Patrice Talon, de l’Infanticide au Parricide

blog1

Tout à coup, sans autre forme de procès,  Yayi Boni s’était mis à crier que Talon voulait le tuer. Mais ce cri resta douteux ;  et,  bien que son objet fût gros comme le nez au milieu de la figure, les Béninois y restèrent sourds et méfiants. La raison de cette surdité sceptique plus ou moins calculée était que le cri de détresse de Yayi n’était le corollaire synthétique de rien d’officiel.

Dans la mesure où Yayi  Boni n’avait pas hurlé sur les toits son acte de naissance en tant que progéniture présidentielle de Talon, comment voulait-il que le peuple le prît au sérieux lorsque celui-ci, pour, sauver ses intérêts égoïstes en danger, dans une logique de Far West, décida de l’éliminer ?

Enfin de compte, l’une des preuves logiques de l’effectivité de l’entreprise homicide de Talon à l’encontre de Yayi a été sa décision de se substituer à lui officiellement, de réaliser constitutionnellement ce qu’il avait tenté de faire biologiquement et anticonstitutionnellement ; et cette décision, par sa réussite, consacre la substitution du parricide à l’infanticide.

Boniface Azanpo

copyright5

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s