable de se hisser au-dessus de la mêlée, trahissant par-là même le fait qu’il en est. Bien que son rôle de chef de l’État l’y commandât et le recommandât. Talon se tait, se terre, fait le mort, alors même que ses concitoyens dont il a pour devoir d’assurer la sécurité trouvent la mort dans des élections dont le principe injuste émanait de lui.

Rien d’étonnant pourtant dans ce silence de  Talon.  Selon l’explication la plus optimiste on dira que le Chef de l’État n’est pas hypocrite. Reniant l’impartialité inhérente à sa fonction, il a pris son parti et renonce à celui de juge. Les jeux sont clairs et Talon n’entend pas en brouiller l’échiquier. Dans l’explication la plus pessimiste, c’est-à-dire la plus vraisemblable,  on peut considérer que Talon est au milieu du gué et ne peut pas encore parler, de peur que le sort ne se retourne contre lui. Il fait alors sien l’adage qui veut que la parole soit d’argent et le silence d’or.

Comment saurait-il en être autrement lorsqu’on sait que nous sommes confrontés à un coup d’État en bonne et due forme ? Il est sans doute temps pour les Béninois de faire une mise à jour de leur conception antique du coup d’État, considéré comme synonyme de putsch militaire, avec une junte qui prend d’assaut les lieux stratégiques, neutralise la garde républicaine, saisit les membres influents du gouvernement déchu, et prononce par la voix d’un capitaine ou d’un lieutenant colonel l’annonce de sa prise de pouvoir et la suspension des institutions préexistantes.  Nous avons bel et bien affaire avec un coup d’État qui se drape dans les oripeaux du théâtre démocratique. Il s’agit d’un coup planifié  minutieusement et dont le but vise à résoudre la quadrature de l’impopularité sinon du rejet massif de la gouvernance de Talon alors que les élections législatives pointent le bout de leur nez.

Talon se refuse donc à chausser les hautes bottes de l’hypocrisie, bien qu’il s’essayât à un premier numéro  qui entretint  un cruel suspense au sein de l’opposition, un peu avant le point d’orgue du complot.  C’était lorsque, la main sur le cœur, il exprima son regret de voir l’opposition courir le risque d’être écartée du scrutin. A l’issue de la rencontre qu’il initia avec les plaintifs, le Chef de l’État, dans une posture digne de sa fonction, avait diligenté le Président de l’Assemblée, Me Adrien Houngbédji, afin qu’il parvienne  à un consensus qui réglât le problème en toute justice. Or, ce faisant, Monsieur Talon n’était pas sans savoir que le consensus auquel il appelait n’était au mieux qu’un serpent de mer, au pire une arme à double tranchant.

Mais maintenant que l’exclusion de l’opposition est actée, maintenant que le vin des élections est tiré – fût-ce au prix de morts et de blessés – Talon qui n’a pas encore atteint le Graal ne dira rien. Que voulez-vous qu’il dît ? L’oiseau en plein vol au cœur du firmament ne crie pas. Il va de soi que, juge et parti, tout ce que Talon dira sera retenu contre lui.  Et puis, ce qu’il dira est aussi une fonction du nombre total de victimes qu’aura générées  le coup de force  dont il reste l’unique comptable devant l’histoire. Or, comme le coup de force n’est pas  à son terme crucial  – à savoir l’installation effective des 83 députés putatifs – et peut réserver des surprises et des impondérables d’une gravité immense, Talon reste dans l’incertitude la plus totale, et réserve toute parole.

Adenifuja Bolaji

copyright5

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s