Désolé, mon Général : Ce n’était pas un Malien qui Sauvait un Enfant Français, mais un Jeune Homme qui Sauvait un Enfant !

blog1.jpg

« Tu as bravé la loi de la gravité en sauvant un enfant français de 4 ans mais il faut souligner  que 21 Français sont morts au Mali pour préserver la liberté du peuple malien », aurait dit le Général Gallet, commandant en chef des sapeurs pompiers de Paris dans son allocution d’accueil du jeune Belmondo noir, Mamodu Gassama.

La véracité de cette assertion est sujette à caution. Et ce, sous plus d’un point de vue. D’un point de vue philosophique, il faut dire que, oui, en effet des soldats français sont allés au Mali, et certains y ont trouvé la mort en combattant. Ces soldats français  sont allés au Mali et y ont combattu en tant que soldats et en tant que Français. Ce qui n’est pas le cas du jeune Malien. Mamodu Gassama n’était ni pompier ni membre d’une force d’intervention civile quelconque. Il a accompli un acte héroïque, en allant sauver, au prix de sa propre vie, celle d’un « enfant français », comme le dit le Général. Mais le geste de Mamodu n’était pas celui d’un Malien qui courait au secours d’un enfant français mais plutôt le geste d’un  jeune homme qui courait au secours d’un jeune garçon en danger de mort.

D’un point de vue géopolitique, la France est intervenue au Mali officiellement pour lutter contre les groupes séparatistes qualifiés de terroristes qui menaçaient l’intégrité territoriale de son ancienne colonie. Mais on sait que nombre de ces groupes séparatistes sont des marionnettes françaises. On sait aussi – et les preuves en sont légion – que la vraie motivation de ces farces néocoloniales est le pillage en règle des ressources du Mali et la domination politique de ce pays par chantage interposé.

Ainsi, les jeunes Français morts au combat dont parle le Général sont morts dans la lutte rétrograde de leur pays pour dominer et piller l’Afrique, et non pour préserver on ne sait quelle liberté du peuple malien.

Halte donc à un discours insidieux,  qui ne peut abuser que les esprits crédules ou naïfs.  Il faut aussi crier haro sur sa résonance inutilement nationaliste et un regard implicitement raciste qui souille la grandeur d’un acte de bravoure purement humain.

Aminou Balogun

copyright5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s