Bénin : Talon ne Partira Nulle part !

Blog1.jpg

Dans une audio entendue sur whatsapp, l’intervenante commence par « Ce qui est sûr, Talon partira en 2021 ! ». On peut supposer qu’elle est légaliste et parle dans le respect de la constitution. D’autres excédés et sous le coup de la passion exigent le départ immédiat du Président, son renversement. Ce n’est pas seulement Talon, naguère sous Kérékou et sous Yayi c’était toujours la même chose. Au Togo, les Togolais exigent eux aussi le départ de leur monarque érotomane.

Pourquoi en Afrique nous nous suffisons du départ de nos dirigeants, même s’il a tué, même s’il a volé, même s’il a ruiné le pays ? D’où nous vient cette modestie ? Est-ce une retenue méthodologique, dans le sens où nous pensons faire les choses dans l’ordre. Cette modestie est d’autant plus inquiétante que les gens qui l’expriment sont censés être en colère.

Blog1.jpg

En Europe, les rois  ne partaient pas « scott free », comme on le dit en Angleterre ; ils rendaient gorge au sens propre du terme. Comment pouvez-vous rendre gorge au sens propre du terme, lorsqu’on vous dit de partir ? En France,  la fuite manquée des 20 et 21 juin 1791 — plus connue sous les noms de « fuite à Varennes » — est un épisode important de la Révolution française, au cours duquel le roi de France Louis XVI, sa femme Marie-Antoinette, et leur famille immédiate tentèrent de rejoindre le bastion royaliste de Montmédy. Ce plan a été mis en déroute par les Jacobins. On connait la suite. Emprisonné puis jugé coupable d’intelligence avec l’ennemi, « Louis Capet » est condamné à mort et guillotiné le 21 janvier 1793 sur la place de la Révolution à Paris, quelques mois avant Marie-Antoinette.

Voilà ce que méritent les dirigeants criminels dans les sociétés qui ne valorisent pas l’impunité. Et si, après tous les crimes dont il est accusé,  comme le réclament à cor et à cri ses opposants plus ou moins légalistes, Talon « partait » tranquillement s’installer aux Bahamas avec sa famille et ses milliards, nous serions donc quittes et satisfaits ? Nous nous dirions gaiement « mission accomplie ? »

En Afrique, il nous faut changer de mentalité. Un dirigeant qui a volé, un dirigeant qui a tué, un dirigeant qui a trahi son serment, un dirigeant qui a ruiné tout un pays ne doit partir nulle part. Quel quel que soit le sens que nous donnons au mot partir, ce serait trop beau qu’il partît. Il doit rester et répondre de ses crimes devant la loi, pour autant qu’ils soient réels et non pas le fruit de la passion politique. Si nous sommes vraiment des démocrates, c’est cette exigence que nous devons hurler et non pas dire  « Talon doit partir !»

Aminou Balogun

copyright5

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s