Trois Idées-Forces du Prochain Président du Nigeria

blog1

Les élections présidentielles de 2019 au Nigeria se profilent, et déjà en marge des candidatures habituelles émergent un certain nombre de candidats, plus ou moins sérieux, plus ou moins nouveaux qui font entendre leur voix. Parmi ces voix qui promettent de faire marcher enfin le Nigeria sur ses deux pieds plutôt que sur la tête comme c’est le cas depuis plusieurs décennies, une se détache plus forte que les autres, plus convaincante et vibrante de vérité :  il s’agit du Professeur Kingsley Moghalu, un patriote nigérian déterminé, un Africaniste intelligent, un humaniste convaincu blanchi sous le harnais des organisations mondiales, un philanthrope responsable qui sait que l’aide à l’Afrique réside dans l’Afrique elle-même et dans la générosité des Africains. Homme de vision et de volonté, Kingsley Moghalu ne se satisfait pas de son propre succès mais reste persuadé que le vrai succès d’un homme est collectif ou n’est pas. Selon ses propres termes, et en vertu de ces valeurs clairement affichées, Kingsley  Moghalu est décidé à faire le sacrifice pour aider au salut d’un pays sinistré, pris en otage depuis plusieurs décennies par une tourbe de voleurs héréditaires,  des hommes d’une médiocrité affligeante et dont l’égoïsme n’a d’égale que leur mépris du peuple.

Voici en trois discours, trois idées-forces de cet homme providentiel :

 

 

1. Sur l’économie

D’une part, il faut dire tout de go, qu’il y a une différence entre croissance économique, développement économique et transformation économique. Nos dirigeants courent après la croissance économique, qui à elle seule ne suffit pas à créer le développement économique encore mois la transformation économique. C’est cette ignorance tenace de nos dirigeants qui a fait de nous la capitale mondiale de la pauvreté.

D’autre part, j’ai une vision de la manière de juguler la croissance du chômage au Nigeria, en focalisant ce que j’appellerai les trois secrets d’un bon capitalisme, à savoir : la liberté d’entreprendre, l’innovation et le capital.

 

2. Sur le respect des lois et la sécurité publique.

Quelle tragédie monumentale qu’un homme qui était général das l’armée nationale ait promis la sécurité aux Nigérians, et qu’à l’arrivée l’insécurité se soit empirée sous son règne. L’insécurité, ce n’est pas seulement Boko haram, c’est aussi les éleveurs massacreurs peuls, et bien d’autres questions cruciales. La première chose à savoir ici c’est que l’habit ne fait pas le moine. Je peux vous affirmer que je serai en mesure d’assurer du Nigeria mieux que ne l’a fait Monsieur Buhari. Comment y parviendrai-je ?

N°1. J’aborderai la question sécuritaire avec une meilleure connaissance de ce qu’est la sécurité nationale. L’approche sécuritaire de M. Buhari correspond à une vision de tunnel, juste focalisée sur Boko haram, malheureusement sans un succès probant. Mais en réalité, la sécurité signifie et implique beaucoup d’aspect différents. La sécurité au Nigeria actuellement c’est bien  sûr Boko haram, les bergers massacreurs peuls ; mais c’est aussi la croissance continue de la pauvreté et du chômage dans ce pays, qui a des implications sécuritaires importantes. Il y a aussi la cybersécurité, la sécurité des frontières.

N°2. L’approche sécuritaire de M. Buhari est sectaire rétrograde. Le gouvernement de M. Buhari ne sécurise pas les Nigérians ; il sécurise uniquement son régime. Et ils pensent que ce sont seulement leurs clans et leurs amis, leurs congénères ethniques ou religieux qui méritent confiance. C’est l’une des raisons pour lesquelles la sécurité au Nigeria est en panne.

N° 3. En tant que Président, j’aurai la volonté politique de sécuriser le Nigeria.

N°4. Sécurité des frontières. Nos frontières sont pas sécurisées. En tant que Président, j’aurai à cœur de  sécuriser nos frontières.

N°5. Enfin, en tant que président j’établirai et créerai une une nouvelle police du 21 ème siècle avec un effectif d’un million cinq cent mille agents des deux sexes sur quatre ans.

 

3. Sur l’Organisation des Elections

Notre attention doit être tournée vers la nécessité d’assurer que les élections de 2019 soient crédibles et transparentes. Malheureusement, tous les gestes du gouvernement vont dans le sens contraire et sont de ce fait cause d’inquiétude. Pourquoi le Président Buhari refuse-t-il de promulguer la loi sur l’amendement électoral qui garantit et préconise la transparence ? Qu’est-ce que ce gouvernement a contre la transparence et ce dans tous les domaines ? Sa frilosité et ses réserves sur ce sujet  sont cause d’inquiétude. Les Nigérians ont toutes les raisons de s’inquiéter de savoir si les élections de 2019 seront justes et transparentes ou au contraire truquées

Aigbe Benson

copyright5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s